Tout le monde vous aime

Je sais très bien que tout le monde m’aime. Je ne m’attends simplement pas à ce qu’ils en soient déjà - Byron Katie -

Comment serait-il de tenir pour acquis que tout le monde vous aime – oui, tout le temps, sans exception? Je sais, c’est une drôle de question… mais j’explore le tout ces temps-ci, et je dois dire que je suis fascinée par ce que je découvre.

On investit tellement d’énergie à se demander ce que les autres pensent de nous et à s’ajuster en conséquence. Quand on se sent aimé, on irradie le bien-être et on offre le meilleur de nous; notre cœur est grand ouvert. À l’inverse, quand une personne semble dure et fermée, on se dit qu’on ne doit pas avoir beaucoup de valeur pour subir ce rejet, alors on se sent blessé. Parfois, on lui en veut et on a tendance à la blâmer. Et à notre tour, on devient généralement dur et fermé pour se protéger. Ou peut-être est-ce pour la punir. Quoi qu’il en soit, ce n’est une expérience agréable pour personne.

Voici une question que je me pose, et que je vous invite à méditer également : dans quelles circonstances gagne-t-on à se sentir blessé, à se durcir et à blâmer la personne avec qui on tente de communiquer? Y a-t-il vraiment des moments où cela a quelque chose de constructif à nous apporter?

Je n’ai pas fait le tour de tous les scénarios possibles, mais il me semble déjà évident que la réponse est non.

Pour commencer, le fait de se sentir blessé est compréhensible, bien sûr, mais jamais justifié. Aimer est notre état naturel et, si la personne avec qui on interagit se coupe de sa nature profonde, c’est parce qu’elle a un problème, pas nous. Pour continuer, la dernière chose dont a besoin une personne déconnectée de sa vraie nature est bien qu’on se déconnecte de la nôtre pour elle. Ça crée un cercle vicieux dont on voit les effets partout dans les nouvelles. Et finalement, la pire façon de communiquer avec une autre personne – quel que soit son état – est certainement de la blâmer. Même si ce serait théoriquement justifié.

En fin de compte, on peut dire que tout ce qu’on fait et ressent lorsqu’on ne se sent pas aimé n’est absolument d’aucune utilité (en plus d’être incroyablement drainant)…

Évidemment, il n’y a aucune raison de s’exposer à des personnes qui n’ont pas la capacité de nous offrir l’amour et le respect qu’on mérite. C’est juste que parfois, même les êtres les plus proches de nous traversent des phases difficiles ou font des gestes maladroits, comme c’est notre cas également. Et bien sûr, on rencontrera toujours au quotidien des personnes qui nous accueillent avec un air bête et des gants de boxe – c’est inévitable.

Je m’entraîne donc à vivre selon ce principe, ces temps-ci. J’essaie de tenir pour acquis que je suis aimée, dans les coulisses, même quand ça ne semble pas être le cas. Oui, je me connecte à la partie de l’autre qui m’aime, même si je ne la vois pas, même si elle ne la voit pas. Et c’est intéressant, sinon magique… car je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais la joie de vivre et l’attitude inconditionnellement chaleureuse qu’on cultive ainsi semblent ramener l’autre personne à sa nature aimante, bien souvent. Oh, et voici ce qui est encore plus magique : ça nous ramène constamment à la nôtre, également.

Passez une superbe journée!

xx

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 505 times, 7 visits today)

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>