Briser le cycle

standish_shutterstock_113458594fallflower
La compassion pour moi-même est le plus puissant des - Theodore Isaac Rubin -

Vous mangez compulsivement. Ou vous vous inquiétez compulsivement. Ou vous êtes accroché à quelqu’un, ou à quelque chose. Ou vous remettez constamment vos projets les plus chers à plus tard, pour franchir le prochain niveau de Candy Crush Soda. (Je suis prise au 315e depuis hier… Je n’arrive pas à libérer l’ourson!)

Je ne sais pas desquelles il s’agit, mais vous avez certainement des habitudes qui vous nuisent et que vous souhaitez changer – des compulsions dont vous arrivez difficilement à vous libérer. Et je ne sais pas quelles méthodes vous utilisez pour ce faire, mais mon petit doigt me dit que ça inclut la force, la volonté, et beaucoup, beaucoup de jugement. Suivi de découragement.

Voici une autre option. Oui, voici une autre façon de briser le cycle… la seule vraie façon, si vous voulez mon avis : aimez-le. Oui, aimez le cycle tel qu’il est, et aimez-vous quand vous êtes pris dedans. Ainsi, vous le briserez instantanément.

separateur

Oh, on croit que briser le cycle veut dire arrêter de trop manger, ou de s’inquiéter, ou d’être accroché. Or, nous pourrions en discuter longuement en partageant une grosse bouteille de Perrier, mais j’avancerais spontanément que ce n’est pas tout à fait le cas. On ne met pas fin au cycle en arrêtant le comportement, mais en s’acceptant complètement quand on est en plein cœur de celui-ci. Car la mauvaise habitude n’est pas le comportement, mais bien la raideur derrière lui. Le comportement n’est qu’un effet secondaire. Et si on s’acharne contre lui, on ne fait que nourrir l’énergie lourde qui est à son origine et qu’on tente justement de fuir.

En fin de compte, on pourrait dire que la seule vraie dépendance est la dépendance à cette dureté et à ces jugements qu’on cultive envers soi-même.

On sait intuitivement que si une personne qui mange compulsivement (par exemple) recevait en pleine crise une gigantesque décharge d’amour, et 50 caresses de personnes pleines de tendresse, elle n’aurait simplement plus envie de vider la boîte de biscuits après un petit moment – sans vraiment avoir à se discipliner. Pourquoi serait-ce différent pour nous? Oui, bien sûr, on gagne à être alerte et à maintenir un certain tonus, qu’on pourrait aussi appeler «discipline». Mais toujours avec la douceur comme toile de fond. Car la seule discipline qui fonctionne vraiment est celle qui nous amène à se réaligner avec le courant naturel de la vie.

C’est ce que j’ai envie de vous proposer, en ce petit matin. Ayez le courage de vous accueillir même quand vous êtes à votre pire. Particulièrement quand vous êtes à votre pire Rencontrez-vous avec la seule arme qui fonctionne vraiment : des bras ouverts. Amenez un peu de lumière dans l’ombre, ne serait-ce qu’un petit rayon. Ainsi, le comportement commencera à s’évanouir tranquillement au fil du temps. Mais le plus merveilleux est que ça deviendra de moins en moins important.

Bonne journée!

signature marie

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!



2 réflexions au sujet de “Briser le cycle

  1. Lunestine dit:

    Merci pour la douceur que vous apportez ans la vie !

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>