Quand on aime trop…

shutterstock_422298076mains_coeur
S’aimer soi-même. C’est le plus difficile. Tant que nous ne sommes pas en amour avec nous-mêmes, nous sommes une fréquentation dangereuse pour les autres, car nous cherchons sans cesse compensation dans la - Christiane Singer -

(J’ai enregistré une version audio de ce message. Vous n’avez qu’à cliquer ici pour télécharger le fichier.)

«Aimer trop». C’est un concept dont on entend souvent parler. On est nombreux à se reconnaître dans ce phénomène, à avoir le sentiment de donner un peu (ou beaucoup) plus que ce qui serait approprié – plus qu’on reçoit, spécifiquement. Le résultat est qu’on se retrouve vidé, déçu et frustré. Oh, et on se sent très petit, aussi. Parce que si on ne reçoit qu’une fraction de ce qu’on donne, ça semble confirmer que c’est seulement de cela qu’on est digne. On s’en doutait un peu, au fond de nous, mais selon ce qu’on peut voir, les faits le confirment.

Donc oui, «aimer trop» est un concept dont on entend souvent parler. Et je ne sais pas pour vous, mais chaque fois qu’il est évoqué, mes oreilles grincent un peu – c’est comme une fausse note en plein milieu d’une mélodie. Parce qu’aimer, c’est respecter l’autre tel qu’il est. C’est voir sa beauté, sans qu’il ait à changer. C’est être rempli d’énergie positive. Et si on y pense, comment pourrait-on trop respecter quelqu’un? Ou comment pourrait-on être habité d’une énergie trop positive? Dans le sens le plus pur du terme – et le seul vrai sens du terme est la pureté même –, trop aimer est simplement impossible. C’est un faux concept, une fausse idée.

Lorsqu’on dit qu’on «aime trop», ce qu’on veut vraiment dire est, bien sûr, qu’on s’est beaucoup donné (ou qu’on a beaucoup essayé de contrôler l’autre) et que nos attentes n’ont pas été comblées. Et bien que ce soit totalement humain et compréhensible d’avoir des attentes et de vivre des déceptions, on ne parle pas là d’un état d’amour, mais de besoin et d’attachement. Tout n’est pas noir ou blanc, bien sûr, mais c’est moins un cadeau qu’on partage généreusement avec l’autre qu’un vide qu’on remplit à travers lui. Rien à voir avec l’amour. En fait, on pourrait probablement même dire que parfois, celui qui donne le plus est celui qui aime le moins.

L’amour n’épuise personne. Il rayonne. Il donne des forces. Il libère. Parfois il amène à donner, et parfois il amène à fermer la porte s’il n’y a pas de réceptivité ou de réciprocité. Et si l’amour est vraiment de l’amour, il n’y aura pas de rancœur ou de sentiment d’avoir été négligé, parce que le seul but de l’amour est d’aimer.

Si on a tendance à «trop aimer» et qu’on veut se libérer de ce schéma, il peut donc être tellement aidant de commencer simplement par reformuler le tout adéquatement – de remplacer «je l’aime trop» par «je le veux trop», ou par «j’ai trop besoin de son amour» ou par «j’ai trop besoin qu’il se conforme à mes attentes». Voilà qui est honnête. En fait, je n’aime pas l’utilisation du mot «trop», parce qu’il est empreint de jugement, et c’est justement cette raideur envers nous qui nous amène à aller chercher refuge ailleurs… Mais arrêter de voir notre attachement et notre insécurité comme un don nous permet de voir la situation pour ce qu’elle est réellement, et donc de commencer à chercher la bonne chose au bon endroit.

Ainsi, plutôt que de se demander pourquoi on n’arrive pas à recevoir ce qu’on mérite, ou de chercher des tactiques pour faire en sorte que l’autre personne se comporte comme on le désire, on peut prendre contact avec la partie de nous qui sent un manque et lui donner ce qu’elle veut directement. On peut lui dire quelque chose comme (je vais accorder le tout au féminin) : «Ma belle _____ (on insère ici notre prénom), ça m’attendrit de voir que tu te sens si petite et que tu ne crois pouvoir t’apaiser et te valoriser qu’à travers elle/lui. À partir de maintenant, je veux apprendre à te donner moi-même cette douceur et cette sécurité que tu désires tant. Ça ne me semble pas facile – si ça l’était, je l’aurais fait avant –, mais je suis là, et je te promets que je ne t’abandonnerai pas».

Chaque déception, chaque moment où on «aime trop» peut être le symptôme qui nous motive à nous tourner vers nous et à guérir le vrai bobo. Et oui, il est particulièrement difficile de se trouver beau et digne d’amour lorsqu’on se voit accroché, dépendant, à recevoir des miettes alors qu’on a offert ce qu’on a de plus beau. Peut-être est-ce ce que vous ressentez… peut-être vous trouvez-vous repoussant de vulnérabilité, par moments. Si c’est le cas, je vous dirais qu’il n’y a pas un meilleur moment pour vous ouvrir les bras. Parce que c’est lorsqu’il est le plus difficile de vous aimer que votre amour est le plus vrai et le plus puissant. Et donc si vous le choisissez, si vous avez le courage de le choisir, ce moment où vous avez le sentiment d’être si petit, et si loin du but, est celui qui vous permettra de faire des bonds de géant.

Qu’en dites-vous?

Sur ce, je vous souhaite une superbe semaine! Prenez bien soin de vous.

xox

signature marie


Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

74 réflexions au sujet de “Quand on aime trop…

  1. Fée birgit dit:

    U n GRAND MERCI pour ce moment de partage et de bonheur . Contente d entendre ta voix qui donne un supplément d âme au message de Christiane si.gérer que j ai eu la chance de rencontrer à Vienne ou je vivais de 1982 à 1986 . .
    Belle journée

    1. Yves dit:

      Merci Marie-Pierre, pour la beauté de ton article « quand on aime trop », dont la justesse m’a touché et fait vibrer; merci pour cette invitation à contacter nos besoins profonds, souvent bien cachés derrière toute sortes de stratégies: tout part en effet de l’amour de soi, comme le dit si bien non pas Verlaine, mais notre regrettée Christiane Singer.
      Je te souhaite force, inspiration, et…amour de toi pour continuer ce Matin Magique, énergie divine s’exprimant à travers toi au service des autres
      Avec Amour

      Yves

    2. rochedy dit:

      Marie Pierre,

      Ce message ce matin m’a bouleversé car c’est ce que je traverse depuis si longtemps et je n’arrive pas à trouver le chemin.

      J’ai passé ma vie à donner de l’amour autour de moi et depuis 2 ans beaucoup des portes se sont fermés et j’ai compris pourquoi grâce à vous. je ne sais pas ce que c’est que de m’aimer et j’ai donné aux autres sans compter pour remplir ce vide qui est en moi depuis si longtemps.

      J’ai perdu ma jumelle depuis l’age de 7 mois et depuis j’ai rempli son vide, son absence, et je l’ai cherché aux travers des autres ! et de trop donner jusqu’à ce que l’on me dise que j’étais envahissante et que je donnais pour recevoir (bien vrai ) jusqu’à présent je refusais de l’entendre, et là toute cette rancœur que j’avais pour ces personnes se transforme en amour car, j’ai compris que ça n’était pas contre moi, mais pour m’aider à avancer seule, et à m’aimer.

      Je me fais aider par un thérapeute, mais long est le chemin pour arriver à la paix intérieure !

      merci pour ces instants magiques que j’attends tous les jours avec impatience et celui d’aujourd’hui est un très beau cadeau ! MERCI

      A bien vite de vous lire.

      Carméla en détresse

    3. Pauline dit:

      Merci Marie-Pier pour ce beau cadeau audio! J’apprécie t’entendre. Le MM de ce 20 février m’a beaucoup touchée!
      J’aime aussi le rythme hebdomadaire de tes courriels, et il se fait que depuis que tu es passée à cette cadence, j’apprécie encore plus tes messages :-). Merci merci merci.
      PS: pour le chocolat noir, rien de tel que le Belge…

      1. Marie-Pier Charron dit:

        Merci pour ton commentaire Pauline! :)

  2. CHRISTINE dit:

    Marie Pier
    Merci pour ce très beau texte que je n’ai pas trouvé si long que ça puisque riche et que chaque mot y a sa place. Belle analyse de la différence entre amour et attachement, entre besoin et attente.
    Je suis tout à fait en accord avec ce que tu dis. Le plus difficile est de le vivre et je tente de le faire depuis peu (ou du moins d’avoir conscience que je tente de le faire).
    J’ai quitté mon mari parce que notre relation était basée sur ce schéma trompeur de l’attachement et je tente depuis de me « marier avec moi-même » avant d’oser penser à une autre relation plus saine et plus authentique. Avant de s’aimer soi-même, il faut faire la démarche de mieux se connaître et surtout s’accepter telle que l’on est, physiquement, psychologiquement et « spirituellement ». Ca prend du temps mais ça vaut la peine ! On ne peut aimer les autres que si l’on s’aime soi-même et qu’on a du plaisir à s’aimer soi-même, tu as bien raison !
    Au plaisir de lire la prochaine lettre qui est toujours source de curiosité pour moi et de bonheur une fois la lecture accomplie.
    Bien à toi.
    Christine

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je faisais référence au message de la semaine dernière (S’abandonner sans abandonner) quand je parlais du message plus long qu’à l’habitude. J’ai enregistré une version audio de ce message également pour cette raison.

      Et merci pour ce beau partage… C’est une belle et grande aventure que celle de se rencontrer et de se « marier ».

      xox

  3. Mijo Rivet dit:

    Bonjour Marie-Pier
    Merci beaucoup pour tous les matins magiques que je viens d’écouter ce matin en version audio…enfin celui de j’ai semaine dernière. ..super idée. ..écouter le matin magique avant de commencer la journée.
    Passez une belle journée
    Mijo Rivet

  4. emma dit:

    Quel joie d entendre votre voix si douce ce matin et cet accent chantant ! Belle idée que ces enregistrements audio couplés au texte….vraiment un matin magique. Merci beaucoup…
    Je serai bien venue boire un verre à Ubud, que j adore, pour vous rencontrer mais ce sera pour une autre fois…je suis en France. Amities

    1. Marie-Pier Charron dit:

      J’aurais été ravie que tu sois du nombre! :)

      Et ça me fait plaisir de lire que tu aimes l’enregistrement audio.

  5. Marc dit:

    C’est tellement vrai … que cela fait mal de se réaliser cette vérité ….

    Comme Albert Camus a dit: (version anglaise)
    Live without pretending
    Love without depending
    Listen without defendinding
    Speak without offending

  6. Yannick Suteau dit:

    Bonjour Marie,

    Bravo,bravo,bravo,

    Extra, tellement juste et proche de laVérité , et c’est mon quotidien…

    Merci la Vie.

    Yannick à Nantes.

  7. sylvie dit:

    Merci pour ce beau texte ,qui est je trouve rempli de vérité . C’est vraiment très difficile de se voir rejeter après de bons et loyaux services mais c’ est aussi prendre conscience de cette faiblesse et de se reconnecter à son véritable moi et d’aller vers l’Amour inconditionnel et de ne plus ressentir ce manque de l’autre
    Belle journée
    Sylvie

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ou ressentir ce manque de l’autre ET s’accueillir tendrement quand on le ressent :)

  8. marie dit:

    merci pour ce texte….mais Marie-Pier, aurais-tu qqch sur l’amour maternel???
    on veut le meilleur pour son enfant, qu’il fasse preuve de générosité et d’optimisme…et que faire quand il ne le souhaite pas??? là, l’amour peut s’affoler et devenir attente??? je me suis battue parfois pour que mes enfants commencent certaines choses, et « après » ils m’ont remerciée….on est toujours sur le fil du rasoir: « vais-je la décourager ou au contraire l’aider à surmonter ses réticences? »..dur, dur d’être mère!!!
    Si qqun peut m’aider…
    merci!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je ne suis pas mère, Marie, donc je peux seulement imaginer à quel point ça peut être difficile parfois, mais si je l’étais, mon souhait serait d’avoir le courage de les laisser vivre leur vie et de résister à la tentation de les pousser (s’ils sont adultes, bien sûr… C’est une autre histoire quand on parle d’enfants). À mes yeux, « aimer » veut dire respecter les choix des autres, même quand on juge que ce ne sont pas les bons.

  9. Bree dit:

    Sauf quand on a affaire à une personne narcissiste……

    1. Marie-Eve dit:

      Je souhaite répondre ici à Bree: Les personnes narcissiques sont effectivement bien dépourvues de la capacité à aimer, et sont ainsi condamnées à être bien malheureuses.

      Je ne vous apprends sûrement rien en vous disant qu’espérer d’eux une quelconque miette d’amour ou de réconfort ou d’appui ou de respect est peine perdue. C’est ici que le magnifique texte de Marie-Pier prend toute son importance.

      Avoir vécu une expérience avec une personne narcissique nous oblige à nous aimer pour nous défaire de son emprise et sortir d’une relation toxique. S’aimer et se reconstruire est le seul salut possible. Et pour ce faire, il faut éprouver de la tendresse et de la compassion pour soi.

      Je me suis sortie d’une relation toxique de 12 ans il y a un an et demi, et ma vie est désormais plus lumineuse que jamais, pleine d’amour de moi et d’espoir. J’ai dû apprendre à m’aimer, un geste à la fois, une pensée à la fois. Et mon cheminement n’est pas encore fini. Cela demande beaucoup de courage, de responsabilisation de soi, mais les efforts sont TELLEMENT gratifiants!

      Je vous souhaite bonne chance et que l’amour de vous même se glisse tout doucement au coeur de votre vie.

      Affectueusement, Marie-Eve

      1. Marie-Pier Charron dit:

        Quel BEAU partage, Marie-Ève… Un grand merci.

        xox

  10. janine roux dit:

    Pourquoi n’avez vous pas répondu à mon émail du 14 février ? Merci.

  11. Nathalie dit:

    Un grand merci Marie Pier! Exactement ce dont j’avais besoin de lire ce matin!!! <3

  12. LOCUSSOL dit:

    BONJOUR,
    Tous les matins, c’est ce que je me dis dans le miroir de la salle de bain. Ensuite je me tiens dans mes bras et me dis « je t’aime » avec petite caresse sur le visage.

    Autrement, un autre sujet : Que pensez-vous de la maladie ? Des souffrances qu’elle occasionne ? J’arrive à « expliquer » les guerres dans ce sens que nous sommes tous enfants de Dieu, qu’ils nous aiment chacun de nous et nous laisse le libre arbitre de nos choix, même si ceux-ci sont préjudiciables à d’autres. Dans ce cas, Dieu pleure.
    Merci de me répondre.
    Bien cordialement
    Raymonde

  13. Isabelle dit:

    Merci merci merci ! je découvre  » matin magique  » depuis peu de temps
    Quelle belle idée ce partage !!!
    Concernant le  » aimer trop  » ! En effet je suis en accord total avec Marie ! En fait la base de tout est bien de s aimer soi même avant d essayer pour les autres !!!L amour au fond du fond ne peut exister que si nous nous aimons
    Merci pour ces belles réflexions Marie
    Belle journée
    Namaste
    Isabelle

  14. Viviane-Véronique dit:

    Bonjour Marie Pier,
    Merci beaucoup pour ce message parlé. C’est exactement ainsi que j’imaginais votre voix :-) Est-ce que j’ose vous dire, sans vous vexer, que j’adore votre accent ? Je dis sans vous vexer parce que je craque toujours devant cet accent et que les personnes n’aiment pas forcément qu’on mette cela en avant. Mon propre « l’accent suisse » (c’est quoi un accent suisse je vous le demande) est souvent repéré par les Français donc je sais de quoi je parle ;-). Vous avez très bien répondu à Marie, comme quoi pas besoin d’être mère pour le faire. En tant que maman de trois grands enfants j’ai juste envie d’ajouter que je pense comprendre ce qu’elle veut dire et que c’est vraiment très difficile. Moi aussi je me suis battue pour qu’ils terminent par exemple leurs études musicales. Même quand je me suis aperçue que je je me battais en fait pour moi qui regrettait d’avoir laissé de nombreuses entreprises inachevées. L’aînée l’a fait et en est heureuse. La cadette ne l’a pas fait et en est heureuse également je crois. Le dernier a abandonné pour cause de force majeur. De manière générale, je me dis maintenant que j’aurais pu moins en faire, moins m’en faire… mais c’est ainsi que je l’ai fait, que ça s’est fait avec eux moi, et les circonstances. Parfois je me dis que nous grossissons notre rôle à nous les parents et que les enfants savent très bien voir mieux que nous ce qui est juste pour eux en particulier en ce qui concerne les études et diplômes dans ce monde si rapide et changeant. Je vous embrasse les Marie.

  15. Christine dit:

    Merci de partager tous ces moments, je suis toujours frappée par les synchronicités de vos messages par rapport au sujet qui me perturbe.

  16. Charles van Oldeneel dit:

    Merci, Marie-Pier, pour ce passage si juste et bien formulé de Ch. Singer, et pour l’élaboration que tu en donnes.
    Je suis passé à Ubud, et bien d’autres merveilleux endroits de Bali, lors de notre voyage de noces, fin 1986 ! Mon épouse est décédée en juin 2009, après un long combat contre des cancers ( dernier : tumeur au cerveau ).
    Mon combat est le sujet de ton mot d’aujourd’hui : m’aimer, arrêter de chercher une femme qui m’aime … m’ouais : qui me porte, m’autorise à exister, soit ma mère, en fait ( et soit plus tendre que celle que j’ai eue … Une très bonne mère, la mienne, mais exprimant peu de tendresse ).
    Je progresse doucement, et tes billets (très doux, sans être des « billets doux ») sont aidants. ,Je sens que je ne suis pas seul : toi et toutes tes lectrices, et lecteurs aussi,, nous cherchons à vivre plus, et plus en vérité, en justesse.
    Par ailleurs, j’habite en Belgique, et j’apprécie un rythme moins encombrant que des courriels quotidiens.
    Merci encore, Charles

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Contente de te lire, Charles!

  17. Evelyne Gayrard dit:

    Bonjour Marie et toute la communauté,

    Je reçois les messages depuis quelques années maintenant et je les lis à voix haute car cela me permet de mieux m’en imprégner. J’ai donc trouvé cette nouvelle formule intéressante.
    Je souhaite te remercier Marie pour chaque message reçu qui sont pour moi des moments de bien être.
    Je peux, grâce à tes messages et aux commentaires des abonnés, ressentir toute la magie qui circulent en chacun de nous. Ce sont vraiment des moments intenses . Je vous souhaite à tous une très belle et douce journée envelopėe de beaucoup d’Amour.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ça me fait tellement plaisir de lire ça, chère Evelyne…

      Une douce journée à toi aussi!

      xx

  18. Michel JEHAES dit:

    Bonjour Marie-Pierre,

    Très beau texte ce matin.
    Un ami à qui je l’ai partagé me demande d’où est tirée la phrase de christiane Singer. Je crois que c’est du livre Eloge du Mariage de l’engagement et autres folies Albin Michel, Paris 2000
    http://www.albin-michel.fr.
    Est-ce correct ?
    Belle journée à vous.
    Michel

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je ne sais pas. Désolée.

  19. Claudine dit:

    Le hasard est l’ombre de Dieu. Il m’était destiné ce message ! Il devrait me permettre enfin de me faire prendre conscience que l’homme qui m’est destiné arrivera en son temps, ( « le bonheur arrive à la bonne heure ») et qu’il sera « la cerise sur le gâteau » lorsque j’aurai enfin appris à m’aimer, m’apprécier, m’accepter telle que je suis ……
    Un très grand MERCI Marie-Pier pour ce texte dont je vais essayer de m’imprégner du mieux que je peux afin de GRANDIR et m’EPANOUIR ….. !

  20. gisele dit:

    BONJOUR MARIE PIER, je me retrouve un peu dans ton article ,lié à mon histoire personnelle de mon enfance ,enfant j’ai souffert de vide affectif car à la maison il n’y avait pas de câlins, de tendresse, d’histoires à raconter pour s’endormir et soulager nos peurs de la nuit ,mes parents n’étaient pas démonstratifs de leur amour pour nous ils nous aimaient à leur manière, j’en ai beaucoup souffert c’est pour cela que j’ai accompli le métier d’infirmière où je pouvais donner mon amour ,ma compassion, j’ai aimé ce métier plus que tout avec beaucoup d’empathie, car je pouvais offrir mon aide, mon écoute à tous ceux qui souffre; à l’inverse le manque d’amour de l’enfance m’a fait réagir en énergie positive d’aimer l’autre, de le rassurer face aux épreuves de la vie, aimer est un cadeau du ciel ça fait du bien c’est un partage, une rencontre, aujourd’hui je vieillis et retrace ma vie avec tous ses aléas et j’étudie le pardon comment pardonner à ces parents pour trouver la paix?

  21. Agnès DURAND, Radiesthésiste, spécialisée Alimenthérapie dit:

    Merci pour cette belle réflexion, on en a toujours besoin, nous sommes toute notre vie à panser ,
    nous panser à travers les autres , que cache le don de soi ? rien que le besoin énorme de s’occuper de soi, de réparer l’oiseau blessé au fond de nous… comment lui faire du bien ?
    Pas facile, les paroles ne suffisent pas, mais les attentes envers un apport extérieur, font le vide au contraire … pourtant, en donnant, in reçoit, indéniablement, à condition sans doute, de ne pas dépendre de ces retours, de ne plus avoir besoin… facile à dire…
    Agnès

  22. Sylvie-Anne dit:

    Le texte de ce matin m’a rejointe totalement! Si je suis aujourd’hui si désabusée de la vie que je mène, c’est entièrement parce que je n’ai jamais vraiment réussi à m’aimer totalement! J’ai toujours attendu l’approbation de mes gestes dans les yeux des autres et encore davantage dans ceux de mon conjoint! Aujourd’hui, dans la soixantaine, il me manque du courage pour chercher en moi ce qu’il y a de pur, de beau, de grand! Peut-être qu’en relisant ton texte, joliment écrit, je vais y puiser ce qu’il faut pour le faire! Merci Marie-Pier et bonne semaine!

  23. Andrée dit:

    Bonjour Marie-Pier, Quel beau message! J’ai souvent cru que je me posais trop de questions …plutôt on me l’a souvent reproché! Merci ma belle Marie-Pier pour ce merveilleux message. Il y a sujet à méditer pour toute ma semaine je crois bien. Je n’ai qu’à le denteler à mon image. Quelque soit le nombre d’années ou la route parcourue, tes commentaires, toujours très justes et enrichissants, nous invitent à souvent revoir nos façons de voir et de faire. Celui de ce matin, en particulier, me ramène justement à une expérience difficile vécue récemment et m’aidera à comprendre que mes attentes ont contribué à ma déception et ma blessure. Tu es une très belle personne, une belle âme généreuse. Mille mercis et gros bisous.
    Andrée xcx

  24. philippe...orion dit:

    super d entendre ta voie ,merci pour le message,je pense que nous sommes beaucoup dans cette

    demande de se retrouver soit meme et de s AIMER tout simplement.et pas a travers les autres.

    je le vie .

    bises fraternel a toi marie-pier et tous ,paix et amour.

  25. Céline Derriennic dit:

    Bonjour Marie-Pier,
    Ton message du jour m’a beaucoup touchée. Hier, je vivais un vrai moment de solitude sentimentale à mon réveil, et j’avais conscience que ce sentiment était sûrement lié à un manque… J’ai décidé de « demander de l’aide » pour savoir comment je pouvais mieux vivre cette situation. Et voici les mots que j’ai reçus : « Confiance », puis « Amour inconditionnel », puis « (Sexe) » – les anges ont toujours beaucoup d’humour… En clair, cela voulait dire « si vraiment tu es aux abois, voilà une solution court-termiste » !! … puis « Temps », puis « Voir le Beau »… Et là, j’ai fondu en larmes, car le mental s’en est mêlé en voyant beaucoup d’insécurité à devoir attendre.
    C’était très beau, ce dialogue entre mon âme, mes anges (appelle-les comme vous voulez) et mon mental qui résistait… Et au final, ce moment d’accueil m’a permis de pleurer des larmes de grand soulagement, et de me sentir bien ! Alléluia !!!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci du partage, Céline! xx

  26. Marie-Pascale Guyader dit:

    Bonjour! Ça fait du bien de se faire (re)dire des choses qu’on sait très bien au fond de soi… Merci et excellente journée! :)

  27. Marlène dit:

    Bonjour Marie-Pier, merci pour ce merveilleux message qui me touche jusqu’au plus profond de mon âme, j’ai vécu il y a 6 mois une rupture très douloureuse, et j’ai du mal à m’en remettre, sincèrement j’ai même l’impression de ne jamais pouvoir m en remettre, tellement je m’étais investie dans cette relation, j’ai donné tout mon amour, du fond de mon coeur et de tout mon être, et en te lisant, je me rends compte, que je suis plus que concernée par tes mots, j’attendais beaucoup trop……Je vais donc me rendre en main et commencer par m aimer moi-même, ca ne va pas être facile, mais je vais essayer….essayer et encore essayer….

    Affectueusement
    Marlène

  28. Maqroll dit:

    Bonjour quotidiennement très Chère Marie-Pier !
    Belle voix pour accompagner ma lecture à l’écran, super agréable.
    Volume écran à fond + volume PC à fond et il me faut un tout petit peu tendre l’oreille : Cela vient-il de l’émission là-bas à BALI ou de ma réception ici sur la côte ouest de l’Atlantique ???
    Sinon Je ne peux que confirmer qu’il est nécessaire et fort utile de s’aimer soi-même (et ce n’est jamais trop !) pour pouvoir AIMER les autres – tout simplement – sans rien en attendre en retour. Et que finalement çà devient, même si tout doucement, fort agréable.
    Presque 20 ans de D.P. + ta lecture quotidienne depuis plusieurs années m’ont amené à une certaine sagesse qui me fait vivre mon âge (73) le plus sereinement possible. Encore MERCI !
    Mille regrets de rater le souper à UBUD…
    Je t’embrasse. Partage avec les Matin-Magiciens qui auront la chance d’y être.
    @+
    Maqroll.

  29. France dit:

    Bonjour Marie-Pier, je reçois tes « Matins Magiques » depuis des années et je partage aux gens qui m’entourent pour qu’ils s’abonnent. Je voulais te dire que J’aime vraiment beaucoup que tu aies créé un audio avec ton mot d’aujourd’hui. Ça donne le rythme de la lecture et ça aide à lire plus posément. Je trouve que ça permet de mieux comprendre tout ce que TU as envie de nous transmettre comme message derrière tes mots et tes belles réflexions. Un message à transmettre et à recevoir c’est vraiment enrichissant, mais la manière dont on le transmet fait souvent une encore plus grande différence. Je suis convaincue que tu vas « toucher » encore plus de vies ainsi! Bientôt, qui sait, on recevra peut-être aussi quelques-unes de tes réflexions en vidéo.

    Bon Succèssssss!

    Au plaisir
    … en continuant de profiter de tes beaux petits « Matins Magiques » !

    France Légaré
    de Québec

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci France! :)

  30. Philippe T dit:

    Merci Marie et tout-e-s les autres pour ce partage sur ce que c’est que l’amour.
    Cela me fait plaisir de voir à quel point vous êtes nombreu-x-ses à prendre conscience de la profondeur du message partagé par Marie.
    Personnellement, je pense avoir pris conscience depuis longtemps de ce que nos « amours » n’étaient le plus souvent que des « leurres » pour nous rassurer, nous disculper, nous déculpabiliser…
    Changeant radicalement ma façon d’aimer en commençant par m’aimer davantage, en respectant chaque jour un peu plus ce qui me paraît juste au plus profond de moi-même et qui, en principe, ne nuit pas à autrui, je me suis confronté régulièrement à l’incompréhension des autres car je répondais de moins en moins aux attentes qu’ils avaient à mon égard. Je les laissais de moins en moins prendre du pouvoir sur ma vie. La liberté a un prix! Mais elle donne aussi des cadeaux inimaginables…
    J’ai perdu une fille dans des circonstances dramatiques. Personne ne semble comprendre que ce qui a changé en moi depuis lors ou de ce que ce qui se révèle est une plus grande sérénité et, j’ose le dire parce que je le vis, une joie plus permanente. Ceux que je croise aimeraient que je sois triste, affecté, démoralisé, peiné, que je n’arrête pas de penser à ma fille…
    Pour ma part, j’ai pensé: « Pas de haine, pas de colère, par de culpabilité… pas de raison que je pense plus souvent à ma fille maintenant qu’avant son départ pour un ailleurs… si ma fille me demande quelque chose, cela ne peut être que d’être plus heureux, plus joyeux sans quoi je rendrais mon entourage, elle et moi-même moins heureux, moins joyeux… alors, je le fais… pas pour elle… pour moi d’abord ».
    Je vous aime…

    Philippe

  31. elPedro dit:

    Merci Marie-Pier pour ce beau texte. Je suis tellement d’accord qu’on ne peut pas trop aimer. Ma mère disait lorsque l’un de ses 8 enfants oubliait ou ignorait de lui souhaiter « bonne fête » à la Fête des mères, soit par une carte ou un appel téléphonique. Elle disait… « après tout ce que j’ai fait pour elle ou pour lui. »
    J’ai eu à vivre la même expérience plus tard, lorsqu’aucun de mes trois enfants, orphelins de mère, que j’avais élevés tout seul, m’oublièrent totalement à la Fête des pères. Pas d’appel téléphonique, pas de carte. J’ai eu le goût de dire la même plainte que ma mère faisait, mais j’ai pris conscience soudainement que « aimer véritablement », c’est de ne pas avoir d’attente envers ceux ou celles qui nous oublient après qu’on leur ait donner… ce que l’on croyait être un pur don. Ce n’était pas un don… mais un prêt. Car lorsque l’on prête à quelqu’un, on s’attend toujours à ce qu’il y ait un retour… mais pas dans le don. Comme dans la chanson de Vigneault… « Qu’il est difficile d’aimer… qu’il est difficile… » Encore cette année, ils m’ont oublié à la Fête des père. J’ai tout de suite pensé aux plaintes de ma mère… et ça m’a fait rire.
    Et après avoir été en amour avec quelqu’un, c’est la même chose. Si j’ai eu des regrets de l’avoir trop aimée, de graves déceptions à en vouloir mourir lors de la rupture, c’est que je ne l’aimais pas trop; j’en étais devenu totalement dépendant. La dépendance n’est pas de l’amour. Bonne journée!

  32. Fabienne dit:

    Bonjour Marie-Pier,

    Tout comme Christine (que je salue au passage :-), je suis merveilleusement interloquée de la synchronicité de vos messages avec mes sujets de préoccupations du moment. C’est… magique… ces réponses, astuces, approches et perspectives que vous apportez comme une pépite, au moment juste. Merci beaucoup Marie-Pier. Je ne vous écris pas souvent mais je lis chacun de vos messages que vous prenez soin de nous envoyer et sachez que vous me faites le plus grand bien! Merci Merci Merci Fée Marie-Pier :-)

  33. Serge dit:

    Merci Marie-Pierre pour ce message et tous les autres que je lis attentivement depuis des années. Tu es pour moi une source d’inspiration et tu m’accompagnes dans mon développement personnel et spirituel. Je suis de la dernière cohorte du cours de magie et je peux exprimer qu’il y a là effectivement une forme de magie qui s’exerce subtilement au fil du temps, des lectures et des exercices. Ce texte « Quand on aime trop… » est une prise de conscience qui nous permet d’avoir un point de vue différent et tellement vrai qu’en on prend un moment pour y réfléchir. Encore merci Marie-Pierre d’être qui tu es et de nous partager si généreusement tes réflexions. Serge xx

  34. Danièle dit:

    Bonjour chère Marie-Pier,
    comme j’ai apprécié entendre les mots de ce message qui m’a touché jusqu’au fond de mon coeur, avec ta belle voix, douce et chaleureuse, si apaisante.
    C’est un grand privilège d’entendre et lires tes messages , celui là m’a tellement parlé.
    Si j’avais eu la chance d’entendre cela, il y a trente ans, je n’aurais sûrement pas souffert autant, lors de ma séparation avec le père de ma fille.
    Tout ce que tu mentionnes, ce type d’amour et relation que j’entretenais avec mes proches, ce n’était pas de l’amour mais du contrôle et de la dépendance affective.
    L’amour effectivement rend libre, n’enchaine pas et voit les autres tel qu’ils sont véritablement.
    Merci encore une fois pour ces paroles qui me réconfortent tellement, un véritable rayon de soleil chaque lundi. x x x

  35. CHRISTOPHE dit:

    Bonsoir, je me retrouve complètement dans ce dernier message. J’ai souvent l’impression de donner trop même si ce n’est pas le bon terme, par rapport a ce que j’attend. Je pense avoir connu un manque affectif dans mon enfance. Je n’aimerai pas faire d’amalgame, je suis actuellement dans une relation ou je me trouve trés bien avec ma compagne, mais j’ai des craintes. Toujours les mêmes, celle d’être abandonner ou que tout s’arrête, de ce fait je ne peux pas vivre pleinement. Merci pour ces moments de partage qui m’apportent beaucoup.

  36. Pauline dit:

    Bonsoir Marie-Pier,

    Autant, je n’étais pas d’accord avec votre texte sur le « bonheur », autant celui-ci résonne totalement…
    J’ai passé une bonne partie de ma vie à me détester (littéralement) en attendant des autres qu’ils me donnent l’amour que je n’avais pas pour moi. J’en ai croisé de ces autres, mais (bien entendu), j’ai été incapable d’accepter l’amour qu’ils me donnaient. J’ai surtout passé la majorité de ma vie amoureuse à couvrir d’amour des gens qui étaient incapables de m’aimer en retour… jusqu’au jour où tout cela a été vraiment, vraiment, vraiment trop douloureux…
    J’ai franchi la porte d’une psychologue, qui m’a appris l’amour de soi (pas en un jour… il m’a fallu des années ! Et j’y travaille encore…). Et j’ai fait un constat : comment pouvais-je vivre sereinement l’amour si j’étais incapable d’en ressentir pour moi-même ?! Je me suis même dit qu’il était dangereux et destructeur de se lancer dans une histoire d’amour sans s’aimer soi-même : les remous de la vie amoureuse sont alors vécus comme des déchirements intolérables.
    Les choses sont devenues plus douces depuis que je me suis mise à m’aimer : les « déboires » amoureux continuent, mais ils ne me blessent plus jusqu’au fond de mon être ; ils font partie des aléas de la vie, et je n’ai plus peur de tenter une relation amoureuse quand les sentiments se présentent.
    J’apprends maintenant autre chose (l’étape d’après ?) : maintenant que la solitude affective n’est plus un réel problème, j’apprends à rester fidèle à mes envies, à ne pas « minimiser » mes attentes pour entrer coûte que coûte en relation. C’est dur parce que je me dis que je suis trop exigeante, mais j’espère bien trouver assez d’amour en moi pour voir cela positivement un jour prochain :-)

    Au plaisir de continuer à vous lire… ;-)

    Pauline.

  37. Louise dit:

    Merci pour le message d’aujourd’hui il ne pouvait tomber mieux ,Après une nuit de pleurs et de tristesse suite a une grosse prise de bec avec mon mari ,je me suis levée ce matin très frustrée de son attitude d’indifférence ,pour lui même sans explication tout était réglé mais pas pour moi .Après la lecture de ton merveilleux message je me suis rendue compte que je donne beaucoup de mon temps et que je reçois bien peu en retour ,que je suis toujours en attente de lui .Je voulais qu’il fasse attention à moi comme je suis attentive à lui .Mais je réalise que j’attends après lui pour combler mes besoins .Merci Marie-Pier et très bonne semaine à toi x x x

  38. Hélène dit:

    Merci Marie-Pier pour toutes ces réflexions, ces messages…
    Avec cette lecture aujourd’hui (qui tombe ENCORE à point) je me sens un peu plus légère et commence à amorcer une réflexion du pourquoi ça ne va pas bien présentement dans ma vie.
    Merci d’être là et de nous partager ta belle personne.
    Hélène xx

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ravie de lire ça Hélène (pas que ça ne vas pas, mais que le message t’aide!)

      xx

  39. Colette Viens dit:

    Bonjour Marie-Pier!
    Si tu savais comme j’avais besoin de tes si belles paroles !
    Merci, d’être la personne qui mets un heaume sur ma souffrance intérieur….
    Colette xx

  40. Normand dit:

    Allo
    J’aime bien ta voix et l’énergie qu’elle véhicule
    Continu ce très beau projet
    Normand

  41. Coralie dit:

    Bonjour Marie-Pier,

    Merci 1000X de cette magnifique idée du message enregistré! Cela m’allège tellement de pouvoir en profiter de cette manière.. cela change tout, pour moi ! ;-).. merci merci. J’espère que tu continueras à proposer cette option ;-) . A bientôt.
    Coralie (et d’accord avec Pauline pour le chocolat noir.. . uniquement s’il est belge ;-))

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci pour le feedback Coralie!

      Oui, je pense bien que je vais continuer les enregistrements (quand les messages sont un peu plus longs).

      Vraiment ravie que ça te ravisse… :)

  42. Syl-Vie dit:

    Pour le moment juste un Gros Merci de faire du bien dans ma vie..

  43. Nico dit:

    Merci Marie-Pier !!!!
    C’est bon de constater à quel point l’humanité entière est en train de se rejoindre sur une même vision de l’Amour. Vraiment chouette!!! :)

  44. barland myriam dit:

    Bonjour: Quel merveilleux message Marie_pierre que celui de s’aimer.
    S’aimer et aimer sans condition-sans rien attendre en retour.
    C’est difficile,il faut avoir du courage, de la volonté, de la ténacité. Ne pas avoir peur d’aller puiser tout au fond de soi.Il faut faire remonter les écueils, s(il y en a.Les accepter, les aimer mais oui, par ce qu’ils sont là pour nous monter là ou il faut « travailler sur soi et donc s’aimer- de tout notre être.
    Prendre du temps pour soi_pour son corps:le « bichonner »,prendre un bain, le masser..
    Se regarder ds un miroir-bien en face- tous les jours- pendant 3mn et se dire, notre prénom et je t’aime de tout mon coeur ,est un exercice pas si facile que ça.mais si on y arrive ,c’est déjà un grand pas en avant.
    Aimer vous, aimer vos faiblesses, vos étouderies, vos petites manies,aimez vous physiquement: votre petit ventre,votre petite ou grande taille…Aimer vos douleurs, vos maladies de là et avec du temps viendra le soulagement et plus.
    En tous cas, moi, je vous aime. Aimer la vie.

  45. barland myriam dit:

    Ps: j’ai apprécié le message audio mais j’ai me encore plus, tes messages lecture.Même long, celà ne me dérange pas.Mais il faut dire que je suis boulimique de lecture_ Alors pour moi, c’est lecture.merci

  46. Chantal Lambert dit:

    Bonjour
    Comme c’est étrange! Les choses arrivent souvent quand elles le doivent. J’ai lu ce texte alors que je suis justement en train d’écrire (un roman) sur le sujet. J’ai eu une dépendance extrême et incompréhensible pendant plusieurs années. Mon prétexte pour rester: Je l’aime! je ne peux me passer de lui. Pourtant la vie m,a prouvé que je pouvais vivre autrement. Merci pour ce texte qui me rappelle que je ne suis pas une victime

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Bienvenue Chantal. Et bonne écriture! :)

  47. Noulou dit:

    Quelle jolie pépite que ce message, avec ta voix ! je te lis depuis pas mal de temps déjà, mais cel

    1. Noulou dit:

      euh, hum hum, j’ai dérapé sur le précédent message ! donc j’ai adoré t’entendre dire ce que d’habitude je lis, tu as vraiment une voix de fée chaleureuse et gentille et joyeuse et tendre (avec ton petit accent ! je suis dans le sud de la France !), cela ajoute une autre dimension encore plus personnelle, amicale ! Merci Marie pier, je ne sais pas si vous faites des bises, chez vous (je sais que ca choque vos voisins américains) ou en Indonésie, mais nous, oui, alors je te fais un bisou ! Passe une très belle journee, et Encore Encore de jolis et profonds messages audio ! Merci de ec que tu fais pour nous.

  48. Muriel dit:

    Bonjour Marie,
    Merci pour ce beau texte et cette réflexion… Je suis présentement en processus de guérison par rapport à ma façon d’être en relation avec l’Amour… J’apprends à m’aimer, à prendre soin de moi… Moi qui n’ai jamais vraiment été seule avec moi…maintenant j’apprivoise ma solitude… C’est épeurant mais en même temps ça me permet de me redécouvrir….

  49. real dit:

    oh Marie pier,ca me touche enormement ce que tu as dit.tu ma fait vibrer au plus haut point j ai ressentie tellements de beles ondes positives dans ce que tu as apporte, et nous faire reflechir,oui c est tellement vrai ce que tu dis et tu as une super de belle voix.j en suis encore tout emu.ca fait du bien d entendre ta voix.je t ai ressenti au plus haut point.merci pour tout ce que tu apporte ,on aspire tous a un monde meilleur,et ca commence par notre propre couple.

  50. Laure dit:

    Ce soir, coup de blues à cause d’un nouvel amoureux qui n’a pas (encore ?) répondu à mon dernier message. L’attente est une vraie torture. J’ai peur. Il me plaît beaucoup et je ne veux pas le perdre. Je suis « tombée » amoureuse et j’ai d’abord eu l’impression de voler au-dessus de la Terre avant que ne vienne l’inquiétude. Et là, ce soir, la déception est terrible.
    (Pourquoi d’ailleurs dit-on « tomber » amoureux ou « tomber » enceinte ? )
    Pour parer au coup de blues, je suis allée voir sur ma messagerie si j’avais reçu un nouveau matin magique. Et … celui que j’ai reçu correspond à ce dont j’avais besoin. Magique non ?

  51. jean pierre dit:

    Bonjour
    J’ai lu avec attention votre texte, celui ci m’a été communiqué par une personne
    Je dois dire qu’il me fait peur
    Car je vois dans le fait de s’aimer soi même une sorte d’égoiŝme ou on se complait dans ce genre de raisonnement :
    « Je lui ai fait du chagrin par mon comportement mais je vais vite nettoyer tout cela en moi en m’aimant moi même
    S’il veut se débarasser de ce chagrin il n’a qu’à s’aimer lui même »
    Facile n’est ce pas : je m’aime donc je peux faire n’importe quoi !!
    Je vois la personne qui m’a transmis votre texte agir de la manière que je viens de décrire et…
    J’ai peur !

    Jean Pierre

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je ne suis pas trop certaine à quoi vous faites référence, parce que non seulement cette phrase n’est pas tirée de mon texte, mais elle n’a aucun lien avec ce que j’ai écrit.

      Bonne journée magique!

  52. Paul dit:

    J’ai aimé lire ce texte. Je crois cependant qu’il aurait été mieux de ne pas traiter sa personne comme une autre personne. J’offre la reformulation suivante que je trouve plus saine et constructive :

    «Je suis _____ (on insère ici notre prénom) et ça m’attendrit de voir que je me sens si petite et que je ne crois pouvoir m’apaiser et me valoriser qu’à travers elle/lui. À partir de maintenant, je veux apprendre à me donner moi-même cette douceur et cette sécurité que je désire tant. Ça ne me semble pas facile – si ça l’était, je l’aurais fait avant –, mais je suis là, et je me promets que je ne m’abandonnerai pas».

  53. Nanou dit:

    «Ma belle _____ (on insère ici notre prénom), ça m’attendrit de voir que tu te sens si petite et que tu ne crois pouvoir t’apaiser et te valoriser qu’à travers elle/lui. À partir de maintenant, je veux apprendre à te donner moi-même cette douceur et cette sécurité que tu désires tant. Ça ne me semble pas facile – si ça l’était, je l’aurais fait avant –, mais je suis là, et je te promets que je ne t’abandonnerai pas».

    Ces mots sont empreints d’une telle justesse et d’une telle bienveillance…. Ils viennent d’ouvrir une porte fermée, que dis je, cadenassée à triple tours depuis 53 ans. Quel bonheur je vais avoir à vivre, à ‘apprendre à m’aimer, à apprendre à être attentive à mes demandes et mes besoins sans que ceux ci ne soient plus niés et/ou ignorés… Fille aînée de 4 enfants ayant eu une mère violente, manipulatrice et narcissique, celle ci n’a eu de cesse de tenter de me détruire jusqu’à son décès il y a un peu plus de 2 ans….
    Je peux vous dire Marie que vos messages ont été pour moi des bulles d’air pur et une bouée de sauvetage depuis pas mal d’années.
    Mais celui ci me touche particulièrement parce que n’ayant pas vécu la tendresse et la bienveillance pendant l’adolescence, je ne savais comment m’y prendre… Voici le début de cheminement pour apprendre à m’aimer.

    Et je trouve que de se dire « ma belle ou mon beau » nous invite à savoir que nous sommes bien plus qu’un prénom en nous fortifiant dans l’Univers que nous sommes vraiment…

    Je vous embrasse bien fort Marie et vous envoie de belles pensées de Lumière de ma Belgique natale.

    Nanou

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci pour ce beau partage chère Nanou. xx

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>