Quand la vie choisit pour nous

Celui qui n’est pas occupé à naître est occupé à - Bob Dylan, extrait de la chanson It's Alright Ma -

Avez-vous déjà vécu des situations où vous aviez l’impression qu’un changement se faisait de lui-même – que vous étiez en quelque sorte forcé d’aller de l’avant? Vous avez certainement remarqué, tout comme moi, que lorsqu’on ignore les diverses invitations que la vie nous lance, elle finit souvent par courir après nous… Et les choses se placent de façon telle que l’on est en quelque sorte obligé de grandir, de faire le saut, de voir un peu plus grand. On n’a plus vraiment de décision à prendre – ou du moins, la décision se prend presque d’elle-même, car les autres options n’existent plus, bien souvent. Ou si on disait non, le prix à payer serait trop grand.

Il y a deux façons de vivre le tout. Pour commencer, on peut laisser la vie nous tirer par les cheveux. Oui, on compose avec ce qui se présente à nous, on effectue les divers changements… Mais intérieurement, on reste toujours un peu passif, victime des événements. Nos actions changent, mais nous, on ne change pas vraiment. On reste la même personne, simplement dans un contexte différent.

L’autre option est, bien sûr, de se mettre en position de leader et de prendre les devants… de vivre la situation comme si on l’avait choisie, finalement. Ainsi, plutôt que de se laisser tirer par la vie, on l’attrape par le bras, puis on se redresse sur nos deux pieds, et on se tient debout, bien droit. On ne se contente pas de faire le changement; on s’aligne pleinement avec ce qu’il représente, et avec les nouvelles croyances ou valeurs que l’on aurait adoptées si on avait provoqué le mouvement volontairement.

Si souvent, on croit que changer notre vie est suffisant. Or, le but premier n’a jamais été le changement… C’est la transformation que l’on vit en l’effectuant.

Bonne journée!

xx

Vous aimez ce que vous lisez?

Joignez la communauté et assurez-vous de ne rien manquer!

(Visited 1 820 times, 4 visits today)

13 réflexions au sujet de “Quand la vie choisit pour nous

  1. CASTELLI dit:

    Oui , comme pour un marcheur ou un randonneur, ce n’est pas le but qui ou le lieu à atteindre qui est le plus important, mais le temps de la marche, le chemin. Quand des alpinistes font mémoire d’une ascension, ils n’évoquent pas la fin, mais des moments intenses vécus ensemble….

  2. Nathalie de Puyjalon dit:

    Prompt rétablissement

  3. Carole L dit:

    Bonjour Marie, une amie m’a fait découvrir vos matins magiques il y a très peu de temps. Et vous me donnez une pêche ! Une envie d’avancer, de voguer tranquillement sur la vague de mes changements. Comme j’aimerais partager quelques moments avec vous à Bali. Je vous embrasse Marie. Gratitude.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Ravie que vous soyez du nombre chère Carole! xx

  4. Jean dit:

    Bonjour Marie-Pier,

    J’ai pensé que cet article vous intéresserait, il est tout à fait dans la lignée de ce que vous écrivez si bien:
    http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/485767/croyances-est-il-possible-de-changer-d-avis

    Extrait:
    Notre cerveau n’a pas été façonné par l’évolution pour évaluer si une chose est vraie. Au cours du processus évolutionnaire, notre cerveau a été équipé de l’impulsion de créer, transmettre et défendre des croyances qui ont une certaine utilité, qu’elles soient vraies ou fausses.

  5. Nambotin Christiane dit:

    Depuis que mon beau frère m’a inscrite, j’ai beaucoup de plaisir à vous lire. J’admire votre force et votre courage, j’aimerai pouvoir faire de même, tout paraît tellement simple quand on vous lit !
    Prenez soin de vous et au plaisir de vous lire.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci pour vos bons mots, Christiane. xx

  6. Danielle dit:

    J’aime se que vous écrivez, ça dit tout haut se que je vie tout bas. Je n’ai pas la parole facile, n’y malheureusement l’écriture. Mais ce que je ressent surtout en se moment, ou on m’a coupé un projet que je tenais pas mal à coeur, je me dis que finalement c’est correct, qu il y a sûrement quelques choses de différents qui va venir et que je m épanouisse autant et j’espère que les personnes impliquées vont en faire autant. J’aime ces personnes qui m’ont tant données par leurs présences et leurs écoute, tout simplement parce qu ils sont là. Matin magique s’est un rayon de soleil qui m’interpelle énormément, qui m’aide à me sortir de ma coquille et à me sentir bien dans mon corps et dans mon âme. Merci merci, et prends soin de toi. Je t’envoie beaucoup de bien être dans ton rétablissement.

  7. gwen dit:

    je lis régulièrement depuis plusieurs mois vos textes que je trouve tour à tour inspirants, réconfortants, rassurants…concernant celui-ci c’est la dernière phrase, « Si souvent, on croit que changer notre vie est suffisant. Or, le but premier n’a jamais été le changement… C’est la transformation que l’on vit en l’effectuant. », qui m’a interpellée. C’est tout à fait bien dit et ça me parle particulièrement en ce moment donc simplement, merci.

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci Gwen! :)

  8. marie-bénédict dit:

    T’es vraiment une sacrée « Nana » toi, Marie-Pier ! Le partage de TON chemin se fait cadeau, interpellation, invitation à reNaître en permanence à tout coeur âme ouverts !
    MERCI

    1. Marie-Pier Charron dit:

      Merci Marie-Bénédict, ça me fait plaisir de lire ça. :)

  9. Laurent dit:

    La question est comment reprendre l’énergie pour se mettre dans la bonne direction. Le coup peut mettre parfois si bas et le temps du redressement est trop long pour positiver l’expérience. Je suis pleinement d’accord avec ce que vous dites mais cette question du « temps qu’il faut » versus le « temps accordé » constitue parfois un blocage.
    Laurent, Grenoble, France

Partager un commentaire

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>