Confier sa vie au vent

La nature à chaque instant s’occupe de votre bien-être. Elle n’a pas d’autre fin. Ne lui résistez - Henry David Thoreau -

[Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Cliquez ici pour la télécharger.]

 

Au moment où j’écris ces lignes, mes draps sont en train de sécher sur ma corde à linge. Cela semble probablement un peu banal, mais c’est pour moi une chose phénoménale. Oui, oui, vraiment! Je dirais même que je suis régulièrement éblouie par la magie de cette réalité. Parfois, pendant que je suis en train de manger, de marcher ou d’écrire – comme je le fais présentement – cette pensée me vient spontanément à l’esprit et une paix profonde m’envahit. «C’est vrai, mes draps sont en train de sécher… Wow!»

On pourrait croire qu’un léger déséquilibre hormonal est à l’origine de cette fascination (au programme la semaine prochaine : hommage à mon lave-vaisselle). Mais ce ne sont pas réellement mes draps, ni le fait qu’ils sont en train de sécher, qui me fait vibrer aussi intensément… Non, ce qui me fascine, c’est que tout le processus se fait sans moi – sans que j’aie à y penser, à y travailler, ou même à le souhaiter. La nature travaille pour moi alors que je vaque à mes occupations, imaginez! Pendant que je cherche les bons mots pour conclure ce paragraphe, le vent sèche mes draps tout doucement. Et c’est le plus doux, le plus chaud et le plus puissant des sentiments.

Dites-moi, utilisez-vous votre corde à linge? Ou plutôt (allons droit au but…) : laissez-vous la nature vous aider?

Si le symbole de la corde à linge me parle autant, c’est parce que j’ai pris beaucoup de temps à accepter que la vie puisse travailler pour moi. Pendant si longtemps, j’étais convaincue que je devais participer activement à trouver toutes les réponses et toutes les solutions. (Par «participer activement», je veux surtout dire «me stresser», bien sûr… Car se faire du souci est la seule façon qu’on a de participer, une fois qu’on a fait tout ce qu’il y a à faire, n’est-ce pas?) Je n’étendais à peu près rien sur ma corde à linge, si vous voulez… Je laissais mes draps mouillés en petits tapons sur le plancher, et je soufflais dessus de toutes mes forces pour les sécher.

Une des plus grandes choses que j’ai apprises, et que je continue d’apprendre, a été d’accrocher mes soucis, mes projets, mes questions sur la corde à linge… de prendre le temps de les étendre, de les détendre, afin de permettre à la magie de la nature d’opérer. Évidemment, si on laisse les situations sur le plancher en petits tapons stressés, le vent ne peut rien faire pour nous – même si l’on s’épuise à souffler… Mais dès qu’on commence à se détendre et à respirer (quel délice que de simplement r-e-s-p-i-r-e-r, n’est-ce pas?), chacune de nos actions et intentions est infiniment plus puissante, car notre force est décuplée. Notre force est décuplée parce qu’elle n’est plus limitée à notre force, justement… On est maintenant branché à l’énergie qui fait briller le soleil et souffler le vent.

La corde à linge… Que mettrez-vous sur la vôtre, aujourd’hui? Il y a probablement une foule de jolies expériences auxquelles vous souhaitez goûter, et autant de situations que vous désirez transformer… Mais quels que soient vos plans, j’espère que vous commencerez par les confier à notre ami le vent. Oui, détendez-vous, apaisez-vous, savourez, aimez, allégez-vous autant que vous le pouvez… Car comme vous pourrez rapidement le constater, la vie n’attend qu’une occasion non pas de vous sécher (toute métaphore a ses limites…), mais de vous démontrer à quel point vous êtes soutenu et aimé.

Sur ce, je vous souhaite une magnifique journée!

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 2 857 times, 7 visits today)

25 réflexions au sujet de “Confier sa vie au vent

  1. Marechal dit:

    Je mets sécher la période d’examens de ma fille.

  2. nathalie dit:

    Tellement ce que j’avais besoin d’entendre ! C’est puissant. Merci.

  3. Isabelle dit:

    Merci pour ce beau message, j’en avais besoin….. il me fait beaucoup de bien!
    Merci et très belle journée.

    1. DUPRE dit:

      Bonjour Marie-Pierre
      combien elle est juste et tombe à point cette reflexion quant à mettre les choses en place et laisser le temps et la nature agir!!!
      Luis Ansa disait « ovuler »!!!, c’est à dire créer une bulle accrochée à soi et y mettre notre question, ou préoccupation, et continuer à vivre et à laisser agir le temps
      Merci et belle journée
      Marie-Claire

  4. Christine Lenoir dit:

    Quelle bonne idée ! Étendre sur une corde ce que l’on aimerait voir changer, un projet que l’on aimerait voir réaliser ou même un souci que l’on voudrait résoudre. J’ai une mini corde à linge où je suspends des petits papiers avec mes projets mais cet article me donne une utilite supplémentaire de ma petite corde à linge. Merci !

  5. gisele dit:

    bonjour MARIE PIER, voilà un beau message ,j’adore la nature, la forêt ,le vent , la nature fait beaucoup pour nous ,elle nous donne de beau légumes, de belles fleurs ,elle est énergisante, elle sent bon j’y dépose mes soucis ,mes emmerdes, ma fatigue et , hop ,envolés!!!ma balade du matin en forêt c’est cela ,elle m’oxygène et je repars du bon pied, c’est un temps précieux pour moi, je m’aère et j’en sors plus légère j’y ai déposée mon fardeau et elle me laisse du temps à moi pour méditer, faire des exercices quel bonheur de vous lire vous ètes aussi ma bouffée d’oxygène , bonne semaine bisous

  6. Michelle dit:

    Merci d’avoir écrit « r-e-s-p-i-r-e-r » de cette manière. Ça m’a instantanément permis de respirer, lentement, profondément et d’éprouver le bien être que cela procure. Et du coup, de saisir l’allègement dont ce message est porteur (comme tous ceux que je reçois et dont j’ai l’impression qu’ils sont rédigés spécialement pour moi). M-E-R-C-I

  7. Edith dit:

    C’est drôle parce que chaque fois que je travaille trop pour un de mes souhaits il prend une éternité à se réaliser!:) Alors que parfois je le souhaite avec légèreté et il part dans le vent, pour revenir quelque temps plus tard exaucé, alors même que je l’avais oublié… Pour mon plus grand ravissement! Merci pour la corde à linge , je vais essayer de l’utiliser plus souvent!!!

  8. Colette dit:

    J’ai comme toi un attachement profond à la corde à linge…….dont je m’ennuie beaucoup depuis que j’ai laissé mon petit village natal pour la grande ville où il est bien défendu d’étendre au grand air…….misère!
    Ta photo de ce matin pluvieux me fait un grand plaisir!
    XXX
    Colette

  9. Anne-Marie Desbiens dit:

    Je vis depuis jeudi un gros stress (en fait, je me fait vivre un gros stress) et je lis tes mots ce matin : grâce! Merci! Et on sait comment opère l’anxiété : comme un broyeur, elle se sert de tout sur son passage, faisant d’une simple petites préoccupation une grosse affaire à gérer! J’adore Henri Thoreau, je vais suivre ses sages paroles, et les tiennes! Merci.

  10. Marie-Claude dit:

    Bonjour Marie-Pier! Quel beau texte… en passant je tiens à préciser que c’est la beauté et la sensibilité de ton écriture qui m’a poussée à m’abonner à ton site …et présentement, faire le cours de magie ! J’ai une fascination depuis toujours pour les cordes à linges et les vêtements qu’on y accroche. Je peux regarder des vêtements sécher sur une corde à linge durant des heures et admirer comment le vent y fait naitre des formes (ma formation de danseuse contemporaine me suit quoique je fasse, le mouvement est partout!), et les différentes façons qu’ont les gens d’étendre les vêtements soit par couleur, par grandeur, par thème..me fascine! C’est très méditatif, et le vent doux et chaud qui joue avec les couleurs, les textures a un pouvoir d’apaisement sur moi! Je n’avais jamais pensé y étendre mes peines, mes désirs, mes frustrations, mes émotions refoulées, la douleur qui dort dans mon cœur pour que la nature se charge de purifier, nettoyer, sécher et y accrocher un parfum indescriptible. Un clin d’œil de bien-être qui me fait sourire en douceur et m’allège de toute lourdeur. La nature et son essence vital a le pouvoir de nous ramener vers la joie d’être simplement. Merci pour tous ces mots d’amour!

  11. monique maegerlin dit:

    je vais de ce pas étendre ma machine de stress, de soucis, d’ennuis, de chagrins, de contrariétés…
    je crois qu’il me faudra plusieurs cordes à linge…
    ça tombe bien nous avons un ciel si bleu et un petit Mistral en Provence aujourd’hui qu’il est bien capable de tout emporter !!!
    merci Marie Pier
    Monique

  12. Aline Tardif dit:

    Quelle belle analogie! Je mets tous mes soucis sur ma corde à linge et mon dos s’en trouve énormément soulagé!

  13. Chantale dit:

    Quelle belle image, et c’est bien vrai que si l’on prend le temps de déplier son tas de linge, on finit par voir plus clair, la vie nous apporte des réponses.

    Merci beaucoup pour ces images.

  14. marjolaine dit:

    Je suis surprise de voir à quel point notre société est coupée de la nature, puisque nous avons besoin de redécouvrir qu’elle est faite pour que nous nous en servions. Dans les grandes villes , nous n’imaginons plus pouvoir faire sécher le linge au soleil, il nous faut acheter des séchoirs électriques…Finalement, nous vivons « en hors sol », comme malheureusement notre nourriture, légumes et animaux. Nous avons perdu le sens de la collaboration avec le monde.
    En effet, cela doit être pareil sur le plan mental, je vais tâcher de confier mes soucis au vent et au soleil de la réalité, bien plus forte que ma propre volonté.

  15. Francine Gauthier dit:

    Oui! En effet! Quelle belle analogie. J’ai assez vécu pour reconnaître que le temps alloué à laisser sécher un souci ou un problème qu’on a soumis au ballottage par le vent allégera celui-ci de beaucoup de son poids. Ce ne sera pas de la négligence, mais du discernement et de la sagesse entre deux étendages. La précipitation est toujours mauvaise conseillère, particulièrement dans le domaine de la rénovation. J’associe donc volontiers la sécheuse au pesto fait au mélangeur et la corde à linge à celui fait au mortier, si vous me permettez la comparaison. Le temps gagné équivaut à une perte de saveur pour le pesto et quant aux assouplisseurs, ils ne trompent personne, comparés aux subtils parfums du vent qui souffle loin des villes. Merci pour ce cadeau!

  16. mimi dit:

    J’y met mes ennuis du travail, cette petite dépression qui pointe son nez :(, j’y met toutes mes rancoeurs, toutes mes sales pensées qui me font plus de mal que de bien… Souffle souffle et délivre moi de ce fardeau

  17. Claudette Gobeil dit:

    Bonjour Marie-Pierre!!! Ça me fait plaisir de t’écrire au sujet de ce beau texte….qui pour moi est très valable!! Ma corde à linge je l’adore ….et j’adore aussi étendre le linge et le voir sécher au vent et au soleil ☀️…
    Mais j’aI jamais pensé l’utiliser dans le sens que tu me fais connaître aujourd’hui…
    Tellement beau et tellement réaliste !!! C’est certain que chaque fois que je vais m’en servir tout va être dans mon cœur ❤️ Et j’ai vraiment besoin de me sentir aimée ,en paix et soutenue par quelqu’ un qui soutient le vent et Le Soleil
    Merci et continue de nous aider de cette façon

  18. Xavier dit:

    C’est une belle analogie au propre comme au figuré d’apprendre à étendre son linge et déjà avant, de le laver, avec l’aide ou pas, d’une invention géniale de l’homme, la machine à laver ! Apprentissage nécessaire -> Apprenti…Sage aussi ;) Certes, au propre quand le soleil est présent et le vent pas chargé d’humidité et pas changeant de pluies qui le mouille rapidement sur les fils cordes à sécher le linge , séchoirs divers exposés aux intempéries « climatiques », le linge sèche assez rapidement à condition de ne pas oublier de l’enlever du séchoir (y compris du sèche linge fort utile en appartement et même en maison avec jardin ou buanderie…). La nature souvent domestiquée par l’homme depuis des siècles parce que vécue hostile est trop souvent chargée d’irrationnel… Par définition elle est incontrôlable notamment des intempéries qui peuvent se révéler très préjudiciables et souffrance et pas que pour les êtres humains. Je comprends l’anthropomorphisme, celui de lui attribuer d’être bienveillante en contradiction pourtant de la réalité souvent vécue. L’exemple récent en Europe d’orages puissants et dévastateurs n’est qu’une illustration que la « Nature » là climatique pourtant reconnue, est souvent dans ses manifestations (cyclones aussi en régions subtropicales) et autres manifestations dévastatrices pas que pour les humains) pas spécialement « bienveillante »… In fine, ce sont bien nos apprentissages qui rendent caduques certaines croyances irrationnelles qui agissent puissamment sur nos pensées et nos choix futurs…, il me semble ? (( <3 ))

  19. Hela PERNOLLET dit:

    Oui, cette image est très parlante, j’aime. Cependant , comme j’ai toujours tiré la charrette, soutenu les uns et les autres, j’ai du mal à laisser flotter au vent! Je suis très reliée à la nature que je contemple avec délice. De mon lit, je vois les énormes arbres, le ciel, le jardin et mes yeux se plongent dedans quand j’ouvre mes volets. Je me promène aussi, bien sur . Bientôt les bains dans un joli petit lac des environs. J’en suis ravie et pleine de gratitude. merci pour vos belles pensées.

  20. philippe..orion dit:

    BONJOUR et MERCI MARIE-PIER,
    oui il faut confier tout a la nature,je l ai integre en moi ,et nous oeuvrons de concert pour mon plus
    grand bien,la vie est differante,car nous faisons parti dun tout,et nous sommes un avec le tout,
    merci a toi je suis bien dans mon chemin en te lisant.Oui il faut apprendre a chaque moment et surtout se donner le droit d etre,ce que l on ai DIVIN.
    BISES D ORION A TOI ET A VOUS TOUS.

  21. Michèle dit:

    Bonjour,

    merci pour cette belle image et cette belle citation. En effet, la nature efface nos tracas soit par une bonne ballade en forêt, soit par une après-midi sur la plage, soit par ce vent du soir qui vient caresser les arbres et qui vient jusqu’à nous caresser nos cheveux et nos corps..
    L’image de la corde à linge me parle d’autant plus quand tu parles de détente. En effet, une fois le linge séché, c’est-à-dire nos tracas, nos soucis séchés, place à la détente.
    Je vous souhaite à toutes et à toutes cet effet bénéfique de la nature.
    Nous sommes des petits graines de lumière, mais ensemble nous formons qu’une seule chaîne: un rayon de soleil.

  22. stephanie dit:

    Bonjour,

    merci pour tes messages d’une manière générale et pour les photos
    beaucoup de choses dans la nature se font sans notre aide et notre volonté n’y peut rien.
    reste ce que l’on peut faire pour aider la nature a faire son travail…
    je vous souhaite de belles après midi ensoleillée dans la nature

  23. garcia samper dit:

    Pas de hasard marie pierre ! il y a quelques jours, je pendais mon linge sur la corde , ce que je n’avais plus fait depuis tr lgtps et j’ai ressenti un effet jouissif , me délectant de voir le vent se lovant dans les t shirts, les serviettes … ma fille elle, me disait  » oh maman, tu fais comme dans le temps quand toutes les ménagères le faisaient et q’on voyait partout le linge étendu en liberté . Tu me permets d’ajouter cette dimension inattendue du « lacher prise ».D’y associer une sublime sensation de légèreté dans mon corps et mon esprit par le régal ressenti avec mes yeux poursuivant l’évolution de la valse des tissus qui eux memes semblaient heureux . Comme toujours, tu es MAGIQUE !!

  24. colette yvon dit:

    Merci a vous, Normand de nous offrir ce temoignage si fort ,, temoignage de vie,, comme vous dites avec de la pudeur,, MERCI

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>