La décision

shutterstock_210789148bali_bouddha
Tu es toujours libre de changer d’idée et de choisir un avenir différent, ou un passé - Richard Bach -

Quand j’avais 19 ans, j’ai passé un mois dans un centre de méditation zen, espérant en sortir profondément libérée. J’ai fait des jeûnes, non seulement pour ma santé, mais pour purifier ma psyché. Il y a eu une période où j’ai suivi des cours de yoga plusieurs fois par semaine, car… bien, c’est du yoga, donc c’est spirituel, n’est-ce pas? J’ai lu des livres et acheté des programmes de développement personnel divers. Et il y a eu les voyages, les retraites, les guérisseurs…

Et vous savez quoi? J’ai fini par réaliser que rien de tout cela ne me changeait profondément. Ou du moins, pas autant que ça aurait pu, et certainement moins que je l’aurais voulu. Voyez-vous, je me mettais dans le «bon» contexte… mais ensuite, j’attendais que sa magie opère. J’avais une forte intention au moment où je réservais la retraite ou achetais le programme, mais une fois que ça commençait, j’avais une attitude assez passive. Je croyais que le contexte en soi avait le pouvoir de me libérer.

On entend souvent des personnes parler d’expériences qui les ont transformées. Or, si on pouvait avoir une vue d’ensemble, on constaterait que ce n’est pas l’expérience en soi qui a provoqué le mouvement, mais les décisions que celle-ci a amenées ces personnes à prendre. Être dans un centre de méditation ne nous transformera que dans la mesure où l’on choisit de lâcher prise, non pas seulement de réfléchir à nos problèmes assis sur un coussin. Le yoga n’est du yoga, par définition, que si on cultive activement une intention d’amour et de présence en le faisant. Oh, et même les épreuves ne nous transforment pas par défaut… Oui, la douleur peut nous fait grandir, mais seulement dans la mesure où l’on choisit de l’accueillir et de s’assouplir.

J’ai entendu il y a quelque temps le témoignage d’un homme qui a survécu à un accident qui aurait dû être mortel. C’était un vrai miracle… Après coup, il s’est donc dit que de toute évidence, une mission spéciale l’attendait. Oui, il était convaincu que cet événement allait être la plaque tournante de son existence et que sa vie, jusqu’alors insatisfaisante, allait devenir complètement différente. Il a attendu… Puis il a attendu encore… Mais rien n’a changé. La seule chose qui a finalement changé, après un moment, c’est lui. Il a décidé de devenir l’élément déclencheur tant attendu, et il a entrepris le dur labeur de se dégager de sa peur du bonheur et de la vie.

Ainsi, on s’attarde beaucoup aux modalités qui peuvent nous apporter de la joie… Mais bien qu’il y ait effectivement des approches plus efficaces que les autres, et des contextes plus inspirants que d’autres, la magie n’est pas dans ces derniers. Elle est dans la décision de regarder la peur en face et d’aller malgré tout là où l’on se sent appelé. Elle est dans la décision de prendre les devants et de choisir l’état qu’on cultive, plutôt que de réagir automatiquement à ce qui se présente. Elle est dans la décision de prendre notre place au cœur de notre existence, finalement. Et autant on peut passer des années à utiliser un outil après l’autre sans avoir la sensation de bouger, autant il suffit souvent d’une courageuse décision de ce genre pour absolument tout changer.

Bonne journée! On se retrouve lundi en pleine forme…

signature marie


Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

4 réflexions au sujet de “La décision

  1. Laurent dit:

    Bonjour.
    Joli texte, emprunt de bon sens, de lucidité et surtout de simplicité authentique. Je croise beaucoup de personnes qui me racontent leurs voyages, en Inde, Sri Lanka, Thaïlande et …. Bali. :-) Ils me content avec sincérité et un Lumière dans les yeux leur soudaine expension de leur champ de conscience. J’en suis toujours admiratif. Puis certains me parlent déjà de leur prochains voyages. Je me dis moi qui ne suis allé nul part la cinquantaine venue que je passe forcément à côté de quelque chose, d’un éveil peut être. Mais voilà, comme disait un sage, sûrement un fauché qui n’avait pas le moyen ni le courage de voyager.
    « Pourquoi faire le tour du monde alors que je n’ai pas fini de faire le tour de moi-même ». Sans généraliser et être provocateur, quoique, Les voyages dans les berceaux de la sagesse sont ils des accélérateurs d’expension de soi ou une subtil illusion d’éveil, une promesse d’un soi meilleur. Ceci rejoint donc votre bel article. Je n’ai évidemment pas la réponse car je suis un piètre voyageur. Bien à vous. Laurent.

  2. Andrée dit:

    Merci beaucoup! J’aime beaucoup vos partages!

  3. Roger dit:

    Bon matin,
    Même le fait de comprendre ce phénomène, de le partager dans les médias sociaux et même d’écrire ce petit commentaire n’enraye pas la pensée magique que, parce que la tête comprend le principe, l’âme va agir.
    Allons au bout de nos conviction. Un point c’est tout.
    Roger

  4. Blandine dit:

    Merci pour le mot d’aujourd’hui Marie.

    Oui, bien souvent on attend que ce soit l’extérieur qui nous change alors que la décision de changer doit venir du dedans ! Une simple « petite » décision peut avoir des effets impressionnants. Bien plus que tous les stages en développement personnel réunis, qui ne sont que de la simple mise à disposition d’outils.
    Si l’artisan n’est pas là, aucun travail ne se fait !

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>