Vous êtes trop beau pour ce monde

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Cliquez ici pour la télécharger.)

 

Et si le problème n’était pas que vous avez de la difficulté à mettre vos limites, mais que nous vivons dans un monde dans lequel il faut en mettre?

Et si ce n’était pas un manque d’estime de vous qui vous amenait à rester avec une personne dominante (par exemple), mais le fait que vous n’arrivez simplement pas à croire que quelqu’un pourrait vouloir vous contrôler?

Et si c’était l’autre, pas vous, et que la chose que vous aviez à «travailler» était juste de le comprendre et de l’accepter?

Je parle assez régulièrement avec de magnifiques personnes à l’âme lumineuse et au cœur étincelant qui ont vécu des situations toxiques. Quand le contexte s’y prête, elles me racontent ce qui s’est passé, et pourquoi elles ont tant toléré avant de se libérer. Parfois, elles me disent qu’elle ne s’aimaient pas assez. Ou qu’elles avaient peur d’être rejetées. Ou qu’elles répétaient un schéma de leur enfance. Elles sonnent généralement assez satisfaites de leur diagnostic, soulagées d’avoir une explication toute lisse.

Souvent, j’écoute les mots que la personne dit, mais j’entends autre chose. Je sens sa grande bonté, l’immense qualité de sa présence… et je vois une vérité encore plus grande que celle de son analyse. Pendant qu’elle me transmet les détails de son manque de confiance ou de courage, j’ai envie de lui dire : Non, ce n’est pas tout à fait cela… Tu ne le réalises pas, mais tu es juste trop belle pour ce monde – tu es comme une graine d’amour pur semée dans une terre compliquée. Tu es tellement au-dessus de ces petitesses que tu n’es simplement pas outillée pour les gérer.

Separator

La première étape pour changer la réalité est de la croire. Et si on est habité d’une sincérité et d’une droiture innée, avec un besoin viscéral de valoriser les autres, il est très difficile de croire qu’une personne qui dit nous aimer pourrait essayer de nous manipuler. Ou que des amis pourraient profiter de notre bonté pour décharger ce qu’ils ont de plus laid et de plus lourd. Ou que des êtres à qui on donne beaucoup ne donnent que des miettes en retour. Il y a quelque chose en nous qui n’arrive pas à l’intégrer. C’est tellement différent de ce qui nous habite et inconcevable qu’on brode autour, on regarde ailleurs, on se dit «au fond, il veut dire autre chose…». Des fois, on peut même en venir à la conclusion que nous avons un problème – non pas parce qu’on a une faible estime de soi, mais parce que c’est l’explication la plus accessible. C’est moins bouleversant que de remettre en question notre conception du monde et de l’humanité.

Donc oui, peut-être ne vous aimez-vous pas assez. Mais peut-être, au contraire, êtes-vous habité d’un amour si vaste que vous êtes capable d’encaisser énormément de choses sans les prendre personnel et les juger? Peut-être êtes-vous simplement stupéfait, dépourvu devant toute marque d’irrespect ou de méchanceté?

La peur d’être seul, le besoin d’approbation et le sentiment de ne pas mériter mieux sont bien réels. Je ne connais personne qui s’aime parfaitement ou qui a une foi totale en la vie. Mais même si on sent ces blocages en nous, ça ne veut pas dire qu’ils sont la cause première de la situation qu’on vit. Je sais que pour ma part, j’ai toléré des choses assez indécentes simplement parce que je n’avais pas compris que les humains pouvaient choisir d’être aussi déconnectés, et je m’attendais sincèrement à ce que l’autre personne reprenne ses esprits – le contraire me semblait inconcevable. Il y a probablement un manque d’estime de moi qui s’est joint au mix, mais ma grande leçon magique ne fut rien de plus profond que : «Ah, ok… ça fonctionne pas comme je le pensais, ici…»

Ainsi, plutôt que de tenter de vous convaincre que vous méritez mieux (ou de vous juger de ne pas vous aimer assez), peut-être avez-vous plutôt besoin de comprendre et d’accepter, au fin fond de votre être, que la situation est effectivement aussi sombre et insensée qu’elle semble l’être. Peut-être est-ce le temps d’ouvrir les yeux et de croire ce que vous voyez – d’agir en fonction non pas de ce que vous portez en votre âme ou du potentiel que vous sentez, mais de ce qui est concrètement en train de se passer.

C’est normal d’être désorienté dans un monde souvent dénaturé. Tant de situations et de personnes ne sont que l’ombre de ce qu’elles pourraient être. On est fondamentalement trop beau pour la plupart des réalités qu’on vit – même pour notre propre humanité, qui nous amène parfois à perdre le fil de nos intentions et à nous égarer. Mais il semble que ça fonctionne ainsi, ici. On ne choisit pas les règles du jeu. On peut seulement choisir de les accepter.

Donc oui, on est appelé à mettre des limites qu’on ne devrait jamais avoir à installer, à dire des choses qu’on ne devrait même pas avoir à exprimer, à développer des forces qu’on ne devrait pas avoir à utiliser. Et puis au fil du temps, on finit par découvrir que toutes ces choses qu’on ne «devrait» pas avoir à faire sont en fait parmi les plus sacrées… Car même la semence la plus pure devra se donner au sol où elle est pour pouvoir se déployer. C’est la raison pour laquelle elle a été semée. Et la première – et souvent, la plus grande – expression d’amour et de beauté envers la vie n’est pas de la déformer avantageusement ou de l’idéaliser, mais de la voir exactement telle qu’elle est.

Sur ce, je vous souhaite un superbe début de semaine!

XOX

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 6 019 times, 63 visits today)

52 réflexions au sujet de “Vous êtes trop beau pour ce monde

  1. Renée dit:

    Oh que Dieu,que ce texte vient à point. Avec les étrangers,amis,famille même frère,sœur,mère. Je peux accepté.. Je sais que mon vécu et mes réflexions avec de l’aide approprié m’a aidé à accepter les comportements inattendus de certaines personnes. Cela fait mal sur le coup mais je passe à autre chose car je sais que nous sommes des humains et imprévisibles. Je ne peux gérer les actes et gestes d’autruis. Cependant j’essaie au moins avant de continuer ma route de voir si le dialogue peut rétablir la situation. Parfois la paix se fait mais la raletion change ou s’arrête . C’est la vie rien ne perdure. Cependant quand c’est un enfant adulte même si je sais qu’il est bipolaire c’est très difficile d’avoir à couper les liens. Même si le l’ai déjà fait par le passé. Mais là quand tu as des petits enfants ayoe. Mais je ne peux pas accepté les insultes,l’irrespect . Mon époux en plus est en fin de vie. Je me choisis. Nous verrons l’avenir mais avec mon fils je resterai toujours vigilante et j’ai intérêt à garder mes limites. Quand il s’agit en somme de maladie mentale et ces personnes ne veulent pas s’aider bien Il faut se tassé car ta vie peut devenir un enfer. C’est un choix, mal à l’occasion qu’une vie toute croche à pleins temps.

    1. Line dit:

      Mon Dieu que ce message est grandiose ! Ça fait un bon bout que je travaille sur « accepter ce qui es » mais pas toujours facile. Je SUIS TELLEMENT reconnaissante de ce message car il me donne enfin une image concrète. On avance tous sur le chemin de l’amour inconditionnel mais parfois on prends plus de plaisir à se blesser avec les épines que de juste accepter les roses et les épines . Merci pour ta grande bonté, ton humanité, ta grande sagesse et ton amour inconditionnel. J’en garde l’image de me voir comme un petit enfant « pur » qui arrive sur Terre, qui constate et qui découvre ce monde et ses habitants, et qu’il accepte que ça ne sera jamais un monde parfait mais décide d’être heureux en acceptant cette réalité ! Merci du fond du cœur !

  2. Jacqueline Van de Casteele dit:

    comme ce texte me fait du bien ! Je côtoie sans arrêt des personnes , proches et moins proches avec lesquelles il faut sans arrêt mettre des limites ; pour me faire respecter , respecter ce qui m’appartient , avoir droit d’exprimer mon avis ….. je suis stupéfaite à chaque fois et sans voix devant le culot , la mauvaise fois pour abuser l’autre . Ceux qui m’aiment me trouvent naïve ;  » défends toi ! n’accepte pas cela ! vire le ! ….  » c’est difficile pour moi et je ressens exactement ce que tu exprimes Marie Pierre . Maintenant que j’ai un autre éclairage ce sera peut-être plus accessible de voir la vie telle qu’elle est …..Rétablir les choses au fur et à mesure plutôt que de couper les ponts quand trop c’est trop . Merci . Jacqueline

  3. Jean-Pierre dit:

    Merci

    Vous êtes une étoile dans mon ciel, un point dans les cieux qui me permet de revenir
    vers cette beauté que nous pouvons accueillir et cajoler..

    Gratitude

  4. Fanny dit:

    Alors je démarre ce commentaire exactement comme celui que je viens de lire « Oh que Dieu,que ce texte vient à point » (et c’est souvent comme ça avec tes messages Marie-Pier mais parfois + intensément que d’autres). Cela fait plusieurs mois que je n’arrive pas à accepter l’injustice que je suis en train de vivre et quelques semaines que je me dis « mais vraiment, qu’est-ce que la vie veut me montrer cette fois? qu’est-ce qu’il me reste encore à voir? le chemin a été si long, si dur, il a fait de moi une personne si bonne, si juste, si équilibrée? « . Alors pourquoi cette nouvelle épreuve? Ne va t-elle pas juste ternir toute cette beauté que j’ai su créer? Alors ton texte me fait tellement de bien Marie-Pier. Je continue à avoir un peu peur de ce qui reste à venir et prie pour trouver la force de surmonter les difficultés mais je me sens moins seule.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je suis désolée de lire que tu vis une telle épreuve, chère Fanny. Je t’envoie une belle dose d’énergie et d’amour. XOX

  5. MdNeiges dit:

    Et il y a encore des gens qui croient au hasard : il y a quelques jours, je reçois « le château de miettes » et je me dis : « ok, c’est exactement ça ! C’est ça que je vis, j’ai construit le château-de-mes-rêves en miettes et je m’évertue à le maintenir alors que, comme c’est le propre des miettes, il s’écroule tous les jours un peu plus. Je veux tellement un beau château, alors je le restaure sans relâche. Mais Dieu que c’est fatigant… »
    Et puis aujourd’hui, « Vous êtes trop beau pour ce monde »… c’est comme si c’était écrit « rien que pour moi ». Oui, j’ai cru pendant 30 ans que « le problème » c’était ma sensibilité « exagérée », ma « fragilité » (entre guillemets ce que j’ai entendu encore et encore). Ensuite, j’ai cru que c’était « de ma faute », que je devais « m’aimer plus, m’aimer mieux », me respecter mieux, poser mes limites, etc. Mais en fait, je suis tout simplement stupéfaite et paralysée/démunie devant les marques d’irrespect, de méchanceté, quand l’homme que j’aime (et qui dit qu’il m’aime) manipule la communication, la sabote à son envie, la détourne : je ne sais pas quoi faire. Sauf m’obstiner à rétablir le dialogue, encore et encore et encore, jusqu’à l’épuisement total. Mais prendre le large ? renoncer ? je n’y parviens tout simplement pas. Ce que je vois me semble tout simplement impossible, irréel, alors que je cherche une explication, ou à le convaincre d’ouvrir les yeux à son tour sur la beauté et la pureté de la vie (en moi). Qui vivra verra. Je crois aux miracles. Et que la magie de l’amour peut tout. Encore faut-il être en vie…

  6. Anna dit:

    Merci de ce texte dans lequel je me retrouve… je me suis longtemps dis dans ma vie que j’étais trop bien pour certaines personnes qui me maltraitaient et ne me méritaient pas.. seulement je les attirais et j’étais bien aussi « pas assez bien » à mon jugement avec culpabilité qui sappe l’estime de soi ….Se voir « pas assez » et »trop » en même temps,.. se dire « cela est possible » et impossible » c’est tout autant ne pas à re-connaitre la réalité…., tout est en soi dans la contradiction ce dont de nombreuses personnes nous ont rempli génétiquement et nous avons continué de nos expériences à faire cet humain.

  7. Hélène dit:

    C’est renversant …. MERCI Marie-Pier, et MERCI Dominique, qui m’a mise sur le chemin de matin magique !

  8. Tania dit:

    Bonjour Marie,
    Merci pour ce beau texte qui remonte à contre-courant le fleuve des injonctions spirituelles, tel un saumon sauvage plein de courage et de force ! Il sonne juste pour moi et résonne avec un sentiment jusque-là informulé. Si un jour je repasse par Montréal et que vous y êtes, j’aurais plaisir à vous rencontrer car, je profite de ce témoignage pour vous le dire, plusieurs de vos textes arrivent dans ma boîte électronique avec une pertinence et une synchronicité (parfois déconcertante) qui m’aident à mettre en place des changements concrets. Merci de vos mots, à la fois aériens (cybernétiques;-) et enracinés, où vous êtes authentiquement entre ciel et terre…
    Tania de Paris

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ça me touche de vous lire, Tania. C’est bien la première fois qu’on me compare à un saumon sauvage… Hi hi.

  9. STOLTZ dit:

    Merci, Marie !
    J’ai demandé à l’ « UNIVERS » de me donner l’explication qui m’échappait. Paradoxalement, je devinais pourquoi l’homme que j’aimais m’avait rencontrée, mais…bcp de difficulté à faire mon auto analyse. Pourquoi suis-je capable d’accepter autant, totalement, généreusement? Et capable de pardonner les « gaffes » à répétition ? Je me jugeais bien faible …tandis que je reprenais courageusement le dialogue, ne voulant pas rejeter l’autre.
    J’ai souvent pensé à ta conclusion, sans l’adopter : je la trouvais trop présomptueuse, prétentieuse…mais je crois qu’i y a de la justesse dans ton analyse…quand-même !
    Et comme je viens de faire ma demande d’aide à la compréhension de cette drôle de relation , je suis amusée de recevoir ce qui me semble être une réponse, et un clin d’oeil !
    MERCI ++++

  10. Christine dit:

    Merci Marie-Pier, ce message me met un tel baume au coeur, tu ne peux pas imaginer à quel point ! Je ressens tellement d’humiliation à me souvenir des 6 dernières années de ma vie, de tout ce que j’ai accepté par amour et pour un amour non partagé ! J’ai parfois l’impression que j’ai dû rêver cette période de ma vie. En tout cas j’en ai tant honte que je n’en parle à personne, en-dehors de ma thérapeute. Je m’en veux d’avoir été faible et soumise, à avoir cédé par peur peur du rejet, tout comme tu le dis. Mais de voir les choses telles que tu les présentes, comme simplement le constat qu’au final c’est parce que j’ai tant d’amour à donner, parce que je suis authentique et pure dans ma relation aux autres que je me retrouve à vivre de telles situations, eh bien… ça fait un bien fou ! Merci, merci, merci !

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ça me touche tellement de lire cela, chère Christine! J’espère que vous laisserez aller la honte qu’il vous reste… Au contraire, vous pouvez être fière d’être entière et d’être allée au bout de l’expérience. Et en ce qui concerne les parties de vous qui sont petites et qui se sont accrochées — eh bien, cela fait partie de votre humanité. Pour certains, ça s’exprime en fermant leur coeur, pour ne jamais être blessé — ce qui donne l’impression qu’ils sont plus forts et détachés, mais c’est la même chose en arrière-fond… XOX

  11. Rahsan SOMMERHALDER dit:

    Merci. Tes réflexions vont à contre sens de ce qui dit par thérapeute New age qui tjs focalise sur la responsabilité individuelle. La réalité est complexe/ constituée de couches qu’on ne saisit pas quand on vit une situation une relation.
    J’étais dans une relation où il retournait sans arrêt la question et le problème sur moi. De mon côté j’étais dans une attitude de regarder en moi ce à quoi ça renvoyait comme blessures je pratiquais hoponopono. Je faisais ça seule de mon côté. Je m’imaginais qu’il faisait pareil qu’il avait éclairé ses parts d’ombres pour voir les potentiels de la relation. Exemple aberrant : il insinuait que j’avais un problème de désir appétit sexuel non adéquat et de ce fait il ne pouvait bander. Pour moi je voyais bien qu’il bandait mal et qu’il n’assumait pas j’acceptais tout en l’aimant avec cette faiblesse. Mais le résultat de mon côté est que j’entretenais ainsi cette mésestimer de moi en l’étendant à la sphère sexuelle. Autre gros caillou que j’ai encaissé : jamais aucun pardon. Là encore je pratiquais la pacification intérieure…au final je me disais qu’en encaissant en continuant avec lui je grandissais…
    J’ai mis bcp de temps à rompre. J’ai préféré ça à ma solitude et l’abandon que je connaissais bien. Ça c’était l’espoir-la conviction- que dans une relation je grandissais plus que isolée.

  12. Tatiana dit:

    Marie-Pier,
    Merci pour cet article qui tombe comme une synchronicité. En effet, actuellement, je me flagelle de ne pas savoir mettre mes limites avec mon mari, qui, au demeurant est un homme charmant et aimant…Seul hic, il a une personnalité « A » un peu « pushy » . Il n’hésite pas à pousser, certain que l’autre peut dire « non », s’il le souhaite.
    Je ne me reconnais PAS dans la personne qui n’a pas d’estime d’elle…ou cherche l’acceptation à tout prix…En revanche, je me reconnais bien dans la description de la personne qui n’est pas outillée pour mettre ses limites en permanence. En effet, ça ne me vient jamais à l’idée de « pousser » ou « tordre gentiment le bras » aux gens pour obtenir ce que je souhaite…Et je n’imagine pas que les autres puissent le faire…la relation s’en trouve forcément déséquilibrée.
    Quand c’est mon mari, qui est un homme aimant et respectueux qui « pousse », même gentiment, (pour aller faire du sport, que je m’habille comme ceci ou cela, qu’on réserve telle sortie ou voyage), je me trouve très dépourvue.
    Alors je me juge de ne pas savoir mettre des limites…ça me bouffe une énergie de tous les diables. En même temps, c’est la réalité que des gens, même aimants, « poussent »…alors je sais que j’ai à apprendre à mettre mes limites, même si, dans le monde dont je viens (là haut, là-bas), je n’ai pas cette nécessité. Mais c’est dur !

    1. Brigitte Gillé dit:

      Ah ! Ah! Tatiana, j’ai le même genre de mari ! Il y a quelques jours, j’ai explosé en lui disant : pourquoi me demandes-tu toujours des tas de trucs, ça m’oblige à te dire non, ça me martyrise, j’ai l’impression d’être mauvaise, que tu m’en veux tout le reste de la journée, etc… Il était ahuri. Dans ces moments là, ses yeux deviennent fixes, il n’ose plus bouger, il ne comprend rien à ce que je raconte, il a fini par dire : mais, quand tu ne veux pas… tu n’as qu’à dire non, et c’est tout ! C’est quelqu’un de très agréable, qui prend sa place, s’affirme, demande… sans s’interroger sur la façon dont l’autre va le recevoir, l’autre n’a qu’à faire pareil ! Mais pour moi c’est très dur. La grande leçon est que j’apprends à exprimer clairement, fermement et tranquillement « qui je suis ».
      Merci à Marie Pier, car ce message est effectivement « à contre courant » et donc très courageux !

  13. Paul dit:

    Merci pour ce très beau message que le tien, Marie-Pier.
    Il y a juste la dernière ligne sur laquelle j’aimerais réagir un peu, celle qui dit qu’il suffit de « voir la réalité telle qu’elle est ». Du peu que je connais de mes 55 ans de vie, elle n’existe vraiment pour moi que suivant l’éclairage que JE lui donne. Si mon éclairage (mon humeur, mon ressenti) est noir, ma « réalité » sera sombre, si mon éclairage est rouge de colère, ma réalité le sera tout autant mais si mon éclairage est joyeux et reconnaissant, qu’est-ce que ma vie est belle !
    Ma liberté, et c’est ainsi pour chacun je crois, se situe seulement dans le choix de cet éclairage et c’est cette lumière qui donnera consistance à MA réalité, qui me sera toute personnelle et unique. De ce fait, il n’y a pas UNE réalité, mais autant qu’il y a d’êtres dans l’Univers. Un des choix, pour chacun, consiste à opter pour l’amour et la beauté des choses, comme tu le dis si bien, et donc de vivre les évènements que l’on choisit de voir (eux aussi) sous le plus bel éclairage qui soit.
    En cela, chacun de nous est, en effet, merveilleux et nous sommes tous tout simplement très beaux dans ce monde (et au-delà car nous sommes tous unis ! ).
    A moi d’en prendre pleinement conscience et à accepter ce que je vois et, quand cela est trop dur, à moi de choisir de changer mon éclairage jusqu’à ce que je trouve que la lumière est belle ! Cela passe par l’acceptation des choses et la reconnaissance de ma beauté intérieure … rayonnante !
    Ton texte est bien là pour nous souligner notre grandeur. Cela valait tout bonnement la peine de nous le rappeler. Merci !

  14. Mauricette Baker dit:

    Bonjour Marie-Pier. Je suis souvent touchée par vos messages mais celui-ci me parle encore plus que les autres et, arrive à point nommé. Merci la Vie, qui permet toujours de recevoir un message (image, émission , livre , rencontre, ) qui nous aide à trouver des réponses quand il n’y en a pas .
    Aujourd ‘hui , je les trouve en lisant le message du jour . J’en ai eu les larmes aux yeux tellement cela a résonné en moi . J’en ai pris connaissance au retour de ma séance chez le psy et, si j’en suis repartie un peu soulagée d’avoir pu poser mes émotions actuelles , votre message éclaircit mes doutes et le chemin à suivre . Je sais maintenant que je suis dans le « vrai » et que je dois mettre un terme à cette relation amoureuse débutée il y a à peine 7 mois et déjà si compliquée.
    Merci infiniment pour votre bonté, vos partages du cœur. Merci est d’ailleurs un mot faible face à ce que je ressens actuellement .
    Vous avez mis du soleil dans ma vie « sombre ».
    Je vous souhaite une aussi belle journée que celle que vous m’offrez .
    Je vous embrasse Marie Pier et merci d’ « être « .
    Namasté

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je suis tellement touchée de lire ça, Mauricette! Merci d’avoir pris le temps de partager votre histoire et votre gratitude. XOX

  15. Sylvie-Anne dit:

    J’ai vécu hier, une situation que je considère traumatisante mais qui m’a ouvert la porte à ce que je suis vraiment! Et ce matin, après avoir décortiqué ce qui m’est arrivé, je réalise que j’ai encore beaucoup, malgré mon âge, d’amour à donner mais pas nécessairement aux personnes à qui j’avais l’habitude de le faire! merci Marie-Pier de ton message de ce matin qui vient mettre en lumière ce qui était latent en moi! Bonne journée!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci du partage Sylvie-Anne!

  16. Claude dit:

    Jamais un message ne m’avait autant soulagée et.. enseignée …
    accepter de voir le monde tel qu’i l » est  » .
    Merci Marie Pier

  17. Bernard Aubin dit:

    Merci Marie-Pierre, en lisant ton texte dans le silence total, c’est comme si j’entendais un ange le lire d’une voix douce. Je me demande si comme homme je vois de la même façon la réalité. J’ai connu ce que l’on ressent lorsque l’on est atteint de bipolarité. C’est un maladie qui fait peur aux autres et maintenant qu’elle est contrôlée, je vis chaque instant dans la paix et des fois je suis remué au niveau de mes souvenirs. J’ai décidé d’écrire ma biographie et j’ai déjà commencé. J’e ne pense pas en faire une publication mais c’est pour mon plus grand bien. C’est pour me réconcilier avec moi-même. J’ai tout ce qu’un homme peut désirer pour vivre heureux: un conjointe autonome et pleine d’amour envers nos petits fils jumeaux de 4 ans, deux enfants adultes capable de se débrouiller dans la vie et affectueux à leur façon. Il y a une chose qui me manque c’est de savoir donner de l’amour à l’exemple de mon épouse. Je suis de la génération qui a cherché un sens à donner à la vie. Je n’ai pas eu la facilité de m’orienter dans la vie, de prendre une direction. On m’a inculqué des valeurs religieuses et j’ai poursuivi dans cette direction jusqu’à ce que j’ai réalisé que j’était trop jeune pour aller vers un célibat. Aujourd’hui, je pense qu’il faut croire en quelque chose, donner le meilleur de nous-même et se garder des limites.Je ne prétends pas détenir la vérité mais c’est le fruit de ma réflexion.

  18. Daniel dit:

    Merci pour cette superbe réflexion Marie Pierre.

    Nous sommes parfois  » d’un amour si vaste que vous êtes capable d’encaisser énormément de choses sans les prendre personnel et les juger? Peut-être êtes-vous simplement stupéfait, dépourvu devant toute marque d’irrespect ou de méchanceté? »

    Je vais aussi écrire ma biographie….j’ai adopté des enfants dans un pays qui m’a lui-meme adopté, et je suis toujours heureux de servir a quelque chose et parfois j’accueille chez moi des visiteurs, comme par exemple la semaine derniere, deux cyclistes qui ont voyagé des milliers de kilometres a vélo…
    Mais je me sens totalement rejeté par mon épouse, qui voudrait…je ne sais pas…juste etre 2tranquille chez elle…chez nous…mais en refusant d’accueillir tout ce qui peut paraitre inattendu, la tension entre nous continue de monter car je ne suis pas en paix, moi, dans un monde trop routinier….je me sens mal quand je me sens inutile…

    Elle a abandonné tout ce que j’aimais qu’elle fasse…et maintenant je sens que nos chemins peuvent se séparer car je n’arrive pas a la retenir sur le chemin du repli sur soi….Notre relation deviendrait-elle toxique? Nous avons été ensemble pendant 29 ans…Pourrons nous surmonter cette crise?

    Je suppose que certains couples souffrent d’une augmentation progressive des rythmes et des préférences mutuelles avec l’age…

    Jusqu’a quel point doit-je essayer d’empecher mon partenaire de se refermer dans sa coquille?

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je suis désolée de lire que vous vivez cela, Daniel. N’ayant pas vécu de relation d’aussi longue date, je ne suis probablement pas la meilleure personne pour vous conseiller concernant le phénomène général du couple qui vieillit… Cela dit, concernant votre question « Jusqu’a quel point doit-je essayer d’empecher mon partenaire de se refermer dans sa coquille? », ma réponse est spontanée est « pas du tout ». La meilleure façon (et peut-être la seule) d’inspirer, à mon avis, est de donner l’exemple et d’incarner ce qu’on dit. Et si la personne continue sur le chemin qu’elle a commencé à emprunter, l’approche la plus aimante est de respecter son choix.

      Essayer de contrôler l’autre a généralement l’effet contraire, à long terme. Et de toute façon, même si ça fonctionnait, avez-vous vraiment envie d’être le coach/motivateur de votre conjointe? Ça passe pour de courtes périodes, mais au fil des années, ça devient lourd…

      Sinon, peut-être qu’une thérapie de couple vous amènerait à faire de belles découvertes. :-)

  19. Marie Claire dit:

    Ouf ! J’ai reconnu tellement de personnes qui ont été et sont  »des semences pures qui se sont données au sol où elle est pour pouvoir se déployer », devenant ainsi des modèles, des piliers servant de guides pour qui les reconnait. Heureusement qu’elles existent !
    Puis, je pense aux personnes en fin de vie qui regardent derrière elles :  »La plus grande expression d’amour et de beauté envers la vie n’est pas de la déformer avantageusement ou de l’idéaliser, mais de la voir exactement telle qu’elle est. »
    Merci Marie Pier

  20. Karin dit:

    Merci pour ce texte. Parfois croire ce que l’on voit parce que c’est la seule façon dans le contexte de faire avec la situation… C’est presque subversif, certains diraient anti spirituel. Comme si le spirituel c’était accepter l’inacceptable au nom de « l’amouuuuuuur inconditionnel ». Laisser les autres pêcher à sa propre encontre, c’est pêcher soi même. Etablir de saines limites c’est s’aimer soi et ça permet d’aimer les autres même si ça peut vouloir dire les tenir à distance pour certains ! la lumière attire l’ombre, mais quant à prendre toute ombre égarée qui se présente… non.

  21. Béatrice Roussel dit:

    Ce texte me parle à un point….inimaginable!!! Il y a 4 ans, à la fin de ma carrière professionnelle, mon chef de service, en parfait pervers, avait inventé 3 fautes que, j’étais censé avoir commises le même jour!! Vu leur invraisemblance et leur énormité, je pensais que ces accusations mensongères seraient rapidement balayées . Je n’avais pas imaginé que mes 2 collègues, témoins de la véracité des faits, ne lèveraient pas le petit doigt!!! Ce fut violent, douloureux, impensable!. Si la psy m’a bien expliquée combien leur lâcheté était si inimaginable pour moi qui m’étais souvent « mouillée » pour des collègues injustement accusés, le texte d’aujourd’hui apporte une véritable lumière sur cette « expérience ». Cette histoire s’est bien terminée. J’ai porté l’affaire devant le tribunal et la partie adverse a proposé un « arrangement » (suppression de la sanction etc.. et dédommagement, je savais que le chef de service se démenait en vain pour alimenter son « dossier »). C’était une victoire psychologique, mais la lâcheté de mes collègues (par peur??) avec qui j’entretenais de bons rapports n’est jamais passée!!! reste pour moi invraisemblable!!! et ce texte est une vrai révélation et une Consolation!!!MERCI! MERCI! MERCI!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Quelle expérience, effectivement! Merci du partage, Béatrice… Je suis ravie de lire que mes mots ont été révélateurs. XOX

  22. Jean-francois dit:

    Un merci s impose cela fait des années que je te lis chaque fois que mon instinct me le suggérait et a tout les coup nous avions le même questionnement. Cette fois ci tu n aurais pas pu mieux tomber encore dans le mille , je cherche toujours ma legende personnel avec un pouvoir qui se devoile au fur et a mesure de rencontres merveilleuses . Je suis tellement loin de ce monde que la connexion est difficile a maintenir ainsi que ma stabilité mentale quand ca devient plus intense , il y a beaucoup de mouvements de ces temps ci , j ai hate de voir ou cela vas nous mener . Un gigantesque merci a toi cela fait du bien de savoir que nous sommes plusieurs dans ce monde a ne pas comprendre les regles du jeu

  23. Danièle dit:

    Bonjour Marie-Pier,
    Je suis éblouie de tant de clairvoyance, ça été une lecture magnifique qui a inondé mon coeur de joie. Je ne me sentais plus seule avec un constat que ce n’est pas moi qui est inappropriée avec mes valeurs d’amour altruistes qui frisent souvent la naïveté et la confiance en l’autre parce que je crois en la transparence mais qu’en fait ce n’est pas le cas pour tous.
    Je conserve en moi ces valeurs intactes, elles sont pures, inaltérables mais je ne donne plus mes perles à ceux qui n’en comprennent pas la signification. J’ai appris à me choisir d’avantage, avant je n’étais même pas dans la cour arrière, mais engloutie dans les besoins des autres, sans couleur, ni saveur, ballotée à tout vent des aspirations de mes proches.
    Merci Marie-Pier pour m’avoir fait tant de bien aujourd’hui, bonne semaine.
    Avec mon affection et souhaits de bonheur dans tes projets, Danièle x x

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci du partage chère Danièle! C’est si beau quand tu dis « Je conserve en moi ces valeurs intactes, elles sont pures, inaltérables mais je ne donne plus mes perles à ceux qui n’en comprennent pas la signification ». Alleluia!

  24. Isabelle dit:

    Merci Marie pour ce message ébouriffant de sagesse et éminemment déculpabilisant. Il m’a fallu des années avant d’admettre que l’amour ne pouvait pas tout, que je devais réserver mes qualités, mon empathie, ma bienveillance, ma générosité, à des gens qui en valent la peine, qui le méritent, qui sont dignes de moi (et vice-versa).

    Les autres, ceux qui ne veulent pas être aidés, ceux qui sont auto-centrés, nombrilistes, cruels, insensibles,,méchants, voir pervers, hé bien qu’ils se débrouillent. J’ai compris les leçons, tout le monde n’est pas comme moi, et ceux là, je les évite à présent. J’ai un radar, une protection, désormais qui veille. Une petite voix qui me dit  » protège toi, ne donne pas tout, observe, apprends à connaitre, vois si l’autre mérite ton amitié/amour/respect/confiance » .

    Oui j’ai été naïve, mais je ne me juge pas. J’avais quelque chose à comprendre, sur la vie et les êtres humains. Cela m’a rendue plus forte, plus lucide. Depuis que j’ai pris cette belle décision, je vais vers et j’attire des personnes lumineuses, bienveillantes, aimantes, positives. :-) Et ce n’est qu’un début !

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Quel précieux partage… Un grand merci Isabelle!

      1. Isabelle dit:

        Merci à toi Marie, de nous offrir de si beaux partages!! C’est juste incroyable les trésors que tu vas chercher!
        PS: je suis d’accord avec le « saumon sauvage » courageux ;-)

  25. Michel dit:

    Je célèbre aujourd’hui mon 75e anniversaire de naissance et l’année de mon 25e anniversaire de sobriété. J’ai appris que: ce n’est pas parce que je ne bois pas que tout le monde a arrêté de boire. J’ai appris que ce n’est pas parce que j’ai toujours payé mon loyer que tout le monde paye son loyer. J’ai vécu la vulnérabilité, l’abandon, la solitude. Ah! le mal de l’âme et les dépressions…
    Je sais depuis que: chacun est l’unicité créatrice de l’âme dans l’unité divine.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Un très joyeux anniversaire à vous, Michel! XOX

    2. Martine dit:

      Bravo, Michel, pour tes 25 ans d’abstinence alcoolique ! Une AA de 65 ans de vie, mais seulement 21 ans de gratitude.

  26. Danielle Vincent dit:

    Pourquoi apres 38 ans tu n a plus le gout d etre avec cette homme , avoir envie d une autre vie , par contre j ai pas a me plaidre mais nous n aimons pas tjrs les meme affaire j ai besoin d etre seule mais faut t ‘il tt lacher je veux pas faire de mal…l article me rejoint beaucoup mais j ai de la misere a me faire confiance ….

  27. Virginie dit:

    Merci Marie-Pier, pour ce texte qui arrive pile au bon moment dans ma vie pour mettre en lumière cette réalité ! Vos mots sont justes et résonnent profondément avec ma situation actuelle. Je vous remercie d’avoir pointé cet aspect que je ne voyais pas alors qu’au plus profond de moi, c’est ce que je ressentais (comme une petite voix venue des tréfonds de mon être, qui me chuchotait cette vérité, mais que je n’entendais pas). Lire votre texte m’a permis d’en prendre pleinement conscience (ça m’a fait l’effet d’une révélation !) et va m’aider à poursuivre le chemin commencé. Encore merci. Je vous souhaite une agréable journée.

  28. GISELE dit:

    bonjour Marie Pier, bon premier Mai et plein de bonheur ,ce texte me parle aussi ,dernièrement j’ai aidé mon amie veuve depuis 2 ans, les enfants travaillent, nous l’avons conduit tous les 3 mois à l’hôpital pour des consultations et fait ces courses au supermarché des services sans compter pour se rendre service ,l’autre jour mon ami a eu un accident de la route et plus de voiture pour mes consultations à l’hôpital ,alors j’ai demandé à mon amie qu’on a aidée, si son fils pouvait nous y amener à l’hôpital, elle m’a répondu que son fils avait du travail alors qu’il est en retraite maintenant, son fils m’a dit appelle UBER ,je n’ai pas trouvé de taxis disponibles j’ai du avoir recours à mon voisin qui a accepté , je ne comprends pas et je ne l’intègre pas ,je récolte les miettes, est ce que je dois mettre des limites à mon amitié? je la croyais sincère depuis 34 ans je tombe de haut , je me sens offensée un peu exclue, je ne lui ai fait que du bien j’ai accompagné son mari avec elle jusqu’au dernier souffle comme quoi on ne connaît pas les gens comme on voudrait, ma colère et ma déception va passer, je dois digérer, bonne semaine

  29. Véronique dit:

    Bonjour Marie-Pier, bonjour à toute la communauté des magiciens
    Oui, je crois à l’âme agit, à la magie de la Vie!
    Merci Marie-Pier, merci à vous tous d’être là, merci pour ce dernier message qui me rejoint merveilleusement bien là où j’en suis à présent. Et grâce à vous, je me sens faire partie d’une belle famille de belle âmes au coeur tendre.
    Et au fait, si j’avais une baguette magique, c’est la tendresse que je demanderais pour ce monde….
    J’ai passé ma vie à ne pas me sentir de ce monde….jusqu’à comprendre comme tu le dis que je n’avais pas le mode d’emploi…..
    Aujourd’hui, je me prends par la main avec tendresse, bienveillance, Amour et je m’enmène joyeusement sur le chemin, j’apprends la Vie, je m’enchante et me réenchante, je savoure…… et tout cela est possible car, gràce à un merveilleux thérapeute en Somatic-Experiencing, j’ai pu « réveiller le tigre en moi », cf le livre portant ce titre de Peter Levine…….
    Aujourd’hui, je peux dire, je t’aime et je m’aime et parce que je m’aime, infiniment, tendrement, je me choisis et je peux mettre mes limites, je peux les mettre au nom de l’Amour pour Moi telle une mère aimante le ferait pour son enfant…..,
    Aujourd’hui, j’ai accès enfin à cette merveilleuse source d’Amour en Moi, je veille à m’y baigner et à la savourer, j’ai compris que tout commence par MOI. Je prends soin de moi. Je suis devenue une bonne compagne pour moi-même…..et bien sûr toujours avec les autres…. peut-être mieux…..
    Aujourd’hui est réellement le début d’une Nouvelle vie. :-)
    Je viens tout juste d’enménager dans les Ardennes belges, en pleine nature.
    Je fais le voeux que ce lieu soit un lieu où il fait bon vivre, partager, rire, apprendre La Vie……un lieu où chacun puisse se sentir le,la Bienvenu(e)….
    Je fais de plus en plus l’expérience que quand on connait les règles, et que l’on S’AIME, la Vie est Belle! Youpieyeyeye!!!!!
    Tendre étreinte du coeur et doux bisous à tous et un spécial pour toi Marie Pier
    Véronique

  30. L'ascète dit:

    « Tu ne mérites même pas la salive que j’utiliserais pour t’engueuler! » était souvent une de mes pensées. Maintenant, j’use ma salive, et ça me fait du bien, donc à autrui aussi. :)

  31. Ghislaine BRUNELLA dit:

    Bonjour Marie-Pier,

    MERCI MERCI,juste MERCI pour TOUT ce que je reçois de vous depuis quelques années.

    Ghislaine

  32. Kristell dit:

    Merci pour ce texte, pour cette justesse, pour cette vérité qui me touche au plus profond de mon être… Cela fait plusieurs années, que je me dis, comme vous le décrivez si bien, tu ne dois pas t’aimer assez, tu acceptes vraiment n’importe quoi, tu te laisses manipuler, sans vraiment comprendre pourquoi… Et en lisant vos mots, je comprends, je comprends que cette confiance, et cet amour, que je donne de prime abord à tout être, c’est cet amour sacré dont je suis remplie, et que malgré la réalité de la situation qui peut me rattraper, et me faire tomber très bas, cet amour est juste, et vrai. Il est moi ! Merci pour tout !

  33. Pierre dit:

    C’était totalement approprié, synchrone, j’ai écouté l’audio fil en boucle quelques jours. Écrits sur mes limites, mes valeurs, mes droits d’existence, d’être comme je suis et de reconnaitre que je ne peut donner que ce qui déborde de moi un coup que je suis remplie. De reconnaitre aussi que nous vivons sur la terre ou les règles sont inégale que les trésor comme l’amour doivent être entretenue, protégé comme un objet sacré.
    Merci ma chère Marie-Pier Magique.

  34. Ginette dit:

    Je viens de mettre fin à une relation qui durait depuis 4 ans si on peut appeler ça une relation car la personne me téléphonait que pour dire bonjours mais exigeait que je lui téléphone à chaque fois que je sortais et que je revenais sous prétexte qu’il allait peu-être passé. Il disait qu’il m’aimait . au début il passait pour chanter avec moi mais pas souvent .La deuxième année on prenait une marche le soir mais seulement l’été puis . puis il a mal au dos alors plus de marche avec moi mais avec un de ses amis il pouvait. maintenant il soutient une personne enfin de vie et je le consolait au téléphone.Et voulà un mois je lui ai dit que je partais en vacance pour trois semaine en Chine et que notre conversation me manquerait. mais la veille de mon départ il n’a pas appelé. J’attendais son appel et rien. Le matin du départ il a appelé à L’heure de mon départ. Je lui ai dit trop tard je pars. Alors j’ai réfléchie et j’ai décider de ne plus continuée.À mon retour je ne l’ai pas rappeler . deux jours plus tard il m’a appelé et je lui est dite ce que je pensais. Il a répondu excuse-moi de t’avoir dérangé.c’est tout. Et je lis ton message ça m’a permise de voir que j’ai raison mais je me sens coupable de l’avoir blesser. Merci d’être dans ma vie .J’ai besoin de ta présence. Merci je comprend mieux certaine chose encore Merci.

  35. Luce Mallaivre dit:

    Bonjour Marie-Pier et merci infiniment pour ce message qui tombe à point
    ce matin !!!
    j ‘en ai assez de me culpabiliser et de me dire que je porte qqe chose en moi
    qui n ‘est jamais ok ..
    je n ‘ai pas une vie standard mais elle riche et je me sens jeune malgré
    mon âge ; je ne me suis jamais sentie adaptée à ce monde même si il y
    a des moments merveilleux à vivre .
    encore grand merci et à toutes les personnes qui écrivent : »nous ne sommes pas seuls  » mais trop isolés les uns des autres !! bel été à tous

  36. Martine dit:

    Merci Marie-Pier pour ton éclairage, toujours enrichissant. Cependant, ici, je mettrais un bémol. En ce qui me concerne, je vois un piège : si je me pense « au-dessus de ces petitesses », comme tu l’écris, je risque de développer un orgueil spirituel. Or, mon ego naturel n’a pas besoin de ça !… Qu’en penses-tu ? Belle et douce journée à toi !

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>