Être positif n’est pas toujours positif

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Cliquez ici pour la télécharger.)

 

Vous sentez une grande vague de tristesse passer à la suite d’une mauvaise nouvelle, alors vous essayez de vous ressaisir et de «voir le beau côté des choses».

Vous êtes habité d’une anxiété profonde, comme si votre vie était en jeu, et pour vous apaiser, vous vous répétez : «Ça va bien aller!»

Vous êtes en train de perdre foi en votre rêve le plus cher, alors vous essayez de vous redonner espoir en le visualisant.

Et puis, vous constatez… que ça n’aide absolument pas. Oh, et ça semble même empirer les choses, parfois.

On est tous passés par là. On essaie d’aller mieux, mais nos tentatives sont vaines – comme si rien n’adhérait. Et plutôt que de remettre notre approche en question, on continue de pousser. Ou on abdique. Sans manquer, bien sûr, de se culpabiliser. Après tout, si les mots qu’on se dit sont tout beaux et positifs, on devrait se sentir beau et positif également…

Voici un des grands secrets de l’Univers (ou du moins, de la planète Terre) : les outils qui nous aident à traverser les moments difficiles sont différents de ceux qui nous aident à savourer et à amplifier les temps plus heureux. On ne se remet pas d’un choc profond de la même façon qu’on se remet d’une petite déception, tout comme on ne se crée pas un bien-être stable de la même façon qu’on a survécu à nos traumas. Et si on vit un moment particulièrement difficile, être positif peut même être l’approche la plus négative qu’on pourrait adopter.

Les grands principes de base sont toujours les mêmes, bien sûr. Mais la façon de les appliquer sera différente, parfois extrêmement différente, selon le contexte. Et l’art de prendre soin de soi commence toujours par savoir utiliser les bons outils, au bon moment.

Si on se sent relativement bien, faire une liste de gratitude ou visualiser de belles possibilités amènera notre joie à s’amplifier, par exemple. Mais si on a le cœur très lourd, les mêmes pratiques pourraient être non seulement inefficaces, mais douloureuses, et avoir l’effet contraire à celui désiré. Ce serait comme essayer d’utiliser une scie à chaîne pour éplucher une pomme. Ce sont de bons outils. Ce ne sont simplement pas ceux dont on a besoin.

On ne lancerait jamais à une personne qui vient de perdre un enfant : «Choisis d’être heureux! Le bonheur est un choix!» On ne lui rappellerait pas qu’elle est «créatrice de sa vie», et on n’essaierait pas de la rassurer avec des «tout arrive pour une raison». On sait que même si ces mots sonnent positifs, ils sont tellement inappropriés dans le contexte qu’ils sont violents.

Ça nous semble évident avec l’exemple d’une personne en deuil, mais c’est exactement la même chose qu’on se fait subir régulièrement, à différents degrés, en utilisant des approches incroyablement déconnectées de notre expérience et de nos besoins du moment. On se répète comme des perroquets les belles phrases qu’on entend et qui semblent aider les autres, sans réaliser l’irrespect qu’on se démontre.

Toute approche qui est dépourvue de respect est une forme d’attaque, même si elle est bien intentionnée.

Voici le schéma que j’ai dans ma tête en vous écrivant :

Mal-être Neutralité Bien-être

Si vous êtes dans la zone bleue présentement (je fais référence à la couleur de la flèche), vous avez probablement soif de douceur et d’enveloppement. Vous avez peut-être besoin d’accueillir la lourdeur qui vous habite, aussi… Bien que ça ne semble pas «positif» à première vue, laisser circuler la colère et le découragement qui sont enfouis au fond de votre cœur pourrait être le plus grand pas vers l’avant. Et les mots les plus puissants qu’on pourrait vous dire ne sont probablement pas «Vois le beau côté des choses», mais «Oh, ça me touche de savoir que tu te sens ainsi… Je suis avec toi».

Avec ce type d’approche, la tension commencerait doucement à se diffuser. Et grâce à l’espace qui serait ainsi créé, une paix naturelle commencerait à émerger. Et au fil du temps, vous commenceriez à «voir le beau côté des choses» sans même avoir à vous forcer.

En ce qui concerne la zone rose, bien des outils peuvent vous être utiles. Mais le grand défi, lorsqu’on est dans cet espace, n’est généralement pas de trouver comment être plus heureux, mais de prendre la décision de l’être. Car il est assez facile d’amplifier un bien-être déjà présent… mais on n’a pas nécessairement la motivation de le faire. Donc, si vous êtes dans cette zone, vous avez peut-être surtout besoin d’une structure qui vous rappellera de vous permettre une harmonie encore plus grande, sans attendre le feu de la douleur pour vous motiver.

La réalité est plus nuancée que cela, mais l’essence de ce que je souhaite amener est : allez vers ce qui vous fait du bien. Tout simplement. Plutôt que d’essayer de mettre en pratique des théories positives, connectez-vous à votre expérience, et allez vers ce qui est positif pour vous, en ce moment, quelle que soit la forme que ça prendra. Vous seul pouvez savoir c’est quoi, à chaque instant, en vous appuyant sur la sainte validité de votre état.

Quand on ne sait pas par où commencer, le respect est toujours une bonne idée.

Sur ce, je vous souhaite une belle journée!

XOX

signature marie


Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

34 réflexions au sujet de “Être positif n’est pas toujours positif

  1. Renée dit:

    Merci à toi de tes merveilleux messages.

    1. Anne Thibodeau dit:

      Tu es merveilleusement ravissante avec ton message.

  2. Agnès dit:

    Ton message me parle beaucoup aujourd’hui. Deux personnes de ma communauté, que j’aimais beaucoup se sont enlevées la vie récemment et j’en suis bouleversée. Je cherche pas à nier mon état de tristesse ni à tenter de donner raison à leur geste. Ma peine est grande et juste à côté, il y a mon amoureux, mes enfants que j’aime, mes amis, les enfants grouillant de vie avec qui je travaillent, le chaud soleil du printemps et le chant des grenouilles… pause, et respect, le temps de pleurer, et revenir à la Vie. Merci.

  3. MariaIsabel dit:

    Chère Marie-Pier,

    Je t’ai connu grâce à mon amie Julie Elle-Aime.
    MERCI infiniment pour tes messages.
    Je n’ai pas les moyens de m’offrir des séances quelconque par ci par là et parfois me perdre dans des bouquins me demande un peu trop d’effort. Chose qu’avec le coeur lours et cette sensation de perte, est parfois compliqué d’entreprendre.

    Alors tes messages sont une bénédiction, moi, ça m’aide et ça contribue à que je ne me sente pas complètement seule.

    Aujourd’hui, ton message aide à communiquer avec ceux qui parfois veulent aider mais ne savent pas comment. Pourtant, ils aimeraient beaucoup faire mieux.
    Merci aussi de mettre en avant le faire que les outils ne son pas les même selon les situations, tout le monde ne le comprends pas. C’est fou comme l’empathie peut tout faire dans ces situations là!

    Belle journée à toi et à bientôt,

    MariaIsabel

  4. Julia dit:

    Un immense et chaleureux MERCI Marie-Pier pour cette réflexion si pleine de justesse et de vérité. Et c est écrit et dit avec tant de calme et de douceur…
    Vous êtes magi-gnifique ;-) Je vous souhaite le meilleur…

  5. Florence dit:

    Merci Marie Pier pour tes messages.
    Ce que tu dis dans celui ci, je l’ai découvert récemment.
    Je sentais que les paroles positives sonnaient parfois fausses cependant je ne savais pas faire autrement.
    Aujourd’hui j’essaye d’ accueillir la douleur, je me cocoone, parfois longtemps et après seulement j’arrive à avancer avec des paroles positives qui sonnent justes.
    L’acceptation et le temps d’accueil ainsi que l’amour de soi sont essentiels lorsque la lourdeur est là.
    bonne journée
    Florence

  6. Thierry dit:

    Bonjour à tous ceux qui passent par là.

    J’aime beaucoup ce message comme presque tous ceux que je trouve ici… Il a le mérite d’une extrême clarté dans le petit schéma bleu et rose.
    Ma première réaction a cependant été : « Ah bon ! ». C’est peut-être que je pensais à un type d’expérience un peu différent, peut-être situé du côté bleu très pâle. Je m’explique…

    Quand j’ai à affronter un évènement dans lequel je ne suis pas certain de ma réaction, genre prise de parole en public ou gestion d’une situation avec plusieurs inconnus par exemple, je peux ressentir au départ une vraie inquiétude pendant plusieurs heures voire jours auparavant. Et à un moment donné, me traverse l’esprit la pensée : »Ca va bien se passer! » et instantanément ma couleur émotionnelle passe du bleu (blues?) ou rose foncé et toute l’énergie nécessaire pour affronter la situation vient tout aussi instantanément. Ca me permet alors de vivre la période qui me sépare de l’évènement en question en toute sérénité et d’être « armé », si j’ose dire, pour vivre dans cet évènement tout ce qui pourra advenir avec naturel, même si elle est plus ou moins difficile…

    Cà n’est d’ailleurs pas contradictoire avec le sujet du jour, il me semble, c’est plutôt une histoire de timing, et d’attendre en effet le bon moment, le moment où « c’est mûr » pour entendre le « Ca va bien se passer ».

    Je vous embrasse
    Thierry

  7. Gaëlle dit:

    Bonjour Marie,

    Ton message me fait du bien. La nouvelle lune est arrivée et mes lunes se prélassent lentement avant de venir verser leurs larmes de sang. Deux fausses couches et deux ans où elles reviennent chaque moi inlassablement. Mon corps de souffrance s’active à cette période et j’essaye d’accepter cette état de fait sans me vautrer dans ce chagrin et cette colère et pourtant me dire que ce n’est pas grave ne me console pas, bien au contraire et tes mots me permettent de me rendre compte que c’est normal. Ils ne peuvent pas me consoler puisque par ses mots, je ne me respecte et je nie cette souffrance légitime, je crois, qui m’habite. Je ne sais comment faire pour vivre cette période de façon moins violente, peut-être qu’il me faut la vivre ainsi, aussi douloureuse qu’elle puisse être…

  8. Diane dit:

    Merci pour ce beau message que je partage entièrement. Parfois le « positif » à tout prix me heurte, comme si on ne voulait pas voir ce qui fait pourtant partie de la vie (colère, tristesse, douleur, …). J’ai souvent ressenti cette réaction comme un rejet, comme une fermeture (« mais ça va aller »). Lorsque nous sommes tristes, je me dis souvent que la première chose à faire est d’embrasser notre tristesse ; autrement dit de la reconnaître.
    Donc merci pour ces messages chère Marie, je les lis chaque fois avec appétit ;-))

  9. Anick dit:

    Tu écris:On ne lancerait jamais à une personne qui vient de perdre un enfant……
    et pourtant, tout ce qui suit cette phrase je l’ai entendu lors du décès de mon fils. :-(
    La lecture de ton message m’a aidé à comprendre comment je me sentais et pourquoi je n’arrivais pas à être encouragée par ces paroles positives. Merci

    1. Monique dit:

      Bonjour Anick,
      Je viens de perdre mon fils il y a 6 semaines et c’est difficile pour moi d’entendre  » ça va aller »  » tout passe » « c’est juste une question de temps » ça me donne juste envie de hurler.
      Pourtant je sais que nos contrats d’âmes nous ont amené là, Je n’en veut pas ( enfin je crois) à la conductrice qui l’a fauchée sur la route.
      Mais mon cœur de Maman est à vif et tous les messages positifs auxquels je me référais avant ne répondent pas à mon besoin aujourd’hui pour apaiser ma tristesse, mon chagrin et ma peine. Effectivement il faut vivre pour ses enfants et sa femme mais c’est dur de se lever le matin et de trouver à ce moment là, une raison de continuer.  » Il faut être forte  »  » les enfants ont besoin de toi » je sais tout ça mais ça ne me console pas pour autant.
      Comment fais tu ? est ce que ça devient supportable avec le temps ?
      Merci Marie pour ce texte qui me rassure et me donne un peu de lumière
      Merci Annick pour ton témoignage
      Je vous embrasse toutes prenez soin de vous
      Monique

      1. Marie-Pier Charron dit:

        Bonjour mesdames,
        La seule chose à dire à dire, parfois, n’est pas une chose à dire, mais une chose à faire : prendre la personne dans nos bras. Et porter un peu de sa douleur avec elle.

        C’est ce que j’aimerais faire pour toi, Monique (et toi aussi, Anick), alors je vous le dis en mots.

        Je suis tellement désolée que vous ayez été assaillies de telles banalités. Vous êtes dans des espaces intérieurs que peu de personnes ont explorés et traversés, et donc ce n’est pas tout le monde, malheureusement, qui a la capacité de vous accompagner. (Et j’imagine aussi que dans plusieurs cas, ils ont tellement mal pour vous qu’il ne savent pas quoi dire, et lancent des phrases toutes faites car ils sont désarçonnés…)

        Bises. XOX

  10. Sylvie-Anne dit:

    J’ai une amie qui vit une situation plus que difficile, tant financière qu’émotionnelle, depuis près de cinq années, et LA solution n’apparaît pas encore à l’horizon! Pourtant elle demeure positive et tente de se respecter à travers tous ses problèmes! C’est à elle surtout que je pensais en lisant ton message ce matin! Tu m’aides à lui apporter du réconfort! Merci!

  11. Brigitte dit:

    Merci merci Marie pour tous tes messages, les uns plus beaux/vrais que les autres. Vs avez ce don à exprimer ce que je ressens et à faire vibrer mon âme.
    Chaque semaine je me réjouis de votre courriel et je vous remercie, à chaque fois pour ce que vous partager avec d autres âmes soeurs.
    C est une source d inspiration !
    Je ne sais plus comment vos messages me sont parvenus, peu importe, c est que j en ai exprimé le désir.
    Je vous salue de la Belgique, belle journée, semaine

  12. Josée dit:

    Encore une fois, tu mets en mots, Marie-Pier, une vérité que je portais au fond de moi sans réussir à bien l’identifier… de sorte que oui, souvent, je me manquais de respect, tâchant tant bien que mal de penser positif contre vents et marées… Je réalise avec plus de clarté qu’il y un moment pour s’envelopper de compassion et de douceur afin de lécher ses plaies … Ca vaut également pour mon écoute envers les autres.
    Merci de m’ouvrir l’esprit!!!

  13. Jacki dit:

    merci beaucoup et bonne journée, les propos me rejoignent toujours au moment où je vis ces situations c’est ça la synchronicité?

  14. Agnès dit:

    Merci Marie-Pier,
    un vrai plaisir et un grand réconfort à la lecture de tous vos messages
    une belle journée à vous

  15. Micheline Côté dit:

    Bonjour,
    Le message de ce message a été très percutant de vérité pour moi. Si toutes mes tentatives d’être positive n’ont pas fonctionné, je me demande si le simple fait d’accueillir ma grande tristesse va finir par me sortir de ce qui me blesse depuis mon enfance!!! Merci pour ces messages que j’attendais depuis toujours.

  16. philippe....orion dit:

    bonjour et merci MARIE-PIER,
    toujour aussi percutant tes messages,et tellement juste.
    merci encore et bises FRATERNELd ORION.

  17. Carole dit:

    Bonjour ,
    Merci’
    C,est une chance de pouvoir livrer une partie des mots pour la fin d’une relation de ce matin,
    La dépendance etait presente dans mon couple ,j,ai lui ai fait part de mes craintes et la partie adverse n’accepte pas , Je l’ai blessé dans son coeur et dans sa vie par m’a demande de consommé un peu Moins Lors d’une fete dans m’a famille ,
    J,ai bien agi en me respectant et Lui demandant de Penser a ameliorer sa consommation,
    Lui , il s’amuse et moi Je m’inquiete ,, sa s’arrete où l’amusement ?
    Je me respecte et j’ai assez donné sur cette maladie ,
    Merci pour vous mots qui font du bien a L’âme
    Carole

  18. Julie dit:

    Il est toujours très surprenant pour moi de voir à quel point tes messages ont l’air d’avoir été écrits pour l’homme de ma vie qui vit une période difficile. Je sais que ceux-ci lui font beaucoup de bien et je voulais te remercier.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci Julie. :-)

  19. jacques lessard dit:

    comment fait-on pour envoyer de l’amour à quelq’un ou envoyer des rayons d’amour merci en attente de réponse xox,’,,,,,,,,

  20. Alice Brun-Caratini dit:

    Que ce message m’a fait du bien Marie…

    Je suis dans la situation que tu as donné comme exemple du moment le plus triste du monde, et pour lequel il est évident que l’on ne peut pas parler de positivité: J’ai perdu mon petit garçon de 5 ans, Arthur, dans un accident de piscine, durant nos vacances dans un grand parc naturel le 18 avril dernier.

    Cela va faire un mois demain.

    Je me laisse tous les jours traverser par cette tristesse, cette colère, ce sentiment d’injustice profonde envers l’Univers de nous avoir enlevé notre petit Amour.

    Et pourtant…

    Je suis aussi souvent traversée par la Joie et l’Amour d’être si bien entourée, d’avoir la chance d’être toujours Maman de son petit frère de presque 2 ans et que leur papa soit aussi fort et courageux.
    Mon petit Ange était une incarnation de la joie, et je continue de la chercher (et de la trouver!) tous les jours, en moi et autour de moi.

    Tous mon entourage est admiratif de ma capacité de résilience et je crois qu’ils sont soulagés de voir que je continue à vivre, à rire, à être en lien et à donner de la joie, malgré mon coeur lourd.

    Mais même s’il est endeuillé, mon coeur est devenu encore plus grand grâce à la connexion avec le tout que m’apporte mon petit Arthur.

    On m’a dit un jour que les larmes étaient la douche du coeur. Je viens de le laver encore un peu ce matin, et je vais lui faire prendre l’air pour se sécher, maintenant.

    J’embrasse toute personne qui m’a lue jusqu’au bout et a été touchée par mon message.

    Alice
    (Alfortville, France)

    1. GISELE dit:

      bonjour Alice ,je compatis à votre peine, c’est très dur pour vous il vous faudra du temps pour vous apaiser, vous être très courageuse , parler de votre peine peut aussi vous apaiser sachez qu’au bout du tunnel il y a la lumière, je vous transmets amitié et courage avec toute ma tendresse gisele

    2. Adelyne Cyr dit:

      Ah mon Dieu…je suis de tout coeur avec toi,cette atroce douleur,je l’ai vécue….Il y aura 23 ans ce 24 juin que mon p’tit coeur Michael( 10 ans) est décédé (dans une piscine aussi) Au début du deuil,on ne peut concevoir qu’on va en guérir un jour,mais une dame(groupe d’entraide pour parents en deuil) qui avait perdu sa fille de 20 ans dans une tuerie a dit » CROYEZ-MOI,on en guérit…je m’y suis accroché de toutes mes forces….ça faisait 7 ans,alors ce n’est pas un deuil qui se fait en 6 mois.Bon courage,un jour à la fois…à ton rythme et surtout se faire aider par un psychologue si on y arrive pas seul(e).Ton petit garçon sera toujours ton enfant…éternellement!!

    3. Marie-Pier Charron dit:

      Je suis très touchée de vous lire, chère Alice. Merci de partage ce moment sacré avec moi, avec nous. Je vous enveloppe, ainsi que toute votre famille, de toute ma tendresse.

    4. Barbara dit:

      Bonjour Alice

      Je me joins à toutes les personnes qui témoignent ici . Quoi dire de plus dans une épreuve comme la vôtre. Votre témoignage est pour nous tous une belle leçon d’amour inconditionnel . Je vous en remercie du fond du cœur
      Toutes mes pensées vers votre famille

  21. Barbara dit:

    Bonjour

    Je souhaitais juste témoigner sur notre capacité à parfois surmonter des épreuves. L’an passé on m’a diagnostiqué un cancer du côlon. Donc très vite j’ai été opérée. par chance tout s’est bien passé pour moi mais dans la période de doute, j’ai développé un optimisme forcené. Je disais et le pensais sincèrement qu’à l’hôpital j’ai vécu un état unique de Joie profonde. Je me suis sentie entourée, protégée et connectée à d’autres dimensions. Il a fallu attendre encore 2 semaines avant les derniers résultats et savoir qu’aucun traitement n’était nécessaires et que j’étais guérie, sous surveillance mais visiblement guérie

    Un jour je raconte cette extase à un thérapeute qui m’a directement répondu. Au fond vous êtes dévastée et ça a été pour vous une façon de tenir le cap.

    Ce qui m’a dévastée c’est sa phrase. Même s’il a dit vrai…….. pourquoi me dire que j’étais dévastée alors que moi je ne le réalisais pas. Depuis., des mois après, sa phrase raisonne toujours et maintenant je m’inquiète…….; et si la maladie revenait ailleurs……. et si au fond j’étais détruite alors que je montre un tout autre visage, et si je vivais dans tous les domaines dans ce déni profond

    C’est maintenant que je rame pour refaire surface, mais étant habité d’une confiance profonde, je sais que mon « insouciance » reviendra

    Il y a mille façons de vivre les épreuves

    Belle journée à tous

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Chère Barbara,
      Vous dites « Même s’il a dit vrai ». Mais il n’a pas dit vrai… Il semble insinuer que vous étiez en fuite dans un monde imaginaire, mais selon ce que vous dites, vous étiez, au contraire, bien ancrée et connectée à quelque chose de plus grand. xx

      1. Barbara dit:

        Merci Marie-Pier.

        J’ai une grande confiance en cet homme, extrêmement compétent dans son domaine, mais visiblement pas dans d’autres. C’est, je pense, ce qui a multiplié l’effet de son attitude.

        Votre réponse me réchauffe le coeur et peut être ai je à apprendre à toujours considérer ceux que j’apprécie à la bonne distance. Et à me forger ma propre opinion, car qui mieux que chacun de nous sait ce que son âme a ressenti ?

        Encore merci pour ça et pour tout le reste

  22. GISELE dit:

    bonsoir marie pier, encore un beau texte , parfois de penser positif, le vouloir à fond, me donne du courage pour avancer dans la vie ,,mais il faut garder le moral mais on a beau vouloir aller mieux parfois il ne suffit pas toujours de vouloir ,ça ne fonctionne pas toujours les problèmes de santé sont là pour me briser la vie, l’isolement en plus, il vaut mieux s’accepter comme on est avec les plus et les moins et vivre l’instant présent du mieux qu’on peut c’est plus une vie d’intériorité; bonne semaine

  23. nathalie dit:

    J’ai pris le temps de lire ce message aujourd’hui, le titre me parlait….. Merci pour ce beau moment de réflexion qui m’aide à faire face à mon état d’esprit du jour. Je me sens en effet de plus en plus en décalage avec la société dans laquelle je vis, et cela suscite en moi énormément de colère. J’ai beau m’adresser des messages positifs rien ne change. Je vais d’abord accepter cette colère, la laisser ensuite se diffuser pour mieux disparaître et retrouver du calme en moi. Je vais aller me poser sur mon coussin de méditation. Belle journée ensoleillée à tous.

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>