Les nuances de nos attirances

(Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Vous n’avez qu’à cliquer ici pour la télécharger.)

 

Ce n’est pas parce qu’on se sent puissamment attiré par quelqu’un ou quelque chose que c’est pour les bonnes raisons…

Il y a quelques années, j’ai eu une sorte de coup de foudre pour un homme que j’ai rencontré dans le contexte professionnel. Dès qu’il est entré dans la pièce et que je l’ai vu, j’ai senti un vortex m’aspirer vers lui, comme si une force invisible me tirait. À cause de cela, et du sentiment de familiarité que je sentais en sa présence (et aussi de ses belles qualités, bien sûr), j’ai déduit que je devais et voulais former un couple avec lui. Et nous nous sommes fréquentés, effectivement.

Or, bien qu’il ne s’est rien passé de dramatique, j’ai rapidement constaté que ce n’était pas du tout une personne pour moi. En fait, j’aurais pu le constater dès le début, mais le «coup de foudre» me semblait plus significatif que les démonstrations de sa fragilité.

J’étais perplexe, et surprise. Après tout, j’avais senti cet appel si fort. Comment était-ce possible?

Quand j’en ai parlé à une amie, elle m’a posé une question que je n’avais jamais même considérée, et que j’ai trouvée fascinante : «Le vortex que tu as senti en le rencontrant… était-ce un vortex rempli ou un vortex vide?»

C’est le genre de question qu’on ne se pose pas, n’est-ce pas? On sent une énergie qui semble nous guider quelque part, et on déduit automatiquement que c’est beau et sain et magnifique. Notre «vocabulaire» est étonnamment limité, lorsqu’il est question de ces forces invisibles qui nous tirent vers une personne ou une autre. En général, ça se limite à l’équivalent d’un interrupteur, avec seulement les options «on» et «off», sans grandes nuances… Si l’attirance est à «on», on présume que ça veut toujours dire la même chose et qu’on doit y aller.

Il y a une foule de raisons qui peuvent nous amener à être magnétisé par quelqu’un. Ce n’est pas parce qu’on a une attirance que celle-ci est ancrée dans quelque chose de sain. Ce n’est pas parce qu’on a un lien profond rapidement que c’est un lien constructif. Ce n’est pas parce qu’on sent une familiarité inexplicable avec un étranger que cette familiarité gagne à être explorée. Et ce n’est pas parce qu’on sent une sorte de «colle» invisible qui nous lie à l’autre qu’on est censé rester à ses côtés.

Parfois, c’est le vide de l’autre qui réveille la partie de nous qui ne se croit digne de faire que du remplissage.

Parfois, ce sont nos blessures respectives qui sont toutes excitées de pouvoir s’entretenir mutuellement (ce qui revient plus ou moins au point précédent, finalement).

Parfois, c’est l’attirance du prédateur et de la proie qui se reconnaissent mutuellement.

Parfois, on a côtoyé l’autre pendant plusieurs vies, et c’est tout. On n’a pas tant à s’apporter dans celle-ci.

Parfois, l’autre a simplement une belle énergie, et bien qu’on puisse la sentir et l’apprécier, on n’a pas de grande connexion avec lui et on ne gagne pas particulièrement à se rapprocher.

Parfois, l’attirance est très forte, donc on présume automatiquement qu’elle est amoureuse, mais elle est profondément amicale en réalité.

Oh, et parfois, bien sûr, c’est une simple chimie physique de surface.

Élargir notre vocabulaire à ce niveau peut être crucial pour bien s’orienter. Par exemple, on peut se demander (comme mon amie m’avait demandé) : «Est-ce un vide qui m’aspire ou un « plein » qui m’invite à me joindre à lui?» Ou : «La « colle » qui me lie à elle/lui est-elle saine?» Ou : «Est-ce un manque que je tente de combler ou un appel du cœur?» Ou : «Profonde ou non, cette connexion m’élève-t-elle?»

Donc oui, dans ce cas comme dans bien d’autres, on gagne à se ramener à ce qu’il y a de plus simple : aller vers ce qui est beau et nourricier. Se créer un environnement qui honore la plus lumineuse et la plus grande partie de nous. Et prendre au sérieux ce que les faits sont en train de nous prouver. Car il y aura toujours des courants de toutes sortes qui nous tireront dans bien des directions. Mais on peut créer notre propre courant, aussi, en accueillant ce qui nous habite avec discernement et en restant intensément à l’écoute de ce qu’on veut vraiment.

En vous souhaitant un très magnifique début de semaine…

XOX

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 4 732 times, 4 visits today)

30 réflexions au sujet de “Les nuances de nos attirances

  1. Amélie dit:

    Le message d’aujourd’hui me touche tellement! Tu as pu mettre des mots et un « concept » sur ce qui m’est arrivé et m’a bousculé tant de fois :-) Ou comment les énergies de deux êtres se reconnaissent et que nous nous limitons à penser que la relation que nos pourrions entretenir avec cette personne est forcément amoureuse, et forcément vouée à être profonde et que l’univers ne fais pas de blague, si cette personne est sur le chemin, elle doit forcément nous apporter, ou nous devons lui apporter quelque chose :-) Je me demande si mon intuition et les tripes qui guident mes choix vont pouvoir entendre et répondre à ces questions simples et cruciales que tu proposes aujourd’hui. S’écouter intensément et se connecter à ce que l’on a de plus profond est parfois challenging ;-) Merci du magnifique cadeau que tu viens de me faire en tout cas!

  2. Isabelle dit:

    C’est si juste…
    Merci pour ce vocabulaire, un bel outil pour discerner les attirances de « remplissage » des attirances de « croissance »

  3. Andrea Jorge Grellet dit:

    Merci beaucoup Marie , c’est exactement ce dont j’avais besoin ce matin. ……….je vous embrasse

  4. Marie-Claire Gamper dit:

    Un Immense MERCI, Marie-Pierre pour tous ces textes inspirants et forts qui me font toujours du bien et surtout lorsque je commence à douter. D’habitude, je ne ressens pas le besoin d’écrire car tout me semble dit, lumineux et clair.
    Aujourd’hui, avec ce texte sur l’attirance, je me trouve particulièrement concernée. J’ai vécu, moi aussi, une sorte d’attirance énorme pour un homme. Il est évident pour moi, que c’était nos blessures, avant tout, qui s’appelaient. Les conséquences de cette relation ont été lourdes, longues et douloureuses pour moi. Cela fait plus d’un an que j’ai mis fin à cette relation et je renais doucement, plus forte, plus éclairée qu’avant. La prochaine histoire d’amour m’indiquera sans doute le réel niveau de mon avancée. Ces blessures que j’ai découvertes ou redécouvertes avec cet homme, du coup, je les ai vraiment accueillies et je pense sincèrement que je suis plus en amour avec moi aujourd’hui. Du coup, je me demande souvent et cela depuis que j’ai compris que je souffrais avec lui, c’est à dire, dès le début de la relation, si, j’ai bien fait ou non d’y être allée et d’avoir exploré tout cela. Bon, de toute façon, je l’ai fais, alors autant continuer à en tirer les bonnes leçons. La première étant d’éviter, maintenant, de répondre à n’importe quelle attirance, surtout s’il s’agit d’un vortex vide ! Plein de lumière pour vous.

  5. Mary dit:

    Bonjour et merci pour ces messages toujours très subtiles et précis….pour ce message d’aujourd’hui…je voudrais vous donner mon avis…..vortex rempli ou vide…. il y a attirance ….si il y a attirance c’est parce qu’il y a quelque chose à vivre, à comprendre, à intégrer avec cette personne…je suis sur le point de quitter un homme avec lequel je vis depuis 10 ans….le bilan : c’est avec lui que j’ai appris le grand « lâcher prise » !….sans cette expérience (vortex vide) je n’aurais jamais connu cette liberté intérieure…j’ai souffert de son manque d’attention de son égoïsme…..j’étais tellement en attente!…aujourd’hui je n’attends plus rien et c’est là que je reçois les cadeaux…donc pour moi tant qu’il y a « attirance » il y a quelque chose de bon pour nous (malgré les souffrances que cela engendre)….si j’avais eu la force de ne pas céder à cette attirance (mais est ce possible? puisque cette attirance est faite pour ça) pour cet homme aurais-je aujourd’hui cette sensation de force et de paix intérieure malgré cette séparation? je ne le crois pas!…donc tout est juste! vortex rempli ou vortex vide!
    Bien à vous
    Mary

    1. Sophie dit:

      Je suis d’accord avec les propos de Mary – s’il y a attirance, c’est qu’il y a quelque chose à vivre, un apprentissage bon pour nous, même si parfois douloureux.
      Merci Marie-Pier! :)

  6. marguerite de Coster dit:

    Merci Marie, cela fait des années que je reçois tes messages. Ils sont toujours incroyablement inspirant et c’est comme si tu nous nous connaissions. Je te remercie infiniment pour ton courage, ta patience, ton désire de partager ton intimité et ton rêve avec ardeur et conviction, simplicité et profondeur. Je suis restée silencieuse jusqu’à aujourd’hui par besoin et parcequ’un partie de moi est très méfiante. Le miracle c’est que j’avais besoin de tout ce temps pour vivre mes craintes de manipulation et de trouver le courage et la force d’exister par moi-même en prenant soin de moi d’abord, en m’affirmant par des actions justes, en devenant une guerrière pour sauver ma peau et faire circuler la vie ou elle me guide. je remets en question mes croyances et illusions et j’accepte mes erreurs, j’accueille mes peurs, et j’agis avec la confiance que je peux et que tout est bien dans l’instant. J’ai à coeur la bienveillance et elle se dessine très différemment que ce que je croyais et ou je me suis épuiser à tout vouloir contrôler.
    Moi aussi je quitte un homme après 40 ans. Je suis enfin prête à murir. Je me sens forte et accompagnée par la Vie qui est en moi et les miracles qui s’accomplissent et qui m’accompagnent. Merci Marie pour ton inspiration quotidienne. Tu es magique et ce message du jour est spécialement percutant pour moi. Merci à ton amie aussi

  7. Karin dit:

    Merci pour cet article très intéressant même si je n’y ai pas trouvé ce que j’y cherchais.
    Je sors d’un court début de relation (5 mois) ou dès le début je n’ai pas eu d’attirance physique pourtant il correspondait en tout point à ma recherche (sur le papier). C’était un peu comme une sorte d’amitié… Il ne me manquait pas quand il était absent. J’étais très perturbée car je n’avais pas envie de faire l’amour avec lui pourtant c’était un garçon attirant mais qui avait un côté très enfantin et extrèmement dans le sacrifice à la limite d’une certaine soumission qui m’a dérangé. Je n’ai pas compris pourquoi j’ai réagi de la sorte toujours est-il que cela m’a empêché de pouvoir vraiment établir une connexion avec lui. Il faut dire aussi que nous ne nous voyions seulement 1 soirée par semaine. C’est surement trop peu pour pouvoir établir une connexion avec quelqu’un… J’ai pourtant pensé que, parce qu’il n’était pas toxique pour moi, il était probablement bon pour moi, en dépit du manque d’attirance. Je n’ai, malgré tout, pas pu m’empêcher de saboter la relation en lui disant des choses qu’il a interprétées comme étant désagréables et du coup il a rompu. Ce garçon était encore marié et vivait encore avec son épouse et leurs enfants. Le point positif est que je l’aurai au moins accompagné pour qu’il puisse prendre son appartement et qu’il commence sa nouvelle vie seul. Donc je ne sais pas si finalement c’était une façon de me protéger, en sachant que le plus dur était encore à venir et que ses souffrances ne faisaient que commencer et que j’allais probablement en baver aussi du coup en étant à ses côtés. Si quelqu’un a vécu pareille histoire et qu’il a compris ce qu’il y avait à en apprendre, j’apprécierais ses commentaires.

  8. Coralie dit:

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui résonne encore plus que les autres. J’ai vécu exactement la même chose il y a plus de 15 ans, mêmes impression, attirance. J’ai le même regard que Mary (dernier commentaire) aujourd’hui, parce que déjà à l’époque, je sentais que c’était une relation improbable malgré l’attirance et la complémentarité! Comment aurais-je appris à combler mes manques moi-même sans cette relation-giffle-réveil? Je le savais intellectuellement mais il fallait que je le vive par moi-même dans ma chair. Et cette relation catastrophique m’a transformé et portée vers une nouvelle étape de ma vie et de nouvelles prises de conscience. Cela dit, j’ai l’impression que les choses vont beaucoup plus vite aujourd’hui. Les consciences ce sont encore ouvertes et je ne suis pas sur que tout le monde doivent passer par l’expérience de cette façon. Le fait de pouvoir témoigner de tout cela par exemple permet aux autres d’avoir des compréhensions profondes qui les ouvrent à d’autres voies plus simples et directes. C’est la même chose avec toutes ces techniques de développement personnel et tout le travail réalisé depuis les 30 ou 40 dernières années. Cela se répercute sur la conscience collective. Et je m’en réjouis!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci pour ce riche partage Coralie!

  9. Suzon dit:

    J’adore vos messages !!
    Ils arrivent toujours à point ! :))
    Merci merci merci <3

  10. Christine dit:

    Tout comme Mary et Coralie, j’ai été attirée par un vortex vide et la relation qui en a suivi m’a tellement secouée que j’ai entrepris une thérapie pour comprendre ce qui m’arrivait. Donc oui, certaines attirances nous font du mal, et tant que le discernement n’a pas pris le dessus sur l’attirance et la dépendance qui en a suivi dans mon cas, il est difficile (voire impossible) de sentir les choses de manière juste. Le mental entre en collision avec le ressenti. En fait tout entre en collision et plus aucun neurone « neutre » ne réussit à fonctionner correctement. Ce n’est qu’au bout de ce chemin plus ou moins long et douloureux, que tout s’éclaire. Le point positif est en effet de permettre une compréhension plus fine de nos fonctionnements et de nos failles.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Absolument. Parfois, comme dans le cas de la relation dont je parlais dans l’article, ce n’était pas un méga apprentissage, juste une mauvaise interprétation de ce que je sentais, et quelques petites douleurs que je n’avais pas nécessairement besoin de vivre. Mais parfois, on fonce dans un mur, et ça nous fragilise beaucoup… Et oui, on pourrait dire qu’on aurait pu éviter le tout. Mais on pourrait aussi dire qu’on avait besoin de cette expérience pour faire remonter à la surface plein de choses qui étaient déjà là, en nous, mais enfouies. Et en vivant cette crise, on a une occasion (et la motivation) de se regarder et de se libérer.

      On est toujours gagnant. On apprend et évolue dans les deux cas. Quand c’est la quatrième fois qu’on vit la même chose, par contre, il peut y avoir stagnation… mais même la stagnation est un apprentissage.

  11. Clément dit:

    Bonjour Marie.
    Vos sages réflexions peuvent être magnifiquement éclairées et complétées par l’excellent « N’y a t’il pas d’amour heureux » du lumineux feu Guy Corneau.
    Pace & Bene

  12. Lucie dit:

    Merci Marie pour ce texte qui m’a éclairée (plutôt un flash d’ailleurs!) sur une relation amicale qui est passée du coup de foudre à la haine sans que je comprenne vraiment pourquoi.
    La phrase « Ce n’est pas parce qu’on sent une familiarité inexplicable avec un étranger que cette familiarité gagne à être explorée.  » me libère de ma croyance: si ça colle immédiatement, je n’ai pas besoin de haïr la personne si ensuite elle m’a déçue. C’est juste que ça peut arriver, et tant pis, rien de grave finalement!
    Donc effectivement, Ce n’est pas parce qu’on a un lien profond rapidement que c’est un lien constructif, et ce n’est pas parce qu’on a une attirance que celle-ci est ancrée dans quelque chose de sain.
    Merci pour ces paroles qui me font sentir légère et libre!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Quel beau partage, Lucie! Je peux sentir ta libération, et ça me réjouit. :-)

  13. Véronique dit:

    Chère Marie-Pier,

    Oh … vos messages magiques arrivent, une fois de plus, à point nommé ! Comme une confirmation.
    Merci !
    J’ai quitté il y a deux jours un homme avec qui, heureusement, je n’étais que depuis quelques mois. Une attirance réciproque très forte.
    Simplement, j’ai constaté qu’il ne fait pas de place à l’amour.
    Il fuit.
    C’est là où il en est maintenant. J’ai été patiente et compréhensive.
    Là, je passe mon chemin…
    Aussi tentante soit cette personne, je ne permets plus que mon cœur soit malmené et se heurte à cette dureté-là.
    Le discernement s’est fait rapidement cette fois. ;-)
    Oui, c’était sans doute un vide attirant et/ou des blessures qui s’entretenaient.
    J’ai colmaté en moi la brèche qui permettait à de telles personnes de pouvoir m’approcher.
    J’avance dans la confiance que plus ensoleillé m’attend sur le chemin …
    Très belle journée !
    cordialement
    Véronique

  14. Diane dit:

    MAGNIFIQUE ! :-)

    Le courant de ma vie : amour, rires, sourires, partage, harmonie, vérité, liberté, beauté, majesté, profondeur, créativité, découverte, allégresse, célébration, respect, authenticité, exploration, tendresse, émerveillement, simplicité, chaleur, sérénité, silence,… et gratitude !!!

    Un bel exercice pour retrouver son gouvernail ! ;-)

  15. Marie Paule dit:

    Ton message est venue me rejoindre ce matin. Oui dans une vie on peut rencontrer ces situations d’attirances et c’est justement en se demandant qu’est ce que cela vient combler chez soi dans cet instant que l´on sait réellement si c’est du «  vraie» ou pas. J’ai 47 ans de mariage et je suis convaincu que les deux fois ou j’ai connu ces attirances n’auraient été que vide par la suite. Merci de me rappeler cela ce matin.

  16. Karin dit:

    quel beau cours sur l’attirance (les attirances) et qui arrive à point nommé. Appelons un chat un chat en quelque sorte. Vous faites oeuvre utile!, MERCI !!!!!

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Bienvenue Karin, et merci pour votre petit mot!

  17. Anne lise dit:

    Bonjour.
    Merci Marie pier pour ces messages toujours riches d’enseignements et proches de nous. Suite à la lecture de ce dernier me voilà angoissée. Je trouve les relations humaines très complexes et encore plus celles femme/hommes. J’en ai assez de souffrir alors je suis bien d’accord que chaque relations (même les mauvaises) apportent un enseignement. Mais comment ne plus se brûler ? Quels signes suivre , ecouter pour avancer sereinement?? Actuellement j’en suis à un stade où les relations humaines me font souffrir et me pousse à m’isoler. Désolée pour ce commentaire plutôt pessimiste. Amicalement

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Je suis touchée de lire ça, Anne Lise. T’isoler et te recalibrer à ta propre énergie est peut-être le plus grand cadeau à t’offrir en ce moment, si tu viens d’être écorchée. Et tout ce cheminement dont tu parles n’est pas une « erreur », c’est justement le chemin de la vie sur lequel on est tous… On explore, on apprend, on prend différentes décisions. Et peut-être que la prochaine fois tu mettre fin avant que la souffrance soit aussi forte… ou peut-être même avant qu’elle commence.

      Prends bien soin de toi.

      xox

  18. philippe orion..... dit:

    BONjour MARIE-PIER ET TOUS,merci pour se message,qui comme toujours ouvre des portes,
    vers notre realitee.arretons d etre dans des illusions, et sachont se posser les bonnes questions,
    pour l etre subtile que nous sommes,arretons d etre des moutons, et acceptons de vivre la vie ,
    magnifique que l on merite,joie ,plainitude,pais et veritees en nous.
    BISES FRATERNEL,a toi MARIE-PIER et a vous TOUS ,ORION…

  19. GISELE dit:

    bonsoir marie pier merci pour ce message ,j’ai vécu un peu cette expérience, j’ai été attirée par un homme voila 38 ans, expérience malheureuse mais qui m’a grandi ,j’ai foncer dans le mur, je pensais que les gens étaient honnêtes et bons ,j’ ai voulu remplir un vide affectif de mon enfance, pour une fois que quelqu’un m’écoutait m’aimait, enfin je le pensais!!!grande déception , depuis j’ai un manque de confiance dans les hommes ,j’ai des amis ça s’arrête là ,je n’ai pas trouvé  » chaussures à mon pied » bonne semaine

  20. Valerie Castellani dit:

    Merci Marie Pierre de mettre des mots mais aussi de ressortir les maux que l’on resdent ou pressents parfois sans arriver a les exprimer .. et dans la cas presents a évacuer.
    J’ai moi-meme vécu cette relation et ce coup de foudre a 13 ans, quand j’ai rencontré l’homme avec qui j’ai partagé 37 ans de ma vie… jusqu’à lire votre sujet de matin magique je n’avais pas conscientisé réellement que c’est un frere, un ami que j’ai rencontré a cette époque, tout deux envahis du même vide affectif et non pas une réelle relation masculin/feminin..il y aurait long a dire mais ce n’est pas le propos.
    Et oh ! Bonheur j’ai decouvert une vraie relation a 51 ans qui m’apporte chaque jours des joies de partage et d’échanges et oh! remplis mon coeur sur un chemin sans cesse en evolution.
    Donc vraiment un grand merci a vous d’avoir partagé ce sentiment personnel qui eclaire ma lanterne. Je vous suis depuis de nombreuses années et c’est toujours un plaisir et une decouverte radieuse.

    Valerie – France – Champigny sur Marne

  21. Colombe Mercier dit:

    Grand merci Marie-Pier, ton texte sur les nuances de nos attirances me porte à réflexion énormément… les questions que nous proposent sont excellentes pour comprendre en Soi si la relation que l’on s’apprête à découvrir est saine et bonne pour nous… je me promets de me poser ces questions lors de ma prochaine rencontre d’attirance… sourire…
    Merci merci Merci à toi de ta générosité à nous partager tes découvertes pour notre évolution personnelle!!

    Colombe – l’Islet

  22. Reinette dit:

    Bonsoir,
    Comme ce site et ses écrits arrivent à point pour moi.
    Début décembre, je rencontre un homme. Il me plait au premier regard comme je lui plais. Nous roulons dans la même voiture pendant deux heures. Une semaine après, il écrit quelques mots auxquels je ne répondrai qu’à la fin de l’année. 10 min après la lecture de mon petit message, le téléphone sonne, il m’invite. Je ne peux pas résister… trop heureuse.
    Nous venons de passer 24 h d’une puissance incroyable. Tout était parfait… (non mais… je vous en parle plus loin.)
    Arrivée chez lui, dès que je suis descendue de la voiture, il m’a pris contre lui, nous étions déjà fusionnels. Nous avons tenu une heure avant de nous retrouver dans sa chambre pour de longues heures, avant et après le repas.
    Le lendemain, pendant le repas de midi, nous étions face à face. Une chose étrange s’est passée. J’ai senti mon énergie sortir de mon corps au niveau de l’estomac. Je sentais mon énergie partir vers lui. C’était une sensation mais c’était quasiment matériel. En tout cas énergétiquement, ce l’était.
    Pourquoi plus haut j’ai écrit « non mais… » ? parce qu’il est veuf depuis quatre ans et qu’il pleure toujours sa femme. Nous en avons clairement parlé. Je lui ai demandé si nous allions nous revoir. Il m’a dit que « oui » mais qu’il n’était pas disponible à cause de sa femme qu’il avait l’impression de tromper… Pourtant, il m’a dit que je suis la première femme qui lui fait un tel effet. Il avait l’air sincère.
    Je suis rentrée chez moi hier soir joyeuse.
    Mais en cette fin de journée, silence radio de sa part. Pas de réponse à mes deux sms. Il n’y en aura pas trois. J’attendrai qu’il me recontacte.
    J’aimerais que l’on m’explique ce qui s’est passé au niveau de mon énergie qui sortait de moi en sa direction comme s’il m’aspirait.
    Vos messages arrivent à point.
    Mais pourquoi une telle rencontre ? J’ai tellement peur de plonger dans un grand vide.
    Heureusement que je pratique la psychologie énergétique, le reïki et que j’ai un ami maitre reïki. Je vais avoir besoin d’aide.
    Que s’est-il passé énergétiquement entre lui et moi ? Qui le sait ? Qui connait ce phénomène.
    Merci de vos réponses.
    Affectueusement

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>