La force d’abandonner

shutterstock_481862143chevalpatteeau
En ce qui concerne la transformation intérieure, vous ne pouvez rien faire. Vous ne pouvez pas vous transformer vous-même à volonté, pas plus que vous ne pouvez changer votre partenaire ou quelqu’un d’autre. Tout ce que vous pouvez faire, c’est ménager un espace au sein duquel la métamorphose peut se produire, afin que la grâce et l’amour puissent - Eckhart Tolle -

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Vous n’avez qu’à cliquer ici pour la télécharger.)

 

Il y a probablement des peurs ou des blocages dont vous essayez de vous défaire depuis longtemps, sans grand succès. Vous ne savez pas trop comment y arriver, et vous essayez tout de même courageusement, mais rien ne semble fonctionner. Votre libération n’arrive jamais à la cheville de votre frustration. En fait, le sentiment d’échec et d’impuissance pèse encore plus lourd que le problème dont vous souhaitez vous libérer.

Voici une option que vous n’avez peut-être pas osé considérer : abandonner. Oui, simplement abandonner.

Cette perspective peut sembler déstabilisante… mais qui a dit qu’on devait dépasser toutes nos limites? C’est absolument merveilleux de transcender nos peurs et de gravir nos montagnes intérieures, bien sûr. Mais c’est merveilleux seulement si ça nous fait du bien. Et voilà précisément la question : est-ce que ça nous apporte vraiment quelque chose, si le prix à payer est aussi élevé? Si notre désir de changer nous crée une impression constante d’échec, est-ce un réel désir ou sommes-nous en fait motivés par un sentiment d’obligation? Parfois, notre quête de liberté n’est qu’une nouvelle prison.

Donc oui, c’est une option… Vous pouvez choisir de cohabiter paisiblement avec certaines de vos limites, et chercher des stratégies pour limiter leurs conséquences plutôt que pour les changer. Libérateur, n’est-ce pas? Oh, il y a peut-être une partie de vous qui s’insurge présentement et qui veut couvrir vos yeux de ses petites mains moites pour que vous arrêtiez de lire de telles obscénités. Elle prétend avoir votre évolution à cœur, et elle regarde de haut ce genre de défaitisme. Mais dites-moi, cette partie de vous est-elle empreinte d’amour et de sagesse, ou de raideur? Je peux me tromper, mais mon petit doigt me dit que c’est la dernière option. En fait, je parierais qu’elle est à l’origine même des schémas qu’elle vous encourage à changer. Car elle sait que la meilleure façon de vous garder pris dans ses filets est de vous amener à vous juger.

Ainsi, que diriez-vous de vous libérer du besoin de changer, quand le prix à payer est trop élevé?

Voici le grand secret : en réalité, que vous choisissiez de vous transformer ou non ne fait aucune différence. Non, renoncer à changer ne vous empêchera aucunement de le faire. Grandir est naturel. Les fleurs le font, toutes les formes de vie le font, à leur façon. Vous n’avez pas besoin de vous mettre un petit casque et de devenir contremaître de votre évolution. En fait, plus vous vous foutez patience (s’cusez mon langage…), plus le mouvement peut se faire avec aisance, et plus vous avez l’énergie de faire les pas que vous vous sentez appelé à faire. Si, bien sûr, un changement doit se faire. Car il est possible que vous conserviez ce vieux blocage toute notre vie, aussi, pour une raison ou une autre. Et c’est ok. Vous êtes ok.

La liberté. On dirait que tout est si doux et si simple quand on la met en priorité. Et quand on se rappelle que la première liberté, celle sans laquelle aucune autre n’a de sens, est toujours celle de s’accueillir exactement tel qu’on est.

signature marie


Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

25 réflexions au sujet de “La force d’abandonner

  1. Hallaux Thérèse dit:

    Bonjour à tous,
    Quelle reliance ressentie devant vos témoignages..
    Marie, je te suis depuis plusieurs années et mon chemin de conscience s’ouvre aujourd’hui tel une chrysalide (comme évoquait une femme dans la vidéo)..J’étais encore hier prise dans un piège, me sentant empêchée par …je ne savais quoi
    J’ai décidé d’aller « voir « ce qui coinçait, ce que j’ai découvert c’était une partie de moi délaissée dans une pièce froide et sombre…..Des croyances limitantes nous en sommes plein mais pas pleinement conscient et c’est cette dernière prise de conscience d’être la seule pour moi et qu’il n’y avait là rien d’insurmontable à cela, qui m’a ouvert sur la Vie qui est là pour nous donner le meilleur pour nous! Je vous embrasse, heureuse d’avoir mis ma petite pierre ce jour.

  2. Lémuel dit:

    Abandonner. Je suis émerveillé par ce que je viens de lire. Offrir l’abandon comme une possibilité de liberté… Très pertinent. Très intéressant.

  3. Nicole dit:

    L’abandon c’est magnifique et pas facile. Aujourd’hui je sens que quelque chose change, bouge en moi et ça me fait souffrir et peur. Je suis triste, j’ai souvent envie de pleurer. Quoi faire ?

    1. Sophie dit:

      Bonjour chère Nicole.

      Je ne sais pas si depuis vous avez réussi à identifier ce qui vous faisait pleurer , ou que vous êtes passée à autre chose?

    2. Benoit dit:

      Nicole,

      La peur du changement… Je la ressens aussi. « Quoi faire ? » Je me pose parfois la même question car j’ai beau être un homme, je pleure souvent. Surtout en me réveillant le matin. Je vis seul, sans conjointe, sans petite amie pour me consoler… Ce que je fais ? Je laisse aller en interrogeant mon âme sans attente de résultat. La plupart du temps, plus tard dans la journée je me sens beaucoup mieux et plus fort… Et souvent des réponses viennent… Je mets en pratique ce je suis prêt à assumer… Et ainsi va la vie pour sortir graduellement de cet enfer-sur-Terre !

  4. Anne-Sylvie dit:

    Je n’arrive pas à « lâcher prise » de moi-même! Je me sens tellement vide… vide d’amour, vide compassion, vide de beauté! Je me sens au bout de mon rouleau de moi-même! Suis-je narcissique? Oh! Mon Dieu, j’espère que non! Que puis-je faire pour me sortir de cet enfer!

    1. Benoit dit:

      Anne-Sylvie,

      Quel joli prénom ! Original !! J’adore. Je ressens beaucoup de compassion à ton éguard. Je ressens parfois des moments de grand vide moi aussi. J’ai l’intime conviction que le vide fait place au véritable amour(pour soi) si on ne le comble pas compulsivement par une gâterie pour l’égo. Combien de temps ça peut prendre ? C’est différent pour chaque personne. Mais plus je le pratique et plus la joie véritable prend place et c’est mon âme qui se renforcie pour m’éclairer. Chaque fois que j’en ressors, je me sens toujours plus fort. Je ne sais pas si ça te parle mais moi c’est Madame Ghis qui m’a montré cela. Je t’invite à taper son nom dans youtube. Pour moi, elle est celle qui ressent la plus grande empathie envers la souffrance humaine.

  5. Danielle dit:

    Ce texte est d’une telle douceur et également très libérateur. C’est amusant parce que j’ai pensé à cet « abandon » il y a quelques jours. J’ai décidé de lâcher-prise face à un blocage dont je n’arrive pas à cerner l’origine.
    Merci Marie-Pier pour cette fraîcheur en mon âme.

  6. Agnès dit:

    Encore Merci Marie Pier! pour nous partager vos inspirantes réflexions ! Quand je suis dans une réflexion par rapport à la vie qui vient nous bousculer et que nous ne pouvons rien faire par rapport à cette situation ,j’ai toujours une phrase dans ma tête qui me dit  » ce qui est ,est !  » et là je me sens apaisée comme un lâcher prise, il y a rien à rajouter !!! Belle journée à tous !

  7. Patrick dit:

    Tomber les masques de notre vie, les masques de comédies ou de tragédies que l’on utilise dans notre vie, souvent utilisés pour nous rassurer, souvent utilisés pour nous cacher. Entre notre envie de nous montrer tel que l’on est et notre envie de cacher notre peur d’être reconnu… Le changement, repartir à zéro, dans un nouvel environnement, une nouvelle vie… Fuir ou vivre ce que l’on est!!!
    Et si l’on se trompait sur ce que l’on est vraiment à l’intérieur, si la vérité était plus belle que ce que l’on pensait…
    Moi, je sais ce que tu es, Marie … mais veux-tu vraiment le savoir? Fuir ou vivre cette vérité… Vers quel horizon vais-je aller maintenant.

  8. Nathalie-Anne dit:

    Encore un bel article qui rebooste et qui fait taire notre mental
    Oui lâcher prise, abandonner et se laisser vivre, tout naturellement, parce que Nous Sommes, Je Suis
    Merci, Merci

  9. Kristin dit:

    Je suis confronté avec la certitude que j’ai un cancer à vie.
    Cette annonce m’a dévasté car, moi, je voulais guérir…
    J’étais dans une colère intérieure jamais ressenti comme telle auparavant.
    Aujourd’hui vous confirmer la seule issue: abandonner. Accepter les choses comme elles vous arrivent car c’est notre propre chemin que nous refusons si on ne le fait pas. On se détruit avec cette volonté de gagner au lieu de s’apaiser dans l’abandon.

    1. Benoit dit:

      Kristin,

      Je ressens de la tristesse quand je lis ton commentaire. Sais-tu que le cancer est perçu de manière totalement différente par la médecine nouvelle germanique ? Je t’invite à y jeter un coup d’oeil https://www.youtube.com/watch?v=Bvou6wjtKnM et à faire tes propres recherches. Et qui sait, peut-être que la médecine du Dr Hamer pourrait être la tienne et changer ta vie…?

  10. Evelyne dit:

    nous avons tous en nous des choses que l’on aime, et d’autres que l’on voudrait différentes.
    Derrière cela, notre idéal, forgé depuis nos formatages, nos expériences, et la manière dont nous avons ressenti ces expériences. Sauf que cet idéal n’est pas nous.
    Je préfère remplacer « abandonner » par lâcher prise. Abandonner, pour moi, porte une forme de renoncement par défaut. Le lâcher prise lui, est constructif, il est l’aboutissement de mes prises de conscience, la reconnaissance de mes limites, et une manière de me donner de l’amour.

    1. Benoit dit:

      Evelyne, ton commentaire me parle beaucoup. Moi aussi j’ai un certain problème avec le mot abandonner. C’est l’extrême opposé à s’acharner. Dans tout il y a une justesse, un juste milieu. On sous-estime souvent le choix des mots utilisés. Il est vrai aussi que l’interprétation varie avec chaque perception, selon la personne et la conscience du moment… Merci !

  11. annie dit:

    Bonjour je m’appelle Annie et je lis depuis longtemps vos messages avec beucoup de bonheur. Mais celui-ci m’interpelle : comment savoir jusqu’où on peut aller si on n’ose pas franchir nos limites ? Je ne dis pas qu’il faille le faire obstinément et aveugléent mais tant que l’on éprouve la joie de se dépasser, je tente l’expérience. Belle journée

  12. MARTINE dit:

    Bonjour,
    Votre message de ce jour sur « l’abandon » résonne en moi comme une véritable délivrance ! Me libérer du besoin de maigrir, mais est-ce vraiment raisonnable ? Moi qui prends des kilos à n’en plus finir…. moi qui me restreint pendant de longs mois pour tout reprendre après… moi qui ait tellement peur de mourir de cette addiction…. retrouver la Liberté…. la Liberté de Manger…. est-ce pour moi ? et est-ce que cela n’ira pas à l’encontre de ma Santé ? Oh Marie Pier, si vous pouviez me guider sur ce nouveau chemin ? avec votre bienveillance…… Mille mercis par avance pour votre réponse

  13. Flo dit:

    Que ce texte sur l’abandon m’a fait du bien. Je crois avoir abandonné depuis quelques années et je me sentais plutôt lâche ou sans volonté. Ce texte dit qu’il est possible d’abandonner. Il me fait prendre conscience que malgré le fait que je me sens en prison quelques fois, j’ai trouvé des alternatives pour me sentir bien. Merci Marie.

  14. France dit:

    Coucou Marie Pier
    Il n’y a pas de hasard!
    Quel bonheur ce matin en lisant ton texte sur l’abandon.
    Justement j’étais dans un dilemme !
    Problèmes de relations familiales et je ne savais que faire, pas moyen pour moi de trouver une solution.
    Et voilà que la réponse à mes questions est arrivée ce matin….juste ABANDONNER! Lâcher prise sur des choses que nous ne pourrons changer même avec tout notre amour.
    MERCI
    Un grand merci je suis sauvée.

  15. Émilie dit:

    Bonjour,

    Je trouve ce message juste à point pour ce qui se passe présentement dans ma vie. Eh oui, depuis quelques années je suis dans un nouveau domaine d’emploi. Un domaine qui me tiens à cœur. Moi qui suis une personne plutôt introvertie, calme et timide, je m’étais promis de « tout faire pour changer et dépasser mes limites » pour devenir une meilleure personne, en fait, une autre personne qui est extravertie et très à l’aise en public, ce que demandais ce domaine d’emploi… Avec le temps, j’ai vécu plusieurs échecs, me promenant d’un milieu de travail à un autre. J’ai fais le choix récemment d’aller vers un autre domaine où je n’aurais pas à chaque jour, à « dépasser mes limites pour m’obliger à changer »… Je me rends compte maintenant, que j’avais une telle rigidité envers moi-même!! Je vais vers un domaine où je n’aurais plus de pression et où je pourrais être moi-même et me réaliser aussi mais d’une autre façon. J’accepte maintenant mes propres limites, » j’abandonne » et la fleur poussera bien dans le sens qu’elle voudras! Merci pour ton beau message ce matin, qui malgré les doutes qui peuvent surgir et parfois les sacrifices à faire pour assumer ce choix, me réconforte et vient nourrir mon élan de libération. Sois certaine que je le relirais pour m’encourager! ;-) Bonne journée!

  16. severine dit:

    Marie Pier,
    j’étais sûre qu’en écoutant pour la première fois le message audio j’aurais la confirmation que tu as une voix aussi belle que ton cœur est beau et grand et fort ;-)

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ahhhhh, merci Severine! xx

  17. Diane Chamberland dit:

    Ce texte ce matin vient énormément me chercher. Après près de 10 ans de thérapie et jamais je n’ai trouvé ces mots si près de ma réalité ou peut-être n’étais-je pas prête à les recevoir, qui sait ?
    Mais ce matin, j’ai réalisé bien des choses que je devrai accepter au fil du temps et pour lesquelles je me bats depuis des années. Un gros merci !

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ça me touche beaucoup de lire ça, Diane! xox

  18. Christine dit:

    Oui, Marie Pierre, merci pour ces partages. Cesser de lutter et lâcher prise ma fait parfois tellement peur. Mais je sais maintenant que c’est un chemin, qui demande peut être le temps de m’accepter telle que je suis pleinement. Mais j’ai confiance et je sais que j’en sortirai grandie à mes yeux et à ceux des autres.

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>