Quand on ne peut pas se faire confiance

shutterstock_201217769femme_dance_soleil

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Vous n’avez qu’à cliquer ici pour la télécharger.)

 

Parfois, se faire confiance amène non pas à se libérer mais à répéter les vieux patterns qui nous ont toujours limité.

Si on se «fait confiance» en choisissant ce qu’on mange, on optera souvent naturellement pour les aliments sucrés ou salés auxquels on est habitué. Si on se «fait confiance» lorsqu’on est très anxieux, on continuera parfois de s’acharner sur notre problème du moment plutôt que de prendre une distance et de se recentrer. Si on se «fait confiance» en choisissant notre partenaire de vie, il est fort possible qu’on en choisisse un autre qui a besoin d’une mère beaucoup plus que d’une partenaire.

Tout tend à se perpétuer… le passé tente à chaque instant de se recréer. Nos premiers réflexes nous amèneront donc souvent à rester exactement où l’on est, dans un espace qui est peut-être malsain, mais familier. Ce qui nous semble naturel est souvent beaucoup moins naturel qu’habituel.

Donc oui, s’écouter est sans contredit la réponse ultime – le petit chemin magique qui donne accès à tous les autres. Mais ce n’est pas de réagir à tout ce qu’on sent. Au contraire, dans le sens le plus profond du terme (on pourrait dire : dans le seul vrai sens du terme), ça veut souvent dire regarder au-delà de nos émotions, remettre nos réactions en question, et ignorer nos cravings et nos premières impressions. Car notre vraie sagesse est souvent loin derrière tout cela, comme en arrière-plan.

Notre élan spontané est souvent le bon. En fait, notre élan spontané est toujours le bon. Ce n’est juste pas toujours celui qu’on croit…

Bon début de journée!

XOX

signature marie


Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

10 réflexions au sujet de “Quand on ne peut pas se faire confiance

  1. Amelie dit:

    J’adore votre texte: Simple, Clair et Direct.
    Comment on le décode le vrai, l’authentique élan spontanée? Et là j’ai suivi cet élan en vous écrivant ;) je ne le fais pas habituellement.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je pense que vous le savez déjà. :-) Ce serait merveilleux s’il y avait une façon totalement claire et infallible de faire la distinction, mais c’est subtil, et c’est généralement par essais et erreurs qu’on l’apprend. xx

  2. Claude dit:

    Bonjour! J’ai bien aimé la version « audio » ça m’a permis un vrai moment d’arrêt dans ma journée pour écouter et en apprécier tout le sens. Merci encore;)

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Bienvenu. Ravie de lire ça!

  3. Chantal dit:

    Bonjour Marie Pier,
    C’est incroyable comme chacun de vos messages arrive « au bon moment » pour moi ! Merci d’être ce que vous êtes et de continuer à partager avec nous vos « états d’âme ».
    Bien chaleureusement,
    Chantal

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je m’en réjouis Chantal!

  4. Frederic dit:

    Bonjour, Marie-Pier

    Voilà bien longtemps que je lis vos messages, que j’en profite en secret sans jamais intervenir ni vous donner de retour de ma part. Ce qui ne m’empêche pas de profiter de l’occasion pour vous remercier de toutes ces pistes que vous avez ouvertes pour nous tous et pour moi en particulier.

    Aujourd’hui, j’ai envie de vous interpeller malgré tout sur votre dernier message.

    Il me semble qu’il nous invite à la fois à nous écouter et à ne pas le faire. Comment faire la distinction entre nos « premières impressions » et notre vraie sagesse ? La question peut aussi se formuler ainsi : Comment faire la part des choses entre nos conditionnements et nos intuitions ?

    La vie nous amène devant de perpétuels carrefours où nos choix déterminent notre avenir. Nous basons ces choix sur la raison, l’expérience, mais aussi, il faut le reconnaître, sur nos intuitions. Et sur notre expérience. Mais il est finalement très difficile de reconnaître un choix fait sur base de nos conditionnements passés (et de nos peurs ?) d’un choix basé sur nos intuitions. Et n’est-ce pas souvent ce dernier qui nous amène sur les plus beaux chemins ?

    Du coup, je me demande si ce n’est pas justement en réagissant à ce qu’on sent qu’on fait les meilleurs choix, ceux qui nous rendent vraiment heureux. Qu’en pensez-vous ?

    Frederic

    1. Nathalie dit:

      Bonjour Marie-Pier,
      Merci pour tous ces matins magiques mais comme Frédéric je n’ai pas saisi toute la nuance du message de cette semaine…
      Alors je venais voir s’il y avait un moyen de decrypter.

      Belle journée à tous
      Avec magie

      Nathalie

      1. Marie-Pier Charron dit:

        Coucou vous deux!

        Frédéric, tu demandes : « Comment faire la distinction entre nos « premières impressions » et notre vraie sagesse ? ». Le message ne tentait pas de répondre à cette question… son but était plus de l’amener (si j’essaie de couvrir tous les aspects en un texte, ce serait trop long pour un message matinal. J’ai probablement déjà écrit là-dessus, cela dit.).

        Donc oui, « Comment faire la distinction entre nos « premières impressions » et notre vraie sagesse? ». La première étape est simplement d’avoir l’intérêt de découvrir la réponse, de s’étudier et d’explorer le tout…

        Comme je disais à Amelie, plus haut, ce serait merveilleux s’il y avait une façon totalement claire et infallible de faire la distinction, mais c’est subtil, et c’est souvent par essais et erreurs qu’on l’apprend. Les deux « goûtent » différent.

        Et en passant, je ne disais pas dans l’article qu’aucune première réaction n’est saine, mais plutôt qu’elles ne le sont pas toutes *nécessairement*.

        Bonne journée!

        xox

  5. philippe orion..... dit:

    bonjour MARIE-PIER,merci,oui il vaut toujours etre dans sont moment present,etre se que l on n est ,peu importe se que l on a fait ou pas fait ,c est erte se que l on est!
    Dans se moment ou on se pose telle ou telle question,vivre l instant!
    Et accepter la reponse que notre AME ou donne sans restritions aucune,qui ne peu que gere doute et peure.
    VIvre ,simplement en se laissant porte par la vie,comme une brise douce et chaude qui nous accompagne dans des noments suffoquants,cela est tellement reconfortant!
    MERCI A TOI MARIE -PIER BISES DES PLEIADES ET VOUS TOUS FRATERNELLEMENT ORION…..

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>