Un petit rappel… (si vous cherchez à comprendre)

On n’a pas toujours besoin d’aller au fond des choses. Si ça ne sent pas bon, on peut simplement s’arrêter et aller dans une autre direction.

Il y a quelque chose de profondément déroutant dans le fait qu’une personne (ou un groupe de personnes) nous aime mal, ou pas du tout. Ou qu’elle soit plutôt indifférente. Et de toute évidence, la méchanceté et la manipulation sont troublantes.

shutterstock_789693961orchideesLorsqu’on vit ces réalités, il est difficile de croire ce qui se passe. Le besoin de comprendre peut être fort, si fort qu’on choisira même de tolérer la situation un peu plus longtemps. Oui, on maintiendra parfois le statu quo en attendant le moment béni où on découvrira ce qu’il y a derrière la laideur qu’on côtoie. Dire STOP avant nous semble impossible.

Comprendre est un des mécanismes de protection les plus basiques. Plus on comprend notre monde, plus on a l’impression d’être en contrôle, et donc moins on se sent vulnérable. Et voir la cause de la situation qui nous mine donnerait de la validité à ce qu’on ressent, aussi.

Or, parfois, il n’y a rien à comprendre. On pourrait avoir des explications psychologiques, métaphysiques et biologiques détaillées, et ça ne changerait rien. Car ce qu’on veut vraiment savoir, c’est le lien que ça a avec nous – oui, pourquoi cette personne a choisi d’agir ainsi avec NOUS, spécifiquement. En fait, sans le réaliser, on cherche la confirmation qu’on est fondamentalement laids et dignes de ce qu’on vit. Et on ne trouvera jamais ce qu’on cherche, bien sûr… Premièrement, car quoi qu’on en pense, rien de ce qu’on subit n’est personnel; ça en dit beaucoup plus sur les autres que sur nous. Et même si on était en partie responsable de la dynamique, il reste qu’aucun humain ne mérite l’irrespect ou le mépris.

J’ai lu récemment une phrase qui m’a saisie (c’était dans une critique du film Mon roi) : «Georgio créait un vide à l’intérieur de Tony que seulement Georgio pouvait remplir.» J’ai trouvé ces mots puissants. Car parfois, c’est exactement cela… la personne ou la situation elle-même nourrit le vide intérieur qui nous amène à être attaché à elle. Et c’est la seule chose qu’il y ait à comprendre.

Donc non, on n’a pas toujours besoin d’aller au fond des choses. Parfois, aller au fond des choses voudrait dire, littéralement, descendre jusqu’au fond. C’est un choix qu’on peut faire… Mais on peut aussi décider de s’en aller dès que ça commence à ne pas sentir bon. Car bien qu’avoir une connaissance des mécanismes de l’ego et des troubles de personnalité soit très utile, on cultive la beauté et la lumière en baignant dans la beauté et la lumière – non pas dans les dysfonctions.

Sur ce, je vous souhaite une superbe journée! Notez que je serai de retour dans une semaine ou deux.

❤️

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 4 439 times, 72 visits today)

33 réflexions au sujet de “Un petit rappel… (si vous cherchez à comprendre)

  1. Louise Harnois dit:

    Merci matin magique est u baume au coeur

    1. Thérèse dit:

      Marie-Pier,
      je viens ici te partager l’ à « piquitude » de tes messages et notamment ce dernier encore .Tout me parle et fait écho à un fonctionnement passé et ta phrase du film « moi roi »me permet de comprendre que c’ est le vide en moi que cette personne me montre alors je tourne les talons et rejoins ma puissance à remplir cet espace de beauté et de lumière.Merci merci Marie

      1. Ginette dit:

        J’ai trouvé une réponse à pourquoi je reste dans une relation malsaine!
        Ces interactions, cette relation vient combler un vide intérieur, et j’ai à apprendre à combler ce vide autrement, par toutes les bonnes relations que j’ai, l’amour de mes enfants, petits enfants, et par-dessus tout l’amour que je me dois que je dois avoir pour moi, par dessus tout et seulement qu’a ce moment là je pourrai passer à autre chose. Le réalisant, ça m’aide et m’éclaire à continuer dans la direction que je veux poursuivre! Merci, c’est un cadeau pour moi!❤️❤️

        1. Flo dit:

          Ginette, je suis dans la même situation que toi et depuis plusieurs années.
          J’ai des amies pourtant et des enfants, petits-enfants mais j’ai le sentiment que c’est la peur de les perdre qui me garde dans cette relation avec le père de mes enfants. Relations qui est plus que, non-satisfaisante. Je sens qu’elle me limite et me fait perdre ma joie de vivre. Je ne comprends pas le manque de courage que j’ai. Marie_Pier, tu dis que comprendre donne l’impression d’être en contrôle de la situation. Je dirais que oui, tu as bien raison, mais je croyais que comprendre me permettrais de quitter cette situation mais je n’avance pas. Il me manque autre chose. La confiance en moi? Peut-être. Merci Marie-Pier pour tes beaux textes qui permettent la réflexion.

          1. Marie-Pier Charron dit:

            Chère Flo,
            Je peux imaginer le sentiment de solitude qui t’habite. Merci de partager avec moi/nous.

            xx

    2. Marie-Josée dit:

      Le texte que j’ai lu ce matin tombe vraiment à point. Ca me fait beaucoup de bien et surtout , ça me fait avancer dans mes réflexions . Une gros merci!

  2. Beatrice dit:

    Bonjour Marie
    Je fais partie de la belle aventure du cours de Magie, et autant j’ai encore des dificultés à pratiquer les exrecices régulièrement, autant les billets quotidiensde Matin Magique me parlent intensément. C’est le cas pour celui-ci -en lien avec « vous êtes trop beau pour ce monde ». Arrêter de chercher à tout comprendre, voilà ce sur quoi je dois travailler. « La personne nourrit le vide intérieur qui nous améne à être attaché à elle » , c’est exactement ce que je vis . Merci infniment pour ton coaching , belle journée, Beatrice (de La Reunion)

  3. Meloni dit:

    « Le feu qui m anime est celui qui me consume « 
    Etienne de la Boetie

  4. Francine dit:

    Ben moi ce que j,ai appris c,est d,aller ds le fond, oui c,est vrai que ça sent pas bon, mais après le nettoyage, l’odeur est bien meilleur, et ça aide à voir plus clair. Le discernement devrait aider ,à savoir quand c,est le temps d’y aller ou pas

  5. Sabine dit:

    Bonjour Marie, le petite texte que vous m’avez envoyé ce matin me parle énormément et est tellement vrai. j’ai connu cela et je suis heureusement arrivée à m’en détacher et à rééquilibrer ce manque, ce vide qui me rattachait à cette personne nocive à ma vie. Merci de nous faire voir les belles petites choses de la vie et nous aider chaque matin. MERCI

  6. buono dit:

    cela me ressemble tellement..aller jusqu’au bout …peut être par curiosité, lâcheté ou simplement pour ne pas avoir de regret..alors que pertinemment j’ai conscience que cela ne sent pas bon…merci pour ce texte..je vais méditer ….

  7. marholaine dit:

    Oui, c’est très vrai, nous pouvons être happés par des personnes ou des situations, en raison d’une faiblesse particulière non consciente ou non maîtrisée. Pour moi, c’est la honte et la culpabilité, qui peuvent me faire faire beaucoup de choses préjudiciables.
    « La personne ou la situation elle-même nourrit le vide intérieur qui nous amène à être attaché à elle » : c’est le mécanisme même de la dépendance, qui est un cercle vicieux. Un exemple très connu : un homme passe ses nuits sur Internet, car, dit-il, il n’a pas d’amis. Mais c’est justement parce qu’il passe ses nuits sur Internet qu’il n’a pas d’amis. Autrement dit, le refus de s’affronter à une difficulté (ici, se faire des amis), conduit à une situation enfermante, qui amène de plus en plus à vivre en dehors de la réalité. Idem pour une femme liée à un compagnon violent et qui s’efforce de plus en plus de le contenter en s’effaçant. Dans ces cas-là, la rupture (douloureuse) est une question vitale. D’abord fuir pour sauver sa peau, ensuite on pourra réfléchir sur ce qui nous a amené là…
    Sur ce thème, je recommande le livre « Le château de verre », où une jeune femme raconte la vie de ses parents, très co-dépendants, et qui ont mal fini l’un et l’autre.

  8. marjolaine dit:

    PS : C’est pourquoi je suis plutôt contre cette théorie, d’origine américaine, qui soutient qu’on attire ce qu’on mérite, qu’on est responsable de tout ce qui nous arrive. (du genre « Vous avez choisi ces parents-là pour faire telle expérience dont vous aviez besoin pour réaliser votre karma » ). Cette vision des choses me semble bien peu aidante et même constituer une double peine…

  9. ALAIN dit:

    Car ce qu’on veut vraiment savoir, c’est le lien que ça a avec nous – oui, pourquoi cette personne a choisi d’agir ainsi avec NOUS, spécifiquement. ……… . Et même si on était en partie responsable de la dynamique, il reste qu’aucun humain ne mérite l’irrespect ou le mépris.
    Bonjour,
    oui, ça a forcément un lien avec nous. Mais pas forcément direct.
    En effet si ça nous arrive c’est que nous sommes partie prenante et la « vie » nous permet de vivre une expérience que nous avons à « nettoyer ». Cette expérience est liée à notre passé de petit dans nos relations précoces, à notre mère essentiellement mais aussi à notre environnement affectif et/ou relationnel. Il s’agit donc d’une opportunité de « mise à niveau » pour nous débarrasser des séquelles souvent traumatiques de notre enfance dont nous n’avons pas une conscience claire parce que nos « outils » de compréhension et de mémoire n’étaient pas encore suffisamment développés pour en garder une trace consciente. Alors nous mettons en scène des situations propices à un nettoyage de ces mémoires plus ou moins conscientes. Il existe un outil formidable pour ce nettoyage. Il s’agit du processus de Ho’oponopono. Voyez ce site par exemple : https://www.forme-sante-ideale.com/technique-hooponopono-defi/
    Belle journée à vous et « feu du coeur »
    Alain

  10. Sylvie-Anne dit:

    J’ai une amie qui s’entête à comprendre pourquoi son époux l’a trompée à de nombreuses reprises! Elle veut tout connaître et elle s’enfonce dans l’anxiété et la dépression! J’ai beau lui répéter que sa recherche est malsaine et qu’elle n’a pas à se rendre jusqu’au fond du baril! Je ne sais plus quoi faire pour qu’enfin, elle s’en sorte!

  11. Pascale dit:

    Marie je tombe ce matin sur votre lettre …Oui c’est ce que je vis depuis quelques années , 4 ans je crois . Avant je n’en avais pas conscience car mon mari est expat et n’était jamais à la maison . Je vis sous tensions ….Il souffle le chaud et le froid , je surfe sur des vagues en permanence en me demandant quand je coulerai et toucherai le fond ….Je sais que son comportement n’est pas normal , Il ne s’excuse jamais , il recherche le conflit plutot que d’apaiser une situation . Mais il sait m’aimer par moment , même très fort . Puis il me critique , me provoque et se moque de moi . Il dit “juste pour rire” . Hier j’ai eu un flash , alors que je me lance dans des projets , il s’est moquée de moi devant des amis et je me suis dit
    “non c’est mon mari et il se moque de moi” , c’est toxique et anormal . Je conseille le livre de Christel Petitcollin “ Pourquoi trop penser rend manipulable” , c’est exactement ce que vous écrivez Marie , plus on est intelligent plus on est manipulable car on cherche toujours à comprendre , à essayer d’intégrer le point de vue de l’autre , trouver un compromis ou apaiser un conflit …. et surtout on refuse de se décourager. Merci Marie , ce matin le jour se lève et je me relève

  12. Bovet dit:

    Ce texte m’a beaucoup parlé et j’ai médité en observant que je n’avais pas à m’identifier au mépris à la méchanceté et à l’indifférence des gens et que je pouvais être libérée de ces peines en m’accordant une énergie de vie et non celle de la mort du manque et du vide. J’ai choisi le bon train même si il y a personne que je connaisse dans le wagon et j’ai laissé ce qui était connu sur le quai de gare. Je me réjouis déjà de mon voyage et des futures rencontres et découvertes. J’ai tout de même appelé mon guide bienveillance et mon guide stimulation pour me soutenir dans ma démarche :) bonne journée à tous

  13. colettina dit:

    Quel joli visage sur cette photo , voyez vous comme moi ce visage au centre de petales,, un visage avec des yeux fermes, et un buste en partie avec des vetements pourpres ,,,,
    ce visage feminin,aux yeux clos en posture de meditation, Marie Pierre , en meditation, qui nous incite a ne pas subir de souffrances ,, ok , cependant ,, il arrive de souffrir comme par exemple la brulure mordante de la jalousie lorsque nous croyons que notre compagnon aime une autre personne , alors que notre lien avec lui est exclusif,,, mais la jalousie nous apprend que nus sommes capables d un amour exclusif ,,,, ce qui est beau ,, nous offrons a une personne d etre aimee,,

    alors je trouve que de confier sa souffrance a l univers est un bon moyen ,, et se se rappeler des chansons qui evoquent la meme soufrance et la meme tristesse,,

    belle journee

  14. gisele dit:

    bonjour MARIE PIER, dans les familles recomposées c’est pas facile de survivre ,j’en fais l’expérience ,certains m’en veulent d’avoir pris leur père ,je ne remplacerais jamais leur mère ,je ne suis pas leur mère ,(ils ont entre 45 et 57 ans) et c’est toujours des reproches, des pics méchants j’encaisse mais j’en ai marre ,leur père et moi traversons de lourdes maladies , on se soutient ,on s’aide l’un et l’autre ,ils me manquent de respect et étant en état de faiblesse, ils essaient de me déstabiliser , je tiendrais le coup parce qu’il le faut; quelle injustice, il n’y a rien à comprendre c’est la méchanceté gratuite, en plus ils ne s’occupe pas beaucoup de leur père, bonne journée ,bisous amicaux

    1. colettina dit:

      Je reagis a votre propos , Gisele, en vous racontant une sorte d historiette, lorsque nous rencontrons un animal qui est visiblement pret a nous mordre , nous ferons en sorte de nous sortir de cette situation, en fuyant cet animal,,
      c est le premier reflexe , devant un danger ,, se mettre a l abri ,, , lorque nous sommes debordes emotionnelllement,, ,, excusez moi,, je dois satisfaire un besoin naturel ,, ( pas besoin de preciser que ce besoin est ,, de retrouver le calme, la confiance ),

      encaisser,,,, ?????? les relations humaines ne sont pas de echanges comptables,, waouh,, voici un theme de meditation,reflexion,, bonne abondance d amour a nous tous ,

  15. Margot dit:

    Je me retrouve tellement dans votre texte Marie….
    C’est la volonté qui me fait défaut. Pourquoi ?
    Je cherche trop et je n’agis pas.
    En tout cas merci pour vos textes.

  16. Michele Lamontagne dit:

    Je suis d’ accord avec toi Marie. Viens un moment où il faut arrêter de se creuser la tête pour comprendre l’ attitude et les comportements blessants ou dérangeant de certaines personnes autour de nous. J’ essaie maintenant de ne pas juger celle – ci ( il y a sans doute des causes que je ne connais pas ) . Alors je bénis cette personne et je la laisse aller et moi, je continue mon chemin .C est une question de respect et de tranquillité émotionnelle.

  17. Corinne dit:

    Merci pour ton message Marie-Pier, d’ailleurs je trouve que tes messages m’aident beaucoup dernièrement… J’ai moi-même vécu avec un mari maltraitant moralement, abusif, harcelant, oscillant constamment entre une pseudo-gentillesse et une grande méchanceté (insultes, menaces, réveils la nuit). J’ai essayé pendant 15 ans de le comprendre, j’ai essayé de lui pardonner, j’en ai perdu toute confiance et estime de moi, j’ai tenu pour mon fils, qu’il a commencé à maltraiter aussi… je commençais à avoir des idées de suicide, ne voyant aucune issue à ma situation ! JE ME SENTAIS COUPABLE DE CE QUI M’ARRIVAIT, JE CROYAIS QUE JE LE MÉRITAIS POUR TOUTES MES FAUTES… après 15 ans d’avoir tout tenté, on a fini par s’enfuir, mon fils et moi… et là j’ai compris qu’il y a des personnes qu’on ne peut pas sauver, et que parfois, la seule solution c’est de se soustraire à leur influence néfaste et maladive. Je sais qu’il est malade, je ne ressens aucune colère, et je lui ai pardonné, mais je ne souhaite plus jamais le revoir… Je me suis « sauvée » de lui… et j’ai fait la part des choses… Merci pour tes messages, Marie-Pier…

  18. elPedro dit:

    j’avais justement un frère qui prenait plaisir depuis toujours à me mépriser devant les autres membres de la famille. Ça les faisait rire. Mais lorsque nous étions seuls tous les deux, il était très gentil et respectueux.Comme il est fin manipulateur, il a réussi à faire adopter le même comportement à mon égard par une de nos sœurs. Un jour, j’ai pris conscience que je n’avais pas besoin de me trouver en compagnie de gens méprisants. C’est alors que j’ai décidé de ne plus les côtoyer dans les rencontres de famille. Je m’en porte beaucoup mieux depuis. Changer les choses qu’on peut, c’est un signe courageux de sagesse et d’amour envers soi-même.

  19. Myriame dit:

    Merci pour ce partage de perspective :) Il y a une belle richesse à la portée de tous et toutes :)
    Deux interrogations me viennent en lisant cet écrit :

    1-Et si le fait de « comprendre » les choses, les gens, les situations ; mènerais à « prendre conscience » de ce « lien » et de sa dynamique subtile, dans une optique d’observateur bienveillant ? Et que par cette prise de perspective, comme un zoom-out du coeur, cela permet justement de créer un espace de « vulnérabilité consciente » pour enfin lâcher prise sur le « pourquoi-du-pourquoi-du-comment » de la situation présente qui « sent pas bon » ? En bref, quelle est le sens que prend le mot « comprendre » dans ce texte ? :)

    2-Et si le cadeau de « cultiver la beauté et la lumière en baignant dans la beauté et la lumière » est justement de l’apporter humblement avec courage et amour dans nos zones puantes et sombres ? Quelle est la mesure de cette culture de lumière ? :)

    Mais la clé au travers de ça, selon moi, est en effet de ne pas nécessairement s’acharner sur les aspects extérieurs… mais plutôt de s’autoriser à se déposer en soi pour y faire lumière… ? ;)

    Merci de toi, d’être toi au travers de ces écrits :)
    <3

  20. Pierre dit:

    Oui quoi dire de plus que faire 180 degrés et cesser de gratter le bobo. C’est bien de se rappeler qu’on a cette vie a vivre et que si on la passe a broyé de vieille histoire ou d’en poursuivre qui nous vide, ou trouverons nous du temps pour faire émerger les plus belles parties de nous.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Absolument. Merci Pierre!

  21. Mimi dit:

    Merci pour ce texte qui me parle tellement!! Arrêter de vouloir comprendre quand il n’y a rien à comprendre !! Ne pas se sentir responsable et coupable !! J’y arrive difficilement !! Lâcher prise et continuer sa route vers de meilleurs choix et faire confiance à la vie !!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ravie de te lire, Mimi!

  22. Jackie dit:

    Bonsoir et merci pour ce message qui m’a tout de suite parlé. Je vis actuellement une situation à mon travail où une collègue tantôt est sympathique et le jour suivant infecte. elle fait son petit manège uniquement avec moi. Bien évidemment je me posais milles et une questions, mais c’est moi qui suis trop successible ou, elle est de mauvaise humeur ça arrive. Je ne sais plus comment me comporter avec elle et on travaille dans le même bureau. Ce message m’a ouvert les yeux sur le fait que je peux dire stop, non je ne veux plus de cette situation. Après faut-il encore trouver un autre job à 50 ans ce n’est pas facile alors j’endure encore cette situation mais je sais que je n’en suis pas responsable et cela m’enlève un énorme poids. Je vais tout faire pour trouver un autre travail ou changer de bureau. Merci pour vos jolis textes et une belle soirée. Jackie

    1. Marie dit:

      Jackie, si je peux me permettre une suggestion : ne pas quitter le travail mais l attitude quî autorise votre collègue à être par moments insupportable. ça peut aussi être ça dire STOP.
      Amitiés

  23. Marie dit:

    Bonjour Marie,
    Mais comment faire lorsqu il s agit d un enfant qui me rejette ?
    Ça fait 12 ans que ça dure.
    J ai balayé toutes les hypothèses sur les causes éventuelles. Je suis sans réponse.
    Que me conseillerais tu s il te plait ?

  24. Sylvie dit:

    Bonjour Marie,

    Tu as répondu à Pierre et je fais de même. Absolument vrai! Afin de faire émerger les plus belles parties de nous, il faut prendre le temps. Il faut leur laisser l’espace nécessaire afin qu’elles s’épanouissent. Si non on tourne en rond.

    Merci Pierre……Merci Marie….

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>