Le problème quand on fait ce qu’on aime

Bon lundi matin,
Comment allez-vous?

Mes doigts sautillent sur le clavier, et j’ai un grand sourire sur le visage présentement, tant je suis heureuse de vous retrouver.

J’ai passé les dernières semaines à faire un grand ménage et à solidifier les structures de ma vie. Et je dois dire que le processus a été beaucoup plus prenant que je l’avais anticipé.

On me demande souvent (surtout pendant les périodes où j’envoie plusieurs messages par semaine) comment je fais pour écrire autant depuis tant d’années. Je ne sais jamais quoi répondre, car c’est la chose la plus naturelle qui soit; il n’y a rien que j’aime plus que de me retrouver devant une page blanche, de créer des concepts, ou de sculpter des idées qui font du bien avec des mots.

Le défi, pour moi, c’est le pratico-pratique… Organiser, mettre des systèmes en place, faire les 28 petites étapes qui mèneront lointainement à un résultat. Je n’ai généralement pas de difficulté à prendre les grandes décisions, mais Dieu que je peux agoniser avec les petites!

J’ai donc pris l’habitude de mettre plusieurs choses de côté, pour me concentrer sur ce que je trouve délicieux.

Ces derniers temps, par contre, quelque chose a changé. J’ai commencé à me sentir mieux que jamais dans ma peau… Mon intention de savourer chaque journée de ma vie est devenue encore plus puissante… Et j’ai réalisé qu’au point où j’en suis, la clé magique pour y arriver n’est pas de faire «ce que j’aime» encore davantage, mais au contraire de prendre en mains toutes ces réalités que j’ai négligées.

Comme vous avez probablement pu le constater également, ce qu’on met de côté n’est jamais vraiment de côté… Et si on évite ce qui nous rend mal à l’aise, on finit par vivre avec une sorte de tension latente, très subtile, mais omniprésente, au fin fond de notre être. Il y a une partie de nous qui n’est pas tout à fait là ni réceptive à la beauté de l’instant.

Oh, ce n’est pas un grand concept révolutionnaire… Mais avez-vous remarqué que ce ne sont généralement pas les grands concepts révolutionnaires qui révolutionnent notre vie?

J’ai donc commencé à «descendre» dans tous les aspects de ma vie comme jamais, de ma santé jusqu’à mes finances, en passant par les actions très terre à terre qui me permettront de réaliser certains projets chouchous et de me déployer encore davantage dans la création. Je suis malhabile, lente, et je n’aime pas du tout le processus. Mais même si je ne sens pas le bien-être «douillet» que j’aime tant, je constate que quelque chose se dégage, en arrière-plan. (Bon, bien souvent, je ne constate rien d’autre que mon inconfort… mais je sens effectivement que quelque chose de sain est en train de se passer.)

J’ai donc envie de vous poser la même question que je me suis posée : quelles sont les tâches/situations inconfortables que vous avez tendance à fuir et que vous vous sentez appelé à rencontrer, pour vous libérer? Plutôt que d’aller vers ce qui a bon goût, quelles sont les médecines amères que vous gagneriez à avaler, pour vous faire du bien et vous permettre de goûter votre vie encore plus intensément par la suite?

Ce sont probablement des choses auxquelles vous n’aimez pas penser… Mais vous constatez peut-être, tout comme moi, que si on n’y pense jamais, on y pense tout le temps.

Le piège dans lequel on tombe souvent, à ce point précis, est de trop s’en demander… Puisqu’on se juge d’avoir fait preuve de négligence ou de paresse, on se demande de tout accomplir d’un coup pour compenser, ce qui finit par rendre le processus encore plus douloureux. Se donner la permission de faire de petits pas est crucial. En fait, la seule chose plus importante que de prendre les choses en mains est de ne pas trop s’en demander en le faisant.

Donc, quelles seraient les premières étapes que vous pourriez faire? Quelles sont les tensions qui sont présentes sous la surface que vous pourriez amener à votre attention et nettoyer? Je ne parle pas ici de votre interminable liste de choses à faire, mais de ces situations qui vous pèsent vraiment énergétiquement et qui sont prêtes à être relâchées.

Voilà ce que j’avais envie de vous proposer aujourd’hui.

Le temps des Fêtes est une belle période pour se ressourcer dans la féérie, et mon petit doigt me dit que vous pourrez faire le plein de magie encore plus profondément si vous libérez un peu d’espace à l’intérieur de vous, ainsi.

De mon côté, j’aurai bientôt le temps et l’espace mental pour écrire de nouveaux textes, probablement dans deux ou trois semaines, mais en attendant je voulais vous donner signe de vie et vous faire un petit clin d’œil. Et d’ici là, je vous enverrai une sélection de messages tirés de mes archives, en espérant qu’ils fassent écho à ce que vous vivez présentement.

Sur ce, je vous souhaite une magnifique journée!

xx

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 4 021 times, 4 024 visits today)

34 réflexions au sujet de “Le problème quand on fait ce qu’on aime

  1. Bénédicte dit:

    Tout à fait dans le même état d’esprit, j’ai entrepris depuis 2 semaines de grands rangements dans notre maison familiale et spécialement dans mes armoires et dans les pièces que j’apprécie —> je suis repartie dans la simplicité heureuse! … et la dame qui nettoie chez nous est repartie avec des tas de trésors qui lui ont fait bien plaisir!
    Merci pour ce message Marie-pier et tous les autres depuis de nombreuses année déjà!!
    Dans l’Amour
    Bénédicte (Belgique)

    1. Pauline Girard dit:

      Bonjour à toi,
      Contente de te lire! Ton message me permet de réaliser qu’en effet, en douceur, je dois mettre de l’ordre dans ma salle d’ordinateur! Beaucoup de papiers s’y trouve pêle-mêle et en faisant, petit à petit, j’aurai le résultat dont je rêve depuis longtemps! En plus, je me dis: bien faire par amour plus que de tout faire (Thérèse de l’Enfant Jésus)
      Merci pour tes petits clins d’œil! xoxoxo
      Pauline
      St-Fulgence
      Québec

    2. Marc dit:

      MDR….. je m’y suis remis il y a deux mois….. j’ai donné tout ce que je gardais en « réserve », ça fait une place pas possible et étant célibataire, ça laisse de la place pour une autre personne dans la maison, et donc dans ma vie ;-)

  2. Mylène dit:

    Bonjour Marie, c’est avec plaisir que je vous lis ce matin de nouveau… depuis longtemps déjà !!!
    merci beaucoup pour ce texte qui me parle bien, bien sûr !
    « ce qu’on met de côté n’est jamais vraiment de côté… » c’est tout à fait cela et je vais m’y atteler. Continuez à être une magicienne !

  3. Béatrice dit:

    Je pensais que je ne pouvais pas recevoir de message de votre part et voilà que ce matin , j’ai un message! MERCI
    Moi aussi j’aurai des choses à nettoyer dans ma vie, affronter les choses dans lesquelles je ne suis pas à l’ aise.Mais je ne sais pas par où commencer ni comment m’y prendre.
    Je vous souhaite une bonne journée ensoleillée.

    1. Nadine dit:

      Moi non plus, je ne sais pas par quoi, par où commencer. J’ai l’impression d’avoir dormi de nombreuses années et il y a tant à faire …que je me sens découragée. Comment puis-je m’y prendre ? Je ne sais pas…

  4. Ginette dit:

    Coucou Msrie, ton message ne passera pas dans le vide… je faisais de l’insomnie, je décide de me lever et… par magie, je vois ton courriel…
    Merci pour ce beau message car je vis ce que tu expliques .
    Bon lundi. xx

  5. Luce dit:

    Le texte du jour fait un echo en moi. Je suis en train de créer ma nouvelle activité de coach personnel et professionnel. J’anime également des stages de conscience de soi par la sensorialité. Ces activités me donnent une sensation de plénitude et de joie. Mais à côté, il y a l’aspect administratif et financier. Je dois créer une micro entreprise et à nouveau entrer dans des cases, avec un vocabulaire spécifique qui pour moi est une langue étrangère, « budget prévisionnel, études de marché » et autres bizarreries, sourire… J’y consacre pas plus d’1h30 et ce, pas tout les jours. Tout simplement parce que l’effort que je dois faire pour entrer dans ce monde, dans ce langage, m’épuise et qu’au fond, il y a une part de moi qui n’en comprend pas la nécessité. Il y a du « il faut le faire », et du « pourquoi faire ? ». Plus je vieillis, je vais avoir 48 ans, plus j’ai besoin de cohérence et de sens, moins je supporte la contrainte… Est ce que je me sens libéré par les petits pas accomplies chaque fois ? Oui, parce que cela répond et soulage cette tension du « il faut le faire », et Non, parce que la question « pourquoi faire ? » reste posée.

  6. Cieren dit:

    Merci infiniment, chère Marie Claire de tous vos envois qui font du bien, car on se reconnaît dans ces situations!!!!!!! Vous êtes d’une compagnie fort agréable dont on ne voudrait jamais se passer!!!! Continuez toujours!!! C’est formidable !!! Et en même temps ,c’est courageux de votre part!!!!!!
    Merci encore!!! Monique

  7. Jamila dit:

    Bonjour et contente de vous retrouver.je me retrouve dans ce que vous venez d écrire, je sens de la joie au fond de moi qui veut remonter et en même temps j ai encore des choses à nettoyer en ce moment c’est le sentiment de peur qui est présent et qui doit venir de vies karmique que je dois guérir pour laisser la joie et celle que je suis prendre ça place. C est très dure mais c est pour du meilleur. Prenez soin de vous au plaisir de vous lire.
    Jamila

  8. LORENZO dit:

    Bonjour
    C’est fou comme ça fait écho chez moi !!
    ce qu’on met de côté n’est jamais vraiment de côté… Et si on évite ce qui nous rend mal à l’aise, on finit par vivre avec une sorte de tension latente, très subtile, mais omniprésente, au fin fond de notre être. Il y a une partie de nous qui n’est pas tout à fait là ni réceptive à la beauté de l’instant, Hé bien c’est tout à fait ça! !!
    Vous avez tapé dans le mil, ces choses que l’on met de côté car on veut aller à l’essentiel et le plus vite possible pour se sentir LIBÉRER !
    Aujourd’hui, j’en suis là, c’est laborieux pourrais moi et tellement nécessaire !
    Au final, la vie est faite de petites choses qui peuvent nous mettre mal à l’aise mais tellement importantes pour arriver au but ! Rien est tout lisse, à nous de ne pas brûler les étapes et d’être à l’écoute de ces ptis signes pour que ces étapes soient plus douces .
    Très belle journée à tous

  9. Bernard dit:

    En lisant votre texte, dans lequel mon prénom est intercalé, je me suis senti interpellé. J’ai peur de répondre à côté de la question. Je suis à l’écriture de mes mémoires au sein d’une petite équipe depuis l’automne 2017 et forcément, ça me demande un effort de mémorisation. C’est pour me libérer l’esprit des moments pénibles entremêlé à de joyeux que j’ai déjà vécu et faire place au quotidien.
    Il y a une foule de choses pratiques que je voudrais réaliser mais peut-être que je m’en demande trop. J’essaie de vivre le moment présent et de faire davantage de petites choses qui me paraissent essentielles.
    Me faut-il être plus précis: je suis un retraité depuis 6 ans et je prends conscience de l’importance d’entretenir de bonnes relations avec mes enfants et petits enfants, de leur transmettre l’historique de notre ancêtre. Parmi les petites choses essentielles, je citerais de liquider ce qui ne m’est pas absolument nécessaire de garder, d’aider davantage ma conjointe dans les tâches qu’elle accomplit, de revoir mes nombreuses photos papiers qui sont archivées dans des boîtes et de les sélectionner pour les faire numériser, de prendre de meilleures photos avec ma nouvelle lentille etc. Je me suis libéré du temps en mettant fin à mon bénévolat que j’exerçais depuis près de 14 ans dans un organisme sans but lucratif. Ainsi, je peux mettre de l’ordre dans mes priorités.
    Je mets beaucoup de temps avant de passer à l’action. J’aime m’assurer que j’aurai le temps nécessaire pour le faire. J’y vais graduellement et j’ai commencé à faire de petites choses qui traînaient. Il m’en reste encore à faire. Sur ce, Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes.

  10. Völlmy Chantal dit:

    Chère Marie-Pier,
    Je me suis bien retrouvée, comme souvent, en lisant votre message, il tombe au moment où j’ai réalisé certains de vos pas.
    Je ne sais dans quel ordre j’ai été et j’ai peut-être tout mélangé. J’ai accepté d’être où j’en étais, je me suis envoyé de la gentillesse et de la douceur. Je me suis laissée du temps, car « faire vite  » était une injonction puissante et paralysante. Je me suis pardonnée de ne pas arriver à empoigner les choses en latence. Je me suis efforcée de ne pas me comparer, afin de me laisser libre. EXemple: je me suis mise à peindre, je me sens souvent bien en le faisant, mais si je compare au travail de quelqu’un d’autre ou à ce que j’aimerais réaliser, je me crispe.
    Avec ce programme douceur, je peux maintenant réaliser ce qui me coûtait avant: démarches administratives, raccommodages, classements et rangements, vous écrire…
    Bien sûr que je peine encore, mais tout est de plus en plus léger. Ce qui est important est aussi, comme vous, de m’en demander peu et d’accepter que cela prendra peut-être du temps, mais de ne pas attendre d’en avoir tout plein, pour commencer.
    Merci pour vos messages encourageants et plein de sagesse.
    Bisous. Chantal

  11. Elisabeth dit:

    Bonjour,
    j’aime beaucoup ce que vous écrivez et me sens souvent (très souvent) concernée et touchée.
    Mais là j’ai un peu de mal, je vais tenter d’être claire dans mes explications.
    J’ai pendant des années fait peser sur moi les « il faut » et les listes de choses à faire dont j’ai fini par comprendre que je m’imposais d’être parfaite et surtout de répondre aux désirs des autres.
    Je commence donc seulement à comprendre et détecter toutes ces choses que je n’ai pas vraiment envie de faire, mais ça prend du temps et je me sens encore très lente et maladroite à arriver à déterminer ce que je veux réellement faire.
    En effet, du coup, je laisse des choses de côté, mais pour me rendre compte qu’elles se règlent toutes seules ! Alors je commence à croire que si certaines choses ne m’inspirent pas, c’est que ce n’est pas à moi de les régler, mais les agents des impôts qui ont perdu mon chèque ou le couvreur qui ne m’a pas encore envoyé son devis, ou tout simplement que mon colis va arriver mais pas à la date annoncée.
    Là où auparavant j’aurai remué ciel et terre où me manifester, eh oui, j’ai appris à rester plus calme et attendre tranquillement. Mais du coup, les papiers que je dois encore régler, ou les tâches qui me pèsent, j’ai envie de croire qu’ils/elles vont se régler tous seul(e)s. J’ai en même temps l’impression de me prendre pour quelqu’un d’important, et ça me fait peur…. retour à la case départ.
    Je ne sais pas si j’ai été claire dans mes explications, car c’est encore nébuleux pour moi. Mais je ne me précipite plus sur ma liste des choses à faire et tente d’en dégager l’essentiel pour moi et ma famille. Peut-être que je laisse encore de côté les tâches qui me pèsent ? Mais j’ose espérer que je retrouverai l’énergie et l’envie quand ce sera le moment de les affronter ?
    Bonne journée

  12. Sylvie dit:

    Bonjour Marie-Pier,
    Que c’est bon de te retrouver dans ma boîte de courriel ce matin si gris de novembre. Un rayon de soleil!, Tes messages sont toujours aussi pertinents, ils m’anènement à faire un pas de plus. Je te lis depuis très longtemps et j’ai fait beaucoup d’ajustement dans ma vie grâce à ces textes magiques. Tu apportes beaucoup de lumière dans mes journées et surtout de simplicité!!!! qui est la clé du mieux être du moins pour moi. MERCI!
    Câlins du coeur,
    Sylvie

  13. Marie Claire dit:

    Oui, ce que l’on fuit … nous poursuit. Ce à quoi on fait face… s’efface.
    Chère Marie-Pier, quand est-ce que tu vas produire un petit recueil de toutes ces réflexions ? J’en prendrais bien quelques uns et quel beau cadeau ça ferait pour offrir à un Noël, pour un nouveau début d’année plein de bonnes intentions qui nous supporteraient si bien.

  14. Lucie Charbonneau dit:

    Je veux m’abonner mais sur Facebook seulement. Est-ce possible?

  15. Raymonde dit:

    Bonjour Marie Pier,
    Je suis très contente de ton clin d’oeil de ce matin. Je te remercie pour tes bons mots. De mon côté, je consulte en relation d’aide et je suis justement à travailler sur des tensions que je viens de découvrir et qui étaient bien enfouies dans l’inconscient, je crois. En prendre conscience, c’est déjà un pas en avant. C’est difficile, ça fait peur et…ça soulage aussi car cela me permet de mieux me comprendre comme les pièces du casse-tête qui s’imbriquent pour compléter l’histoile de vie.
    Accueillir ce que je découvre est essentiel et je suis déterminée à continuer.
    Et les messages de Matin magique m’y ont bien invitée…merci, Marie,

    Raymonde

  16. philippe orion..... dit:

    BONJOUR et merci MARIE-PIER,
    je suis completement dans cette demarche depuis debut septembre,
    je viens de repeindre mon interieur,supprimer des choses qui m encombrais,allerge mon exterieure
    comme mon interieure de surcroit,une vrais transformation sur mon chemin de vie,et cela fait dans la joie de la vie,merci a la vie,
    BIses fraternelles A toi MARIE PIER,ET a vous tous PHILIPPE ORION……

  17. barbara dit:

    Bonsoir à toutes et à tous, bonsoir Marie Pier

    Je crois, (déjà ça démarre mal car mon dieu les croyances !) que ce ménage intérieur passera chez moi par un ménage extérieur. Je pense m’être beaucoup occupée de dedans dedans dedans mais dehors aie ouille ! Ca fait 10 ans que je suis des formations en yoga et autres, tout est dans mon bureau qui est l’incarnation de l’anarchie, et ça m’obsède, je déteste cette idée d’un tel bordel, je reporte, je reporte, car je papillonne et le papillon ne se pose pas. Donc oh que oui, je vais tout sortir, tout épousseter, tout trier, tout répertorier, tout organiser et ça va me prendre …… pfiou !!!!! looongtemps.

    Amitiés à toutes et à tous

  18. Monique Lysia dit:

    Oh lala, que ça me parle! C’est vraiment ce que je suis en train de vivre. ça me donne encore plus de coeur à l’ouvrage! Changer ma façon de voir mon emploi du temps surbooké, changer mes priorités, quel programme! MERCI!!!!!!

  19. Nicky ailleris dit:

    Merci beaucoup Marie pour ce beau message, plein de magie – encore une fois.Nous avons de la chance de pouvoir te lire – gratuitement en plus. Merci merci.

  20. elPedro dit:

    Spéciale cette merveilleuse Marie Pier. Quelle belle question. Quelles sont les tâches/situations inconfortables que vous avez tendance à fuir? Je ne tiens pas à parler du ménage à faire et des boîtes à vider dans mon nouvel appartement. Non! ce serait trop facile, car ce serait d’essayer de m’évader de ma présente tâche inconfortable et très importante à mes yeux qui me suit depuis une dizaine d’années. Voilà que depuis tout ce temps un froid s’est installé entre mon fils et moi à cause d’une incompréhension d’un événement en particulier, pourtant facile à comprendre, dans le domaine des affaires. Ayant été violent et irrespectueux dans ses paroles à mon égard la dernière fois qu’il m’a parlé au téléphone, je n’ose pas le recontacter, depuis ce 10 ans, pour essayer de faire la paix avec lui, sachant que sa conjointe a une grande influence négative sur lui, j’ai cette peur de me faire engueuler encore une fois. Je me dis que je n’ai pas besoin aujourd’hui de risquer d’autres blessures, dans une engueulade, ce qui me rendrait vraiment très malheureux, car ce fils je l’aime de tout mon cœur comme j’aime mes deux autres enfants et que son attitude passée à mon endroit, c’est tout pardonné de mon côté, du fond de mon cœur. Peut-être que cette longue déchirure se réparera en 2019 entre lui et moi. C’est mon souhait le plus cher. J’aimerais pouvoir utiliser ton petit doigt Marie Pier pour que la magie opère dans le sens d’une réconciliation bienfaisante entre mon fils et moi. Merci et une belle journée. elPedro

  21. gisele dit:

    bonjour marie pierre ,vous etes ma magie c’est un plaisir de vous lire ,je vais me faire aidée pour mettre de l’ordre dans ma maison , et dans ma vie ,on amasse trop toutes les affaires d’une vie faire le tri , j’ai commencé, je vais me soulagée psychologiquement aussi je me sentirais moins seule, Noel approche il faut décorer la pièce principale bonne semaine

  22. Danièle dit:

    Bonjour Marie-Pier,

    Bien heureuse de te lire et avoir de tes nouvelles et c’est un plaisir et privilège d’aller à ta rencontre,
    même virtuelle.
    Cela fait du bien de m’accueillir d’une façon douce et progressive dans une phase de prise de conscience et me permettre de vivre des émotions moins agréables mais importantes qui m’aident à me dégager de certaines entraves, aussi réaliser que quand j’effectue des tâches qui me plaisent moins mais qui ont du sens, qui m’apportent du positif en bout de ligne, j’en éprouve de la joie, un
    encouragement à continuer.
    Merci encore pour tous tes précieux partages, de tout coeur, Danièle.

  23. Marie-Martine dit:

    Tellement vrai tu me redonnes de l’elan pour ranger chaussures et arrière cuisine après nous sommes si contentes et puis une façon de mettre de l’ordre pour les fêtes merci à toi e5 belle continuation

  24. Brigitte dit:

    Ah non, Marie Pier!!!! La procrastination, c’est moi qui l’ai inventée !!!! Hihihi, Comme tes petits mots tombent à pic! Et comme ça fait du bien de constater que nos icônes ( toi en l’occurrence) sont aussi imparfaites et …. magnifiques que nous! Bizzzzz belges Brigitte

  25. BEATRICE GORCZYCA dit:

    Merci Marie Pier, je me retrouve bien dans ton message. Eh bien aujourd’hui j’ai décidé de me prendre en mains je suis allée voir Osthéothérapeute et cela m’a fait beaucoup de bien et j’ai repris rdv une séance pour débloquer les énergies …. pour le reste j’essaie d’être comme l’on dit à jour, donc tu n’es pas seule et cela me rassure moi non plus.
    Amicalement. Béatrice.

  26. Jean-Marc dit:

    J’avais 18 ans lorsque notre professeur de physique-chimie, philosophe dans l’âme, nous expliquait : « Ne contournez pas un problème car vous le retrouverez plus tard sur votre chemin et, entretemps, il aura grossi »
    J’ai mis très longtemps à comprendre combien il avait raison. La mise en oeuvre de ce principe commence à me sembler évidente. J’essaie de transmettre cette « connaissance » à ma fille espérant qu’elle saura en profiter plus précocement que moi :-)

  27. Marc Goisse dit:

    Ce message me parle beaucoup car c’est la situation dans laquelle je me trouve depuis quelques mois, voir presqu’une année. En effet, il y avait toute une série de situation en lien avec la reconnaissance « féminine », avec l’affirmation de moi-même face aux femmes, le respect de moi-même face aux remarques et critiques des femmes à mon égard, …. que je fuyais depuis toujours, histoire de ne pas rentrer en conflit avec ces femmes, peur de la critique, …. et effectivement, vivre ces situations me laissait un gros mal-être, une énorme sensation désagréable d’injustice, et toujours cette peur d’être une fois de plus malmené.
    J’ai décidé de me « rebeller », de dire NON à ces injustices, de mettre ces femmes face à leurs décisions, leurs peurs (qui les amenaient à me maltraiter).
    Certains se sont remise en question et tenter de se justifier, certaines ont pris du recul, d’autres encore, continuent mais savent que maintenant, je réponds, je réagis.
    Il est vrai que je me sens beaucoup mieux dans mon emploi (oui, je côtois beaucoup de femmes dans mon travail)
    Il est vrai qu’actuellement, je fuis un certain malaise au boulot, malaise dû principalement au fait que saturé par des démarches administratives, j’ai peur et je n’aime pas trop me tromper
    De plus je suis amené à dépasser le cadre de la déontologie de mon emploi pour aller plus avant avec les personnes que je reçois en entretien, ce qui me met encore mal à l’aise….. je sais qu’à terme, je dois penser à trouver une façon d’exprimer mes capacités « spirituelles », mes capacités à guider et « éclairer » les personnes qui en ont besoin et le demande.

    Il y a quelques mois que je suis abonné à tes publications que je trouve toujours très agréable et pleine d’énergies.
    Merci pour tous ces messages.

  28. Audrey Leyssens dit:

    Très Chère Marie-Pier,

    Qu’il est bon de te lire. Tu es une source d’inspiration à chacun de tes messages. Merci pour ces envois, toujours bienveillants et intelligents.

    Bien Amicalement,

    Audrey

  29. Didier dit:

    Bonjour Marie-Pierre,
    C’est mon tout premier commentaire.
    Comment regarder le côté obscur de nous-même ?
    Je connais mes lacunes en partie mais les affronter Waouuuh
    Je suis le roi de la procrastination et même l’empereur.
    Je fais ce que j’ai à faire toujours dans l’urgence et ça me bouffe beaucoup d’énergie !!!
    Merci pour tout
    Gros bisous
    LBD :-)

  30. Pascale dit:

    Bonjour Marie-Pier,
    Encore un message qui tombe à pic ! C’est en cela que tes Matins sont magiques ! Et tu trouves toujours les petites phrases qui font mouche. En ce qui concerne ce Matin Magique, je viens de m’attaquer à un problème administratif qui menaçait de me gâcher la vie, juste avant de lire ton message. Plus que 2 autres choses à régler et je serai à jour. Merci Marie-Pier, tu m’as donné le courage de regarder en face plus souvent ce qui m’est inconfortable

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>