Vos formules gagnantes

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Vous n’avez qu’à cliquer ici pour la télécharger.)

 

Et si votre vie restait à flot non pas grâce à certains de vos efforts, mais malgré eux?

Il y a quelques années, je partageais mon quotidien avec un magnifique bouvier bernois nommé Pacha, que plusieurs d’entre vous ont connu ici. D’ailleurs, j’ai envoyé un message où il était question de lui, tout récemment.

Chaque fois que j’ouvrais la porte d’entrée ou que j’approchais d’elle (ou même je pensais à elle!), Pacha commençait à gémir et à aboyer intensément – comme si l’avenir des usines de moulée pour chien en dépendait. De toute évidence, il voulait absolument partir avec moi, et il craignait que je le laisse seul à la maison. Je ne sais pas où il a pu prendre cela, mais mon petit chou semblait avoir très peur d’être abandonné.

J’adorais la compagnie de Pacha, et je l’emmenais à peu près partout avec moi – banque, concessionnaire automobile, etc. Je n’avais vraiment pas besoin de me faire convaincre de vouloir sa présence! Mais il ne semblait pas le savoir, vu son comportement. Et comment aurait-il pu? Il commençait toujours à s’agiter dès que j’approchais de la porte d’entrée, et je finissais toujours (ou presque) par l’emmener. Il avait donc probablement déduit qu’il avait des aboiements magiques! Oui, il devait avoir l’impression que son agitation était une sorte de «formule gagnante» qui lui permettait de rester auprès de moi. Après tout, cela fonctionnait à merveille depuis des années, n’est-ce pas?

Bien sûr, ses aboiements étaient tout sauf «magiques», en réalité. Monsieur avait vraiment beaucoup de coffre, et le son pouvait être assourdissant. S’il avait effectivement réussi à me convaincre de quelque chose, en jappant ainsi, ça aurait été de changer d’avis et de m’en aller sans lui! Oui, s’il était toujours à mes côtés, ce n’était pas grâce à cette agitation, mais plutôt malgré elle. Sa «formule gagnante» n’était en fin de compte qu’une formule perdante et épuisante – pour lui en premier.

Separator

Tout ce qui précède une chose peut sembler l’avoir causée. Si l’on a une certaine façon d’être depuis longtemps et que notre bateau est plus ou moins à flot, on déduira généralement que notre attitude y a contribué. Donc si on a été très tendu et qu’on a le sentiment d’avoir réussi (ou simplement d’avoir survécu), on conclura que notre anxiété fait partie de notre formule gagnante. Si on cultive des désirs obsessifs et qu’on finit effectivement par obtenir ce qu’on veut, on déduira que l’intensité de notre attachement nous a aidé. Ou si on est habité d’une grande frustration, on aura naturellement tendance à lui attribuer le crédit si les choses commencent à s’améliorer – comme si notre combat intérieur était la force qui avait poussé les choses dans la direction désirée.

Ce n’est pas le résultat d’une analyse logique, bien sûr… Non, ça se passe sur un plan plus viscéral, sinon animal. On a toujours «aboyé», et ça a semblé fonctionner, donc on enregistre que les aboiements sont aidants. Même si ça nous draine, et qu’on n’est absolument pas en mesure de savourer quoi que ce soit lorsqu’on est dans cet état. Et même si on aurait probablement réussi encore mieux sans cela. Formule gagnante… formule perdante.

Ce qui m’amène à vous demander : quels sont les éléments de votre formule gagnante qui ne sont pas gagnants du tout?

Voici une façon de les identifier : tout ce qui vous draine ou qui vous heurte en fait partie.

Peut-être est-ce de faire passer les autres en premier dans le but d’être aimé. Ou peut-être est-ce d’être souvent en état de faiblesse pour qu’on vienne vous rescaper. Il y a plusieurs possibilités. Cela dit, la formule gagnante/perdante la plus fondamentale et universelle est certainement celle du stress, sous toutes ses formes… On croit que nos inquiétudes, notre anxiété et notre attachement donnent du tonus à notre vie. Après tout, on n’a jamais vécu sans un certain degré d’agitation – différent pour chacun. On ne sait pas ce qu’on serait et ce qu’on vivrait sans lui.

J’ai donc envie de revenir à ma question initiale : et si votre vie restait à flot non pas grâce à ces façons d’être qui vous drainent tant, mais malgré elles? Et que diriez-vous si je vous invitais à vous en libérer profondément?

Mon petit doigt me dit que vous avez commencé à le faire il y a longtemps… mais peut-être le moment est-il venu de le choisir avec une nouvelle intensité. Oh, c’est difficile – une des choses les plus ardues que vous pourriez faire, car même si vous savez en théorie que ces vieux schémas ne peuvent être constructifs, il semble vous avoir tant apporté. Mais vous vous créez ainsi une nouvelle formule gagnante, beaucoup plus proche de la vérité. Et assez rapidement, vous constaterez que vous êtes plus serein que vous ne l’avez jamais été, et donc plus en mesure de recevoir la beauté de votre quotidien, tel qu’il est, sans même qu’il ait changé. Mais surtout, vous découvrirez que vous n’avez pas besoin d’en faire autant… Oui, vous comprendrez avec chaque fibre de votre être que vous pouvez vous permettre de baisser votre garde et de relaxer, car la vie n’a jamais eu l’intention de vous laisser seul à la maison et de vous abandonner.

Sur ce, je vous souhaite une magnifique journée!

XOX

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 1 578 times, 2 visits today)

19 réflexions au sujet de “Vos formules gagnantes

  1. Bernadette dit:

    Un grand merci
    Ce message m’était adressé personnellement ! C’etait exactement mon mode de fonctionnement. Bien que j’ai choisi de prendre l’option d’accueillir la Vie plutôt que de la manipuler, il est bon de refaire ce choix chaque matin avec gratitude.

  2. Barbara dit:

    Très vaste sujet, c’est quasiment toute notre vie non ?

    Oui même si on a conscience qu’il faut se laisser aussi porter par le flot de la vie, il est toujours difficile de mettre précisément le doigt sur nos dysfonctionnements (nos peurs) qui encouragent ce genre de fonctionnement.

    J’opte souvent pour une solution, j’espère juste qu’elle n’est pas un refuge. Mais je me centre sur mon axe, et je respire en dedans. Ca fait un bien fou. Seulement étant plus habituée à l’action qu’à la contemplation, je me demande toujours si c »est juste tout le temps. Il faut là aussi trouver l’équilibre entre les deux je crois

  3. Sylvie dit:

    J’ai beaucoup aimé ce message. Je suis dans la catégorie »victime à sauver »qui ne peut remonter qu’après avoir touché le fond et grâce à une main secourable. J’ai effectivement mis le doigt sur ce problème depuis bien des années sans pour autant être parvenue à y remédier malgré tous mes efforts. J’arrive systématiquement à me retrouver au fond dans une précarité affolante. Quand le fond est atteint, un miracle apparaît qui règle la situation, situation qui s’aggrave dangereusement tant que je tiens le coup pour ne pas m’effondrer. Malgré toutes les thérapies, le chamanisme, la méditation quotidienne, la situation se déroule selon un scénario identique, qui s’aggrave et devient de plus en plus précaire d’année en année. Eckhart Tolle le dit aussi très bien dans « Le pouvoir du moment présent » : – L’esprit peut vous faire croire qu’il est utile de s’inquiéter, mais c’est faux ». Bien que j’en sois convaincue, ça ne change rien à ma vie.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci du partage Sylvie!

      Le phénomène dont vous parlez, on le vit tous d’une façon ou l’autre. C’est souvent dans les moments de crise qu’on fait les grands choix courageux ou qu’on s’ouvre au sacré.

      Et si le but n’était pas de mettre fin au schéma, mais de poser sur lui un regard bienveillant?

      Cela dit, mon petit doigt me dit que le schéma est moins ancré et présent qu’avant et que vous le croyez…

      XOX

  4. delphie dit:

    Ce message arrive à point nommé je me sens actuellement dans un état de stress permanent une anxiété, la peur du jugement, de mal faire, surtout d’être incomprise ; je vis de grands changements professionnels – que j’ai choisi, certes- sauf qu’il me demande des ressources profondes, des doutes s’installent….j’utilise la pleine conscience nuit et jour, la force de la nature, l’énergie de l’univers…
    « la Vie n’a jamais eu l’intention de vous laisser seul à la maison et de vous abandonner » cette phrase est forte pour moi car je me suis interrogée…..
    Merci pour ce beau message merci

  5. Isabelle dit:

    Merci pour ce message, petite mise au point qu’il est bon de refaire régulièrement, même si l’on sait déjà que nos vieux schémas de fonctionnement ne sont pas toujours les meilleurs. Bien que souvent non efficaces et source de stress, ils restent un endroit familier et donc rassurant.
    Je me demande souvent pourquoi nous retournons à ces vieux schémas, malgré que nous sachions pertinemment qu’ils ne sont pas les bons. Pourquoi avons-nous tant de difficulté à apprivoiser des modes de vie et de pensées différents et positifs ? Chassez le naturel… et il revient au galop, oui, mais pourquoi ? Conditionnement depuis l’enfance, éducation, cerveau « primaire » qui ne veut pas changer ???
    Exemple tout bête : j’avais commencé à noter chaque soir sur un bout de papier (plus exactement sur de très beaux petits post-it) une pensée positive, un mot de gratitude pour un élément de la journée passée. Je plaçais ensuite ce papier dans un bocal. Ce geste m’apportait une certaine paix avant de m’endormir et me faisait bcp de bien. Et j’ai quand même fini par ne plus le faire. Je me couche comme avant et hop, GSM, derniers messages, derniers coups d’oeil sur les réseaux (alors que je sais pertinemment bien que je ne vais rien y trouver de formidable tout à coup juste avant de dormir). Cette dernière connexion au monde (mais quel monde ?) ne m’apporte rien du tout, alors que la connexion à moi même, à ma journée, et aux bienfaits qu’elle m’a apportée m’enrichit et m’apaise.
    Je dois faire l’effort de recommencer ma démarche bouts-de-papier-gratitude, mais justement, ce qui n’est pas normal, c’est que cela me demande un effort. Comme se remettre au sport, comme manger sainement, comme pratiquer une activité créative… bref. Comme tout ce qui nous fait du bien en fait.
    Why ???

    Bonne journée Marie !
    Bises

    isa

  6. Daniel dit:

    Bonjour, merci pour ce message !

    Je crois que cela touche notre confiance dans le « fond » et l’intention de l’univers : est-il bienveillant, indifférent, ou malveillant ? Si la croyance populaire est de penser qu’il est malveillant, c’est logique dans ce cadre d’estimer qu’l faut beaucoup d’efforts et de lutte pour simplement rester debout.

    Si au contraire on croit que l’univers est bienveillant, alors là pas besoin de faire d’efforts puisque naturellement les forces de vis nous portent et nous soutiennent. Et même effectivement plus on est tendu et en résistance, plus on lutte contre ces forces qui ne font qu’abonder dans notre sens !

  7. GISELE dit:

    bonjour MARIE PIERRE, c’est un texte qui me parle ,dans mon enfance, je n’ai pas eu beaucoup d’amour familial ,pas de conversation, de partage ça m’a beaucoup manqué ,c’est pour cela que j’ai choisi un métier riche en relation dans le milieu médical, j’ai aidé des patients dans la difficulté ,la souffrance,, peut être pour me réaliser dans ce métier , être reconnue ,j’avais un besoin de reconnaissance et à avoir confiance en moi , ce savoir être est resté c’est une attitude , le besoin d’être utile à mon prochain , mais aujourd’hui je me retrouve un peu seule à la retraite ,ces relations ont été à sens unique ,pourquoi? c’est chacun pour soi je le ressens maintenant que je suis dans le besoin à mon tour , manque d’échange ,heureusement que j’aime lire, peindre ,je m’occupe l’esprit comme cela, j’aime beaucoup vos articles ils me tiennent compagnie et me font réfléchir bonne journée marie pierre bisous gisele

  8. Isabelle dit:

    Merci Marie-Pier pour ce très beau texte! J’adore particulièrement la dernière phrase :

    « vous pouvez vous permettre de baisser votre garde et de relaxer, car la vie n’a jamais eu l’intention de vous laisser seul à la maison et de vous abandonner. »

    C’est mignon, drôle, très touchant… et tellement vrai! Ayons confiance en la vie :-)

  9. Linda dit:

    Toujours heureuse de te lire !! A chaque fois ses messages arrive à point c est magique !!! Il confirme souvent que je suis sur la bonne voie et m éclairé pour y arriver !! Merci merci

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Contente de lire ça!!

  10. Danièle dit:

    Bonjour Marie-Pier,
    Bon lundi, merci pour cette réflexion qui me touche aussi et m’apporte beaucoup ce matin.
    Les outils apportés dans le texte vont m’être précieux et utiles quand je vais éprouver du stress
    inapproprié, accumuler de la fatigue émotionnelle.
    Ce qui est mentionné est très profond et souvent je n’en touche que les bords et grâce à ces messages bienveillants, cela m’aide à plus relaxer dans ma vie.
    Merci infiniment Marie-Pier pour tout cela, Danièle x x

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ça me fait tellement plaisir de lire ça, Danièle!

  11. Benoit dit:

    Ça me parle énormément. Combien de fois j’agit pour me faire « aimer » ? J’essaie de ralentir et c’est effectivement très difficile… J’ai envie de pousser la réflexion encore plus loin. Chaque fois que j’agit ainsi je me leurre moi-même. Une partie de moi croit gagner mais tout au fond de moi ça sonne faux. Plus j’en prend conscience, plus ça me donne envie de laisser gaïr le vrai moi et d’arrêter… Merci Marie-Pier !

  12. Valérie dit:

    j’aime beaucoup le principe de formule gagnante/perdante, et j’ai envie de dire tout simplement qui perd gagne,
    aujourd’hui, malgré tout et grâce à tout, mes schémas actuels sont mes bons vieux schémas mais revisités et bien sûr des nouveaux modes de fonctionnement animés de mes aspirations, de mes croyances et de mes sensations du moment grâce à mes expériences du passé, et une bonne dose de philosophie antistress et pragmatique! A force, je me dis que j’en ai vu d’autres… et j’arrive un peu mieux à accepter de tirer profit de chaque situation bonne ou moins bonne en me disant qu’elles auront forcément un effet immédiat ou secondaire bénéfique et porteur de lumière, j’arrive à mieux être à l’écoute de moi-même, et donc des autres, je prends plaisir à m’agiter calmement mais sûrement! Navigation à flot, sur les flots, Merci encore Marie-Pierre,

  13. Vanessa Dupont dit:

    Bonjour et merci Marie-Pier,
    Cela fait maintenant plusieurs années que je vous lis et j’aime énormément vos messages, ils réveillent la conscience.
    J’ai eu envie d’écrire aujourd’hui car le message du jour est juste celui qu’il me fallait pour m’aider à me débarrasser de certaines habitudes de comportement. Je suis du genre crispée, tendue et hyper-vigilante. J’ai le sentiment que si je baisse la garde les choses ne vont plus fonctionner.
    Ce message me remets dans le choix : vivre crispée en permanence ou apprendre à accueillir la vie dans ce qu’elle a de fluide. Faire ce que j’ai choisi de faire sans me crisper… De toute façon il y a toujours des choses qui échappent à mon organisation donc autant lâcher la pression en moi.
    Merci
    Très belle journée.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Quel beau partage, Vanessa… Merci! XOX

  14. Brigitte dit:

    Merci de nous le rappeler, c’est tellement bien dit, depuis quelques années j’essai de changer ses vieilles habitudes, mais elles tendent a revenir, il ne faut pas lâcher. J’espère bien un jour que je vais avoir le bonheur un peu plus facile.

  15. Gaétane Longpré dit:

    Merci pour le beau texte que tu ma envoyée. Tu dit vrai pour dans se texte. Je te lis toute les semaine et ça fait du bien .

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>